Tahiti Infos

Australie: des autochtones saluent une décision d'un comité de l'ONU en leur faveur


Crédit TALEI ELU / GRATA FUND / AFP
Crédit TALEI ELU / GRATA FUND / AFP
Sydney, Australie | AFP | lundi 26/09/2022 - Des militants autochtones du détroit de Torrès ont affirmé lundi que leur combat venait de commencer, après la décision du Comité des droits de l'homme de l'ONU en leur faveur, estimant que l'Australie avait violé leurs droits en échouant à les protéger contre le changement climatique.     

Yessie Mosby, plaignant originaire du détroit de Torrès, a assuré à l'AFP qu'il avait pleuré des "larmes de joie" en apprenant vendredi que les experts du Comité des droits de l'homme des Nations unies lui avaient donné raison.

M. Mosby a déclaré qu'il s'était joint aux plaignants dans cette affaire après avoir vu les tombes des membres de sa famille dévastées par la montée du niveau de la mer qui submerge, petit à petit, sa maison située sur une île de faible altitude.

"Moi, mes enfants, ma femme et quelques autres membres de ma famille, nous marchions sur la plage et ramassions les restes de nos aînés", se souvient-il. 

L'érosion des îles "nous affecte mentalement, physiquement et spirituellement", insiste-t-il.

Les plaignants reprochaient à l'Australie de ne pas avoir établi des digues assez élevées et de ne pas avoir réduit les émissions de gaz à effet de serre, bien que leurs îles soient parmi les plus menacées au monde par la montée des eaux.

En 2019, le Comité avait été saisi. Une plainte inédite par quatorze autochtones - huit citoyens australiens et six de leurs enfants - habitant les îles de Boigu, Poruma, Warraber et Masig, dans le détroit de Torrès qui sépare le Nord de l'Australie de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, a été déposée. 

Près de trois ans plus tard, le Comité des droits de l'homme de l'ONU a tranché en leur faveur.

Les autorités australiennes "ont violé leurs droits (des autochtones) à profiter de leur culture et à échapper à des interférences arbitraires dans leur vie privée, leur famille et leur domicile", soulignent les experts, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU, dans leur décision rendue vendredi à Genève. 

Bien que non contraignantes, les décisions du Comité ont un écho important et forcent souvent les États à agir pour protéger leur réputation. 

Le Comité a demandé à l'Australie de dédommager les habitants des îles pour "les préjudices déjà subis, de lancer des consultations sérieuses pour déterminer leurs besoins et prendre des mesures pour sécuriser l'existence sur leurs îles respectives".

Pour M. Mosby, cette décision "est une grande victoire (...) et ce n'est que le début". 

"Toutes les autres îles de faible altitude du Pacifique et du monde entier qui souffrent du changement climatique, cela leur ouvrira des portes", a-t-il espéré.

le Lundi 26 Septembre 2022 à 02:54 | Lu 241 fois