Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Attentat contre Charlie Hebdo : « Ils ont été tués parce qu'ils avaient fait des dessins »



Attentat contre Charlie Hebdo :  « Ils ont été tués parce qu'ils avaient fait des dessins »
PAPEETE, le 14 janvier 2015. Mercredi matin, une minute de silence a été observée dans les établissements scolaires du fenua en mémoire des victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Depuis la rentrée, les professeurs ont évoqué avec leurs élèves cet événement. Avec leurs mots, les collégiens de Taaone expliquent comment ils ont perçu cette actualité dramatique.

« Nous avons fait une minute de silence pour rendre hommage à Charlie Hebdo. Douze personnes sont mortes », explique un groupe de collégiens en classe de 4e de Taaone. Mercredi matin, les écoles et les établissements scolaires de Polynésie française étaient invités à observer « une minute de silence en mémoire des victimes des attentats des derniers jours à Paris » indique la présidence. «Cet événement ce n'est pas seulement une dizaine de personnes tuées à Paris. Cet événement a fait la une de tous les journaux dans le monde entier », a expliqué Guillaume Froeschel, principal du collège de Taaone, quelques secondes avant la minute de silence. « Aujourd'hui nous allons montrer que la liberté de s'exprimer est un droit absolu pour tout un chacun y compris vous les élèves. »
A 8 h 45, les 820 élèves du collège de Taaone se sont tus pendant une minute avant de chanter La Marseillaise, hymne national français.

Les élèves du fenua
ont donc fait la minute de silence une semaine, jour pour jour, après l'attentat contre Charlie Hebdo. Mercredi dernier, vers 11h30 (heure de Paris), deux hommes ouvraient le feu au siège de Charlie Hebdo à Paris en pleine conférence de rédaction, criant "Allah akbar" et tuaient 12 personnes, dont huit collaborateurs de l'hebdomadaire satirique -parmi lesquels cinq dessinateurs- et deux policiers. Les tueurs depuis ont été identifiés: les frères Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, le premier étant un jihadiste condamné en 2008.


Des discussions en classe

Une semaine après, les collégiens se posent encore beaucoup de questions. « Dès que j'ai eu la circulaire de Madame la ministre, j'ai donné des instructions aux enseignants d'histoire-géographie pour que systématiquement, chacun y consacre un peu de son temps dans sa classe pour expliquer les événements et l'importance de la liberté d'expression », explique Guillaume Froeschel, principal du collège de Taaone.

Tous les collégiens de Taaone ont respecté la minute de silence et ont compris que c'était un « hommage » aux victimes. Mais qui est Charlie Hebdo ? « Un journaliste ? », hésite une élève de 4e. « Non, c'est un journal », complète sa camarade. « Des gens ont été tués parce qu'ils avaient fait des dessins du dieu des musulmans », ajoute une élève de 6e.


« Le caricaturiste te fait ta tête en plus gros »

Symbole d'une presse libre, fondeuse et anticléricale, l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, victime de l'attentat meurtrier, avait déjà été la cible ces dernières années de menaces et d'un incendie criminel après la publication de caricatures de Mahomet. « Une caricature, c'est quand quelqu'un te dessine, mais déformé », expliquent en groupe Marlealani, Gaspard, Mihiarii, Tauatea, Manua, Tautiare et Thomas, élèves de 4e. « Le caricaturiste te fait ta tête en plus gros. Il se moque. Pour eux, ces dessins étaient une insulte à leur Dieu. »

Parmi les élèves hier, certains portaient un panneau sur lequel était écrit « Je suis Charlie » ou « O Vau teie o Charlie ». Tous n'ont pas compris cette phrase, lancée par le directeur artistique et journaliste musical au magazine Stylist, devenue un étendard de la liberté. "Ce que je voulais dire, c'est que c'est comme si on m'avait touché moi, je me sens personnellement visé, ça me tue, quoi", avait-il confié à RTL la semaine dernière. « Cela veut dire que toute la France a été touchée ?», demande une des adolescentes. « Oui », lui répond un camarade. « Même l'Amérique nous a représentés, l'Allemagne aussi ! »

Pour cette minute de silence, la ministre de l'Education Nicole Sanquer et la députée Maina Sage étaient présentes.
Pour cette minute de silence, la ministre de l'Education Nicole Sanquer et la députée Maina Sage étaient présentes.

Guillaume Froeschel, principal du collège de Taaone

« Des instructions ont été données aux enseignants d'histoire-géographie »

Avez-vous donné des consignes depuis la rentrée aux professeurs ?
Dès que j'ai eu la circulaire de Madame la ministre, j'ai donné des instructions aux enseignants d'histoire-géographie pour que systématiquement, chacun y consacre un peu de son temps dans sa classe pour expliquer les événements et l'importance de la liberté d'expression.

N'est-ce pas compliqué d'expliquer aux collégiens un événement qui s'est passé à plus de 17 000 kilomètres ?
C'est extrêmement compliqué. Le sentiment d'appartenance à la communauté française est parfois un petit peu ténu. On a eu des réactions d'élèves qui nous disaient : « Mais on est Tahitiens. On ne comprend pas trop ». On a donc aussi parlé des notions de respect, de non-violence et le droit de la liberté d'expression, qui sont des droits universels. On a aussi insisté sur la solidarité.

Quels mots utiliser pour parler de cet événement à des collégiens ?
Les mots les plus simples possibles et il faut peut-être aussi partir d'événements quotidiens comme dans les établissements scolaires aussi. L'établissement peut-être un lieu avec des violences.

Rédigé par Mélanie Thomas le Mercredi 14 Janvier 2015 à 14:18 | Lu 1082 fois







1.Posté par tortilla le 15/01/2015 06:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'il est rafraichissant de savoir que nos enfants polynésiens vivront dans un monde libre sans contraintes avec le droit d'exprimer leurs opinions sur tous les sujets de ce bas-monde et qu'ils ont appris que la liberté d'expression est un des droits fondamentaux de notre démocratie.
Je suis CHARLIE!

2.Posté par tortilla le 15/01/2015 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En faite j'ai réfléchi et je ne suis pas d'accord avec cette minute de silence...
Qu'on laisse les enfants tranquilles loin des propagandes des adultes....
Quelle est le but leurs apprendre qu'on serait les bons et que les autres sont les méchants...
Une terre, une humanité... laissons la division dans le cœur des aigris et des peureux...

3.Posté par tortilla le 15/01/2015 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De plus n'étant pas Polynésien moi même, qui je suis pour parler aux noms des autres et a fortiori de leurs enfants????

4.Posté par TAMATONA LATISSE le 20/01/2015 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

t'é qui pour faire la morale aux autre? Si t'é pa Polynésien alors ferme ta bouche! Fiu des doneurs de lesson

5.Posté par tortilla le 20/01/2015 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis israelien....

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Juin 2021 - 09:06 Te'avaro dépouillée de son sable

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus