Tahiti Infos

Attaque de requin à Moorea : Sursis requis contre la monitrice


Le requin longimane, parata en tahitien, est responsable de cette attaque contre une touriste au large de Moorea.
Le requin longimane, parata en tahitien, est responsable de cette attaque contre une touriste au large de Moorea.
Tahiti, le 5 octobre 2021 - Une monitrice de plongée était renvoyée, ce mardi, devant le tribunal correctionnel de Papeete pour une attaque de requin survenue en octobre 2019 lors d’une sortie baleine qu’elle organisait à Moorea. La victime, une touriste, s’en était sortie avec 180 jours d’ITT. Six mois de prison avec sursis et une interdiction d’un an d’exercer une activité en lien avec la plongée ont été requis par la procureure. Le tribunal rendra sa décision le 26 octobre. 

"Je considère que ce jour-là, ce requin que j’ai vu ne présentait aucun danger. Je n’ai pas commis de faute", a déclaré une monitrice de plongée renvoyée, ce mardi, devant le tribunal correctionnel. Âgée de 39 ans, la monitrice menait, en octobre 2019 au large de Moorea, une sortie baleine, pour son compte, avec huit personnes présentes sur le bateau. 

Dès la première mise à l'eau, la monitrice a remarqué la présence d’un requin longimane, parata en tahitien, identifié par l'observatoire des requins en Polynésie et par divers experts, comme l’une des quatre espèces de squale connue pour s’attaquer à l’homme. Mais la sortie s’est tout de même poursuivie. La deuxième mise à l’eau s’est passée sans soucis, mais sur la troisième, une touriste, isolée du groupe, a été attaquée par un parata. La victime, grièvement touchée au bras droit, est secourue dans la foulée par la monitrice qui a ensuite repoussé le squale. La touriste s’en est sortie avec 180 jours d’ITT. 

"Ce qui s’est passé c’est inédit"

La monitrice était donc renvoyée, mardi, devant le tribunal correctionnel pour répondre des faits de blessures involontaires avec incapacité supérieure à trois mois. La prévenue était également poursuivie pour prise de vue non autorisée d’espèce animale protégée. L’intéressée, patentée auprès de plusieurs clubs de plongée, ne disposait en effet lors des faits reprochés d’aucune autorisation individuelle pour l’observation des baleines. 

Lors de l’audience, la monitrice a été longuement interrogée sur sa connaissance de la dangerosité du requin parata. "L’animal était loin et ne présentait aucun signe d’agressivité. Je n’ai pas commis de faute. Sur ce qui s’est passé c’est inédit", s’est défendue la prévenue.

"Comment expliquez-vous que d’autres prestataires ne se mettent pas à l’eau si un requin parata est repéré ?", a insisté la procureure. "Je respecte leurs procédures mais, ce jour-là, le requin que j’ai vu ne représentait aucun danger", a expliqué la professionnelle en s’appuyant notamment sur ses années de plongée en Mer Rouge, où le requin parata est bien connu. 

La victime, présente à l’audience, s'est également exprimée à la barre, en indiquant que "cet accident aurait pu être évité. Il n’y pas eu de briefing ou d’informations particulières sur les requins. Le parata on n’en a pas parlé plus que ça." Cette dernière a par ailleurs subi 14 opérations depuis l’accident et a indiqué au tribunal ne plus vivre une vie normale. 

La procureure a requis une peine de six mois de prison avec sursis et une interdiction d’un an d’exercer une activité en lien avec la plongée. "Il y a là clairement une faute caractérisée, car elle a mis à l'eau des personnes tout en sachant qu'il y avait un risque avérée, dû à la présence de ce requin", a déclaré la représentante du parquet. 

Me Benouar, avocat de la monitrice, a plaidé de son côté la relaxe de sa cliente en expliquant, entre autre, que la dernière attaque de parata en Polynésie française remontait à 1972. Le conseil a également insisté sur le fait que sa cliente n'était pas responsable d'une attaque létale et que la prévenue avait immédiatement porté secours à la victime. 

Le tribunal rendra sa décision dans cette affaire le 26 octobre. 

Rédigé par Désiré Teivao le Mardi 5 Octobre 2021 à 20:39 | Lu 5083 fois