Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Après le cyclone Evan : un demi-million de dollars pour Samoa



Après le cyclone Evan : un demi-million de dollars pour Samoa
MANILLE, vendredi 28 décembre 2012 (Flash d’Océanie) – Après le passage destructeur du cyclone Evan à Samoa, le 14 décembre 2012, la Banque Asiatique de Développement, basé à Manille (Philippines) a annoncé vendredi une aide d’urgence sous forme d’une enveloppe d’un demi-million de dollars US.
Cette aide, sous forme de subvention exceptionnelle, sera versée au gouvernement de Samoa « pour aider à financer les efforts de secours humanitaires en faveur des population touchées par le cyclone Evan », a annoncé cet organisme de financement de l’aide au développement dans un communiqué depuis son antenne subrégionale à Suva (Fidji).
Cette enveloppe devrait aussi contribuer aux travaux de reconstruction et de réhabilitation dans les zones les plus affectées, en particulier dans la capitale Apia et ses environs, a précisé la banque, qui rappelle que « plus de quatre mille personnes se trouvent toujours dans des centres d’évacuation ».
Ce fonds d’urgence a été débloqué dans le cadre d’une enveloppe flexible prévue en réponse à des catastrophes naturelles dans la région Asie-Pacifique.
La facture des dégâts occasionnés par le cyclone Evan à Samoa est actuellement estimée à 125 millions de dollars (infrastructures, ponts et chaussées, bâtiments).
La Banque Asiatique de Développement était déjà intervenue, tout comme d’autres partenaires régionaux et internationaux de développement, après le tsunami qui avait frappé Samoa (ainsi que le territoire voisin des Samoa américaines et le Nord de Tonga) fin septembre 2009 en débloquant, dans le cadre du même fonds d’intervention d’urgence, un million de dollars US à cet archipel polynésien.
D’autres aides sont encours, cette fois-ci sous forme de prêts à taux préférentiels, pour un montant annoncé de 186 millions de dollars US (dans les domaines de l’éducation, de la santé publique et des infrastructures énergétiques), précise la banque.
Après le passage du cyclone Evan, l’un des problèmes majeurs post catastrophe aux quels se trouve confronté Samoa concerne l’accès à l’eau courante, le réseau électrique ne permettant pas encore de fournir suffisamment de courant pour alimenter les pompes de la compagnie nationale.
D’autres interventions, notamment en provenance d’Australie et de Nouvelle-Zélande, se sont concentrées, entre autres, sur la fourniture de groupes électrogènes pour tenter de pallier ce problème qui a aussi des répercussions sanitaires (avec le potentiel d’apparition de maladies liées à la présence d’eau stagnante, comme la dysenterie, la typhoïde, la leptospirose ou encore la fièvre hémorragique dengue).
Les agences onusiennes basées dans la région (en premier lieu l’Organisation Mondiale de la Santé [OMS] et le Fonds Mondial pour l’enfance [UNICEF]), dans le cadre de leurs interventions post-Evan à Samoa et à Fidji, mettent un accent tout particulier sur la distribution de kits d’hygiène ainsi que sur le renforcement des messages de sensibilisation et d’éducation aux gestes élémentaires d’hygiène (faire bouillir l’eau, se laver les mains, ne pas marcher pieds nus).

À Fidji, où Evan a durement frappé le 17 décembre 2012 dans les parties Nord et Ouest de l’île principale de Viti Levu, des équipes sanitaires ont été déployées depuis quelques jours afin de surveiller l’éventuelle progression de la typhoïde, qui est déjà apparue à plusieurs reprises dans cet archipel.
À Ba (Nord), un village tout entier, Koroboya, fait déjà l’objet de restrictions de la circulation des personnes, pour une durée initiale d’un mois, après le dépistage de cinq cas de typhoïde.
L’objectif de ces mesures : empêcher la propagation involontaire de la maladie par le déplacement de personnes infectées.
Elles sont désormais confinées aux limite de leur village, a confirmé vendredi le Dr Josefa Koroivueta, directeur adjoint au ministère de la santé.

pad

Rédigé par PAD le Vendredi 28 Décembre 2012 à 06:38 | Lu 563 fois






1.Posté par beaulieu jean pierre le 28/12/2012 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je plains de tout coeur ces pauvres gens frappés durement par les éléments et j'éspére que les aides allouées leurs seront suffisantes. Par contre demander aux îliens de ne pas marcher pieds nus est une gageure. Le manque de moyens sanitaire oblige le confinement de certaines populations, j'éspére quand même qu'ils auront en priorité les soins necessaires pour enrayer l'épidémie de typhoide .

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués