Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Australes : un ménage dépense en moyenne 172 000 Fcfp par mois



En 2015, le niveau de vie médian des habitants des Australes est inférieur d’un tiers au niveau de vie médian de l’ensemble de la Polynésie française.
En 2015, le niveau de vie médian des habitants des Australes est inférieur d’un tiers au niveau de vie médian de l’ensemble de la Polynésie française.
PAPEETE, le 12 mars 2018. Entre 2000 et 2015, les dépenses des ménages des Australes ont augmenté de 33 % hors inflation, elles atteignent 172 000 Fcfp par mois en moyenne. L'alimentation, les transports, le logement et les transferts d’argent représentent 60 % des dépenses de consommation. Les transferts d’argent représentent 13 % du budget des familles, contre 6 % pour l’ensemble de la Polynésie française. En 2015, la moitié de la population des Australes déclare disposer de moins de 58 000 Fcfp. L’autoconsommation reste une pratique importante aux Australes. C'est ce qui ressort d'une étude de l'Institut de la statistique de la Polynésie française.



La part des transferts d’argent est plus conséquente

En 2015, la dépense totale des ménages résidant aux Australes atteint 3,6 milliards de Fcfp, soit en moyenne 172 000 Fcfp par mois. En 15 ans, la dépense totale progresse de 33 %, hors inflation. Cette évolution s’explique en partie par l’augmentation de la population (+ 10 %). La construction de deux aéroports (Raivavae en 2002 et Rimatara en 2006) a également bénéficié aux échanges monétaires. L’alimentation, les transports, le logement et les transferts d’argent correspondent à plus de la moitié de la dépense totale. Comparé à la moyenne en Polynésie française, les transferts d’argent, l’alimentation et la communication représentent une part plus conséquente dans le budget des ménages. À l’inverse, les transports, les « hôtels, cafés, restaurants » et le « logement et énergies » sont des postes moins représentés. Entre 2000 et 2015, les parts de l’alimentaire et du transport ont diminué respectivement de 5 et 10 points au profit des transferts d’argent et des emprunts qui augmentent respectivement de 10 et 4 points. La dépense moyenne par unité de consommation (UC) aux Australes correspond à moins de deux tiers de celle de la Polynésie française et au tiers de la dépense en France métropolitaine. Néanmoins, la taille des ménages aux Australes comme sur l’ensemble de la Polynésie française est plus importante qu’en métropole. Au total, la dépense moyenne par ménage aux Australes équivaut à 60 % de la dépense pour l’ensemble de la Polynésie française et 65 % de celle de la France métropolitaine.

L’alimentation demeure le premier poste de dépenses

La dépense alimentaire moyenne est plus faible aux Australes qu’en Polynésie française… Aux Australes, la dépense alimentaire au sens strict, c’est-à-dire hors alcool et repas pris hors domicile, est le premier poste de dépenses des ménages. Elle représente 21 % du budget global des ménages et s’élève à 36 900 Fcfp par mois en moyenne, soit 30 % de moins que sur tout le territoire. Les viandes et les produits céréaliers sont les deux premiers produits alimentaires les plus achetés. Ils constituent chacun un quart de la dépense alimentaire totale. Les produits céréaliers sont consommés par toute la population. La boulangerie et la pâtisserie sont les produits les plus achetés tandis que les pâtes, la farine et autres céréales concernent moins de la moitié des ménages. Les viandes sont également achetées par tous les ménages des Australes et particulièrement la charcuterie en conserve. Les viandes de bœuf et de porc, sont achetées par moins d’un quart des ménages.

Le transport, deuxième poste de dépenses

Aux Australes, l’autoconsommation apparaît comme un moyen de subsistance pour les ménages les plus modestes.
Aux Australes, l’autoconsommation apparaît comme un moyen de subsistance pour les ménages les plus modestes.
Alors que ce poste "dépense de transport" passe de la troisième à la seconde place pour l’ensemble de la Polynésie française, aux Australes, malgré un poids en nette baisse entre 2000 et 2015, le transport reste le second poste budgétaire. Les dépenses s’élèvent à 22 500 Fcfp par mois en moyenne et par ménage (deux fois moins que sur la Polynésie française) et représentent 18 % du budget non alimentaire. Hors achat de véhicule, elles représentent 17 000 Fcfp par mois et par ménage (24 300 Fcfp en Polynésie française) et concernent 61 % des ménages. En 2015, 5 % des ménages ont acheté une voiture pour un montant moyen de 105 000 Fcfp par mois contre 11 % des ménages et une dépense moyenne mensuelle de 187 000 Fcfp sur l’ensemble de la Polynésie française). Par ailleurs, le budget mensuel moyen pour un service de transport est de 8 000 Fcfp. Rapportée aux seuls ménages qui les utilisent, soit 40 %, la dépense s’élève à 20 000 Fcfp par mois. Le transport inter-îles constitue la part la plus importante de ces services. Les dépenses atteignent 6 600 Fcfp en moyenne par mois et par ménage et 19 000 Fcfp pour les 35 % de ménages utilisateurs.

La moitié de la population déclare avoir un revenu inférieur à 58 000 Fcfp

En 2015, le niveau de vie médian des habitants des Australes est inférieur d’un tiers au niveau de vie médian de l’ensemble de la Polynésie française. Les ressources monétaires dont dispose la moitié des individus sont inférieures à 58 000 Fcfp. Le revenu moyen par unité de consommation (UC) est de 83 000 Fcfp. Il progresse de 4 % par rapport à l’année 2000 en francs courants, mais compte tenu de l’augmentation des prix entre 2000 et 2015, il diminue en terme réel de 14 %. Les inégalités monétaires sont marquées par des revenus particulièrement faibles pour les ménages les plus modestes. Les 20 % les plus modestes de la population déclarent disposer de moins de 25 000 Fcfp par mois et par UC, soit en moyenne, un revenu dans ce quintile, de 17 000 Fcfp par mois. L’autoconsommation apparaît comme un moyen de subsistance pour les ménages les plus modestes. En effet, les 20 % les plus modestes autoconsomment l’équivalent de 15 000 Fcfp par mois et par UC en produits alimentaires, doublant ainsi leurs « ressources » mensuelles.

Lire la publication de l'ISPF

Rédigé par D'après une publication de l'ISPF le Lundi 12 Mars 2018 à 10:06 | Lu 3219 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués