Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Aux Antilles, les carnavaliers bravent le Covid-19... et les autorités



Fort-de-France, France | AFP | mercredi 17/02/2021 - Chantant et dansant sous leurs déguisements, des habitants de Fort-de-France et Pointe-à-Pitre ont bravé cette semaine l'interdit de défiler lors du traditionnel carnaval pour cause de Covid-19, tandis qu'à Cayenne les habitants étaient enfin autorisés à défiler.

Les 4 jours gras clôturent toutes la période carnavalesque aux Antilles et en Guyane.

Vêtues de rouge et de noir, près de 500 personnes ont défilé mardi soir dans les rues de Fort-de-France, dont les accès étaient pourtant fermés aux carnavaliers.

Loup sur le nez mais sans masque sur la bouche, l'un d'eux confie à l'AFP être venu "pour montrer aux autorités que ce n'est pas eux qui décident".

Car ce carnaval est illégal. Chaque jour, depuis dimanche, ils sont des centaines à "courir le vidé". C'est ainsi que se nomment ces déambulations populaires traditionnelles. Covid-19 oblige, elles ont été interdites cette année. La ville a donc été fermée à la circulation tous les après-midi.

A la place, la mairie de Fort-de-France et plusieurs associations carnavalesques ont organisé un "carnaval autrement", dans l'enceinte du stade Pierre Aliker avec une jauge de 5.000 personnes par jour. Un événement rapidement boudé par le public au profit des carnavals illégaux.

Mardi, plusieurs fourgons de gendarmerie avaient été positionnés devant les accès du centre de Fort-de-France pour empêcher le passage des carnavaliers, ce qui a donné lieu à quelques échauffourées, condamnés par le préfet.

"C'est notre tradition"

Loin des heurts, les "vidés" ont continué. Chacun sait qu'il est dans l'illégalité et fuit les caméras, tenant à rester anonyme. 

"C'est notre tradition, notre carnaval c'est à nous. Leur stade ne nous intéresse pas !", déclare l'une des participantes, un peu à l'écart de la foule, tenant sa fille en bas âge par la main. 

Au bord de la route, Juliette est sortie regarder le spectacle. A son âge, elle a déjà vu de nombreux carnavals. Celui-là la fait sourire: "on désobéit un petit peu. Nous sommes tellement habitués à notre carnaval et avec tous ces problèmes de Covid, les gens sont enfermés chez eux, ils sont brimés donc ils ont besoin de se défouler quand même".

A Pointe-à-Pitre, chef lieu de l'île de la Guadeloupe, une quarantaine de Guadeloupéens fêtaient eux-aussi mardi-gras au son d'un groupe de ka, la musique traditionnelle, dans une zone un peu isolée de la ville, bravant mardi soir l'interdiction des défilés.

"C'est vrai qu'il y a le Covid, il y a les variants. On essaie de faire très attention, de garder les distances de sécurité, même si c'est difficile. C'est vrai que c'est un rassemblement, mais on se doit de marquer ce que nous ont laissé les anciens", explique un jeune homme, le visage masqué par un bandana. 

"C'est super important parce que le ka, c'est ce qui fait vibrer tout Guadeloupéen", renchérit un autre jeune homme.

"Plusieurs centaines de personnes", selon les médias locaux, s'étaient déjà rassemblées pour défiler lors du dimanche gras, provoquant l'ire de la Préfecture qui a annoncé qu'elle allait lancer des poursuites.

"Le Covid, on l'oublie" 

En Guyane, la préfecture avait interdit fin décembre les festivités carnavalesques, qui durent traditionnellement tout le mois de janvier et s'achèvent aux jours gras. 

Mais comme la situation sanitaire s'est depuis améliorée, les services de l'État ont finalement autorisé les traditionnels défilés des jours gras en assouplissant les mesures, fournissant des masques et définissant des jauges.

Mais dans le cortège, les masques de singes étaient bien plus nombreux que les masques chirurgicaux préconisés. La plupart des participants l'avait baissé sur le menton, pour ceux qui le portaient. Quant à la jauge, "elle a parfois été dépassée", admet le sous-préfet Daniel Fermon, "mais ce cas de figure était prévu".

"Le covid, on l'oublie", crie un participant à travers son masque (de singe, pas chirurgical). 

Pour Line, vêtue de rouge et cornes en plastique sur la tête, "c'est un soulagement de respecter la tradition, même si ce n'est qu'en partie". En effet, les dancings, autres composants du carnaval guyanais, restent fermés, la promiscuité qui plaît tant aux danseurs constituant un risque en cette période.

le Jeudi 18 Février 2021 à 06:10 | Lu 242 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus