Tahiti Infos

Aremiti songe à une liaison Taravao-Papeete


Tahiti, le 12 avril 2022 - Lors du bilan d'exploitation de la ligne Apetahi Express, le groupe Degage a exprimé son désir de redéployer fin 2023 l'Aremiti V sur une liaison entre Taravao et Papeete pour désengorger le flux routier.
 
En présentant le bilan après un an d'exploitation de la ligne maritime entre Tahiti et les îles Sous-le-Vent, le groupe Degage, a exprimé son souhait de développer une liaison maritime entre Taravao et Papeete. “Nous souhaitons vraiment apporter une solution de désenclavement pour les habitants de Taravao qui passent des heures sur la route, dans les transports, pour aller travailler en ville”, explique Samuel Matton, directeur commercial du groupe. C'est, en effet, à cette population qui prend la route dès quatre du matin tous les jours que le groupe veut proposer un moyen de transport en commun “fiable, rapide et économique”. “Nous pensons que la route n'est pas la solution”, ajoute Samuel Matton.
 
Redéployer l'Aremiti V
 
“Faire un transport maritime serait une solution rapide à déployer. On pourrait se lancer d'ici un an”, explique le directeur commercial. En effet, il s'agirait, dans un premier temps, de repositionner le navire Aremiti V, actuellement mobilisé par la liaison vers les îles Sous-le-Vent, mais qui va être bientôt “libéré” par la mise en service du futur Apetahi Express. “L'idée c'est de mettre en place une ligne au départ de la baie de Phaëton avec arrivée à la gare maritime de Papeete. On pourrait faire ça en une heure et quinze minutes, avec l'Aremiti V, en transportant entre 500 et 700 passagers. En partant à 5h45 le matin, on pourrait arriver en ville à 7h, je pense que ce serait un vrai gain”. Avant, le cas échéant, de le remplacer par un nouveau bateau spécifique, à l'image de ce qu'il se passe pour la ligne desservant les Raromata'i.

Reste que, pour pouvoir ouvrir la liaison entre Taravao et Papeete, le groupe Degage déclare avoir besoin d'un soutien financier du Pays. Faute de quoi l'Aremiti V devrait être vendu et le projet, abandonné. “(Cette liaison) est à l'état de projet. On va approcher le Pays pour savoir s'il a envie de nous accompagner là-dedans. Et si, oui, on pourra avancer. Dans le cas contraire, on sera contraint de vendre l'Aremiti V. On a déjà des demandes dessus, mais ça nous intéresserait plus de lancer une nouvelle ligne et de l'exploiter au service de la population”, détaille Samuel Matton.

Modélisation du futur Apetahi Express
Modélisation du futur Apetahi Express
Un nouveau navire aux Raromata'i
 
Le nouvel Apetahi Express, construit dans les chantiers vietnamiens de la compagnie australienne Austal, doit en effet être livré au premier semestre 2023. Moderne et rapide, puisqu'il permettra de rallier Tahiti à Huahine en moins de trois heures, le navire de 580 places a été spécialement conçu pour cette liaison entre les îles Sous-le-Vent et Tahiti, ce qui n'est pas vraiment le cas de l'Aremiti V, qui “fait quand même bien le job”, au dire de Samuel Matton. “Aux Raromata'i on se prend le mara'amu 5 mois dans l'année, on a des houles qui dépassent souvent 2.5m. L'Aremiti V tient la mer jusqu'à 2.5 m, mais au-delà, ça secoue. Le nouvel Apetahi Express ne prend pas beaucoup de passagers en plus, mais il est plus long, plus haut, avec ses trois mètres sous tunnel, pour mieux passer dans le mara'amu et la houle”, explique Tuanua Degage, directeur général du groupe.
 
Favoriser le confort
 
Sa coque dernière génération lui permettrait de mieux encaisser la houle de face. “Cette coque est avant-gardiste. Elle est plus économique, elle rend le bateau plus rapide, plus stable et moins polluant car elle le fait consommer moins”, détaille le directeur général. L'objectif est clair : favoriser le confort des passagers et s'adresser à ceux qui craignent d'avoir le mal de mer. C'est la raison pour laquelle le choix a été fait de ne pas avoir de garage à bord et de ne pas prendre de fret, en dehors des bagages. Les salons passagers peuvent être alors placés le plus bas possible pour être moins sensibles aux mouvements du bateau. Les stabilisateurs ont également été spécialement revus. Ce nouveau navire représente un investissement de 2.5 milliards de Fcfp pour le groupe.
 
Une ligne bientôt rentable, mais plus chère
 
Le groupe affiche une grande satisfaction en présentant les résultats après un an d'exploitation de cette liaison maritime entre Tahiti et les Raromata'i. “On a déjà des résultats au-delà de nos espérances. (La ligne) n'est pas encore rentable, mais on n'en est pas très loin”, déclare Samuel Matton. Avec trois rotations par semaine, “on est souvent full les week-ends et les vacances”, ajoute le directeur commercial. Selon lui, c'est une clientèle très familiale et surtout les groupes, associations sportives et culturelles en tête, qui prisent ce moyen de transport. Près d'un tiers du flux est inter-îles, à la grande surprise de l'exploitant qui signale que ce phénomène est même “en augmentation”.
Mais la compagnie prévient : les prix seront revus à la hausse de +5 % sur les aller-retour et +7%  sur les aller simples. En cause : la hausse du prix des carburants, selon le groupe Degage. 10 Fcfp par litre c'est énorme pour une exploitation comme la nôtre”, se défend Samuel Matton. Selon lui, l'Apetahi Express reste toujours le moyen de transport le plus économique pour aller aux ISLV, surtout avec deux bagages de 23 kg”.

 

Modélisation du futur Apetahi Express
Modélisation du futur Apetahi Express

Rédigé par Antoine Launey le Mardi 12 Avril 2022 à 19:35 | Lu 5388 fois