Tahiti Infos

Alpha puni, mais pas trop


Tahiti, le 4 novembre 2021 – Le président du Pays, Edouard Fritch, a démis jeudi de ses fonctions son vice-président, Tearii Alpha, tout en le gardant ministre au sein de son gouvernement, en raison du refus du maire de Teva i uta de se faire vacciner contre le Covid-19. Une "demi-mesure" raillée par l'opposition et qui n'arrange pas grand monde dans les rangs de la majorité.
 
Attendue depuis le dernier conseil politique du Tapura il y a deux semaines, la "décision" d'Edouard Fritch sur la situation de non-vaccinés de Tearii Alpha et Gaston Tong Sang est tombée mercredi soir en comité de majorité. Le président du parti et du Pays a annoncé à ses élus qu'il mettait fin aux fonctions de vice-président de Tearii Alpha, tout en le conservant comme ministre au sein de son gouvernement. L'annonce du nouveau vice-président n'a pas encore été faite. Elle est attendue pour lundi prochain.
 
"Je lui ai laissé le temps nécessaire pour arrêter sa position qui a été débattue en sa présence lors du conseil politique du 21 octobre et au sein du conseil des ministres. On m’a parfois reproché de tarder à décider. Vous me connaissez à présent, j’ai pris le temps de mûrir ma décision, tout comme j’ai laissé le temps à Tearii Alpha de mûrir la sienne", a annoncé le président à ses élus mercredi soir, rapportait jeudi matin un communiqué de la présidence. "Je considère que lorsqu’on est un homme politique, les considérations individuelles doivent s’effacer devant la responsabilité collective."
 
"Laissez moi mon libre arbitre"
 
Ce même communiqué de la présidence indiquait également jeudi que Tearii Alpha restait "soumis à la loi sur l’obligation vaccinale, car elle concerne également les élus et les membres du gouvernement, au titre de l’exemplarité". Une loi à laquelle Tearii Alpha devra se "conformer le moment venu". Et ce n'est que "dans l’attente" qu'il demeure ministre de l’Agriculture, de l’Economie bleue et du domaine, en charge de la Recherche.
 
Une option que l'intéressé ne semble pas prêt de retenir, puisque l'ancien vice-président s'est exprimé jeudi après-midi à l'assemblée sur sa situation politique. "Si je suis resté ministre aujourd'hui, c'est à la demande du président. Ce que j'ai accepté", a annoncé Tearii Alpha en reo tahiti en réponse à une question de l'élu Tavini Anthony Géros. "Car je n'ai pas envie de le saboter le gouvernement. S'il a toujours confiance en moi, j'accepte la confiance qu'il me porte. C'est pour ça que j'ai accepté de rester ministre au sein de son gouvernement." Mais sur la question de la vaccination, pas de changement de ligne du néo-ministre : "Concernant la liberté de mon corps, laissez moi mon libre arbitre." Le président du groupe Tavini n'en demandait pas tant…
 
"Demi-mesure"
 
Reste que cette décision n'avait pas l'air de satisfaire grand monde jeudi, dans la majorité comme dans l'opposition… Quid de la situation –pour reprendre la jolie formule de Geffry Salmon– du "président inamovible de l'assemblée"  Gaston Tong Sang ? L'intéressé a littéralement fui les journalistes toute la journée de jeudi. Demi-mesure puisque Tearii Alpha reste membre d'un gouvernement dont il conteste les décisions ? Edouard Fritch a fui tout autant la question en prétextant un rendez-vous "chez le médecin" et en promettant qu'il s'exprimerait dans l'après-midi… Pour ne jamais revenir à l'assemblée. L'opposition ne s'est pas gênée de son côté pour commenter une "demie-décision", dixit l'élu non-inscrit Nuihau Laurey. "On a un président qui est spécialiste de la demi-mesure. Il ne sait pas trancher quand il faut trancher." Le président du groupe Tavini, Anthony Géros, a pointé du doigt de son côté l'incohérence de la majorité sur l'obligation vaccinale : "C'est un peu n'importe quoi. On ne sait plus qui fait quoi et comment font ceux qui sont à l'intérieur (du Tapura)".
 
Au sein de la majorité à l'assemblée, les langues n'étaient pas très promptes à se délier. En "off" la plupart des membres de la majorité évoquaient surtout une situation inextricable pour Edouard Fritch, mais certains élus cachaient de moins en moins leur agacement face au "bras de fer" joué par Tearii Alpha contre le président du parti. Seul le ministre Jean-Christophe Bouissou a accepté de commenter ouvertement la décision. Affirmant toute la valeur qu'il accordait au désormais ex-vice-président, il s'est dit "respectueux de la manière dont le président Fritch gère cette situation qui n'est pas évidente". "Vous appelez ça une demi-mesure ? J'appelle ça une mesure. Et Tearii a parfaitement sa place au sein du gouvernement", a estimé le ministre. "Les gens qui nous soutiennent souhaitent que l'on reste bien unis. Nos adversaires souhaitent la désunion. Eh bien, ça ne se produira pas." Ne reste plus qu'à l'expliquer à Tearii Apha.
 

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun et Antoine Samoyeau le Jeudi 4 Novembre 2021 à 09:59 | Lu 8945 fois