Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Bill Ravel et Cyril Le Gayic renvoyés devant le tribunal correctionnel pour corruption présumée



Bill Ravel et Cyril Le Gayic renvoyés devant le tribunal correctionnel pour corruption présumée
PAPEETE, le 17 janvier 2018 - Après plus de six ans d'enquête, le juge d'instruction Thierry Fragnoli a rendu ce mercredi l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel dans la conséquente affaire de corruption présumée impliquant l'homme d'affaires Bill Ravel et le syndicaliste Cyril Le Gayic. Les deux hommes comparaîtront prochainement devant le tribunal correctionnel.

Comme l'ont indiqué nos confrères de TNTV, qui ont eu accès à l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel rendue ce mercredi matin, les deux hommes, ainsi que Gaston Tetuanui, seront bientôt face à la justice. Il est reproché à Bill Ravel, poursuivi pour corruption active, d'avoir procédé à des versements afin d'acheter la paix sociale. Le syndicaliste Cyril Le Gayic est, quant à lui, poursuivi du chef de corruption passive pour avoir, selon Thierry Fragnoli, "normalisé un système de corruption sous la menace de fomenter des mouvements sociaux, prenant ainsi en otage toute une activité économique vitale" pour la Polynésie.

Dans cette ordonnance, le juge d'instruction a également prononcé des non-lieux dont un concernant Louis Wane, le patron du groupe Carrefour, qui avait été mis en cause dans ce dossier. Une disjonction a, enfin, été prononcée par le magistrat sur des faits "ayant donné lieu à d'autres versements en espèce à des fonctionnaires, ou hommes politiques, pour leurs interventions au soutien d'opérations intéressant la société de Bill Ravel, Petrocéan, et notamment relatif à la convention de la concession passée" entre cette société et le Pays. Ces faits sont, entre autres, reprochés à Gaston Tetuanui, Bill Ravel, à l'ancien représentant à l'Assemblée Jean-Christophe Bouissou et à l'ex-ministre James Salmon.

Caisse noire

Au cœur de cette affaire, deux hommes : Cyril Le Gayic qui était secrétaire général de la CSIP de 2006 à 2012 ; et l'homme d'affaires Bill Ravel qui a alimenté un vaste réseau d'influence à l'aide d'une caisse noire totalisant 46,6 millions de francs versés à des syndicalistes et des hommes politiques

L'affaire a débuté par la CSIP, lorsque deux membres du syndicat ont porté plainte contre Cyril Legayic pour abus de confiance. Ils l'accusaient d'avoir encaissé des chèques destinés au syndicat sur son compte personnel, ce qui a déclenché l'enquête judiciaire et un examen approfondi des comptes du secrétaire général. Les forces de l'ordre avaient alors constaté de nombreux dépôts en espèces d'origine inconnue.

Les gardes à vue des assistants, comptables et autres directeurs avaient rapidement permis de faire la lumière sur ces versements. Les conclusions du procureur affirmaient ainsi que le syndicaliste acceptait (ou réclamait) des paiements pour mettre fin à des mouvements de grève sur le Port autonome ou dans de grandes entreprises. Bill Ravel avait ainsi mis la main à la poche pour assurer la paix sociale et la bonne marche de sa société Pétrocéan, en charge du transport maritime d'hydrocarbures jusqu'en Polynésie.

L'enquête s'était ensuite poursuivie dans les entreprises de Bill Ravel, ce qui avait révélé un réseau encore plus vaste. Le plus important élément de preuve dévoilé par l'enquête était un livre de compte parallèle, dans lequel la comptable personnelle de Bill Ravel notait scrupuleusement les paiements en liquide effectués.

Plusieurs hommes politiques y étaient cités. James Salmon, ministres des transports à l'époque des faits, aurait ainsi touché environ un million de francs. L'enquête montrait que le ministre avait signé des contrats concernant Pétrocéan sur la même période. L'autre homme politique que le parquet avait mis en cause est Jean-Christophe Bouissou, alors représentant à l'Assemblée. Il aurait lui aussi touché autour d'un million de francs alors qu'il soutenait le projet de ferry King Tamatoa.

Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 17 Janvier 2018 à 14:11 | Lu 3597 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués