Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Bientôt une base scientifique à Clipperton



crédit : Stéphane Dugast
crédit : Stéphane Dugast
Papeete, le 20 janvier 2016 - L'île de Clipperton, appelée aussi île de la Passion a fait l'objet de deux expéditions scientifiques en 2013 et 2015. L'objectif est désormais d'installer une base scientifique sur l'atoll et asseoir la gouvernance de la France.

" La seule façon de contrôler la ressource et de protéger l'île de Clipperton est d'affirmer la souveraineté Françaises par une occupation permanente", lance le géographe Christian Jost de l'Université de Polynésie Française (UPF) lors d'une exposition photo sur Clipperton le 19 janvier. Surnommée aussi l'île de la Passion, cet atoll appartient à la France et celle-ci compte bien l'occuper en y installant une base scientifique.
La dernière mission baptisée " Passion 2015" qui s'est déroulée du 14 au 29 avril dernier a permis de réaliser un inventaire de la biodiversité, de mesures de l’atoll et du lagon et de collectes d’espèces sur l'île de Clipperton. " Nous portons le projet d'une station scientifique d'une dizaine de personnes qui serait ouvert à l'international et permettrait au scientifique de tout pays de venir étudier les conditions dans ces régions. C'est un très petit espace avec une biodiversité très réduite mais on observe des changements de communauté végétale et animale importants ", indique le géographe.

Le député du Tarn Philippe Folliot vient appuyer les scientifiques. Il s'est rendu à Clipperton lors de la dernière mission et désormais il doit rédiger un rapport sur le devenir de Clipperton qu'il remettra au Premier Ministre. " Je suis venu sur cette île pour clarifier le statut juridique de Clipperton, ses relations sur le plan pacifique. De plus, la ressource en thon est importante. Dans le cadre de mon rapport j'ai également étudié les éléments relatifs à la base scientifique internationale", confirme-t-il. Ainsi, le député réfléchit au système d'avitaillement de cette future base et aux travaux d'infrastructures comme la construction d'un abri para-cyclonique. Il est également envisagé la dératisation de l'île. "C'est une île jonchée de déchets (ramenés par l'océan) qui donne un sentiment d'abandon, on ne peut pas asseoir la souveraineté sur le territoire en y allant une fois par an", continue le député. Aucune date n'a encore été annoncée pour la construction de la base scientifique mais si celle-ci prend forme "la communauté scientifique internationale aura un outil avec une capacité d'étude intéressante", commente le député. Un peu à la manière de la base scientifique au Kerguelen mais à l'échelle de l'atoll.

Pendant 14 jours, les biologistes marins ont collecté et identifié des espèces sur le platier corallien. Crédit : Stéphane Dugast
Pendant 14 jours, les biologistes marins ont collecté et identifié des espèces sur le platier corallien. Crédit : Stéphane Dugast
Découverte en 1711, Clipperton est une terre française inhabitée depuis la seconde guerre mondiale à laquelle est associée une zone économique exclusive de 431.00 km2 dans l’une des régions les plus riches en thonidés au monde.

Christian Jost ( à gauche) géographe à l'UPF et Philippe Folliot, député du Tarn venu soutenir la mission Passion 2015.
Christian Jost ( à gauche) géographe à l'UPF et Philippe Folliot, député du Tarn venu soutenir la mission Passion 2015.

Rédigé par Noémie Debot-Ducloyer le Mercredi 20 Janvier 2016 à 16:14 | Lu 1091 fois






1.Posté par Mathius le 21/01/2016 06:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tiens, tiens serais ce mon analyse sur les richesses de Cliperton et son exploitation ã moyen terme ( que Flosse et Temaru ont lâché) qui est entrain de ce révéler? Franchement quelle bande d'imcompetents ces elus de POLYNESIE. Et ils continuent en refusant de faire dès marquises la zone prioritaire du développement économique pour un véritable avenir économique au futur générations polynésiennes.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance