Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



A Tahiti, le développement de l'énergie solaire a-t-il atteint ses limites ?



A Bora Bora, sur le motu Ome'e, l'hôtel Saint-Régis a obtenu en mai 2014 l'autorisation d'installer une centrale solaire photovoltaïque de 130 kWc, mais un an plus tard le même hôtel via la société Eco Energy n'a pas été autorisé à mettre en place une nouvelle génération de centrale solaire d'une capacité de production près de huit fois supérieure.
A Bora Bora, sur le motu Ome'e, l'hôtel Saint-Régis a obtenu en mai 2014 l'autorisation d'installer une centrale solaire photovoltaïque de 130 kWc, mais un an plus tard le même hôtel via la société Eco Energy n'a pas été autorisé à mettre en place une nouvelle génération de centrale solaire d'une capacité de production près de huit fois supérieure.
PAPEETE, 29 septembre 2015 - Pour désengager la dépendance du Pays à l'énergie fossile et aux centrales thermiques, l'une des pistes les plus avancée est la construction de nouvelles unités hydroélectriques. Quant aux grandes centrales photovoltaïques, elles se heurteraient, à Tahiti, à des difficultés techniques. Ainsi, le supermarché Carrefour d'Arue qui voulait équiper son toit de panneaux solaires n'a pas pu le faire.

En juin dernier, la société Eco Energy s'est vu refuser par le Pays l'installation d'un générateur solaire de 817 kWc sur le toit du magasin Carrefour d'Arue après un avis défavorable de la commission de l'énergie. "EDT en tant que gestionnaire de réseau avait pourtant validé la faisabilité technique du projet via une étude de raccordement" nous indique Eco Energy. Pour cette société qui a été à la pointe de l'énergie solaire et exploite notamment les centrales photovoltaïques des autres magasins Carrefour, c'est un coup dur. "La vocation première de la société Eco Energy est la maîtrise de la consommation énergétique, ainsi que la production d’énergie à partir d’énergies renouvelables, pour les besoins des sociétés de Louis Wane. La plupart de nos sociétés sont de gros consommateurs d’énergie électrique : hypermarchés, supermarchés et grossistes alimentaires avec des chambres froides et de la climatisation ainsi que les hôtels qui ont d’importants besoins en climatisation, éclairage et pompage. Le poste énergie représente une part importante des charges de fonctionnement de nos sociétés et il est crucial de maîtriser au mieux ces coûts" nous explique un responsable.

Pour Eco Energy, le soleil "une énergie fiable et durable" s’adapte parfaitement aux activités du groupe Wane, "forte consommation de jour, grande surface de toiture non valorisée, production locale. Les centrales photovoltaïques sont raccordées au réseau privé des sites et 85% de l’énergie produite est directement consommée, seuls les excédents représentant moins de 15 % sont injectés sur le réseau publics et vendus à EDT".

Le refus reçu en juin dernier n'a pas été compris au moment même où le gouvernement local affiche vouloir réduire la dépendance du Pays aux énergies fossiles. Selon Nuihau Laurey, il s'explique pourtant par des raisons techniques. "J'ai entendu parler d'un gros dossier qui a fait l'objet d'un avis défavorable de la commission de l'énergie parce que cette installation venait altérer la stabilité du réseau. On est quand même dans une petite île et au-delà de 30% de production d'énergie aléatoire sur le réseau, celui-ci peut être déstabilisé. Ça ce sont les techniciens qui le disent partout dans le monde. A ce jour, nous avons atteint 24 mega watt de puissance photovoltaïque installée sur Tahiti, on a multiplié quasiment par vingt en moins de dix ans cette capacité. On arrive aux limites". Le ministre des énergies reconnait que le réseau devra être modernisé sans préciser pour l'instant qui financera les nouveaux investissements à réaliser. Les producteurs photovoltaïques qui "sont à l'origine de cette nécessité" de revoir les capacités techniques du réseau pour absorber cette arrivée d'électricité sur les équipements existants, seront-ils appelés à mettre la main à la poche ?


Sur le sujet lire aussi l'article sur le plan de transition énergétique, CLIQUER ICI

A Bora Bora une centrale photovoltaïque de nouvelle génération ?

A Bora Bora, sur le motu Ome'e, l'hôtel Saint-Régis a obtenu en mai 2014 l'autorisation d'installer une centrale solaire photovoltaïque de 130 kWc en toiture des bâtiments de logement du personnel de l'hôtel. Un an plus tard, Eco Energy demande cette fois de créer une centrale photovoltaïque de 830 kWc intégrant un système de stockage permettant de lisser la production photovoltaïque et d’éviter de déstabiliser le réseau. Une centrale pionnière, mais dont le projet est refusé. "Le projet est suspendu du fait de l’absence de règles concernant le dimensionnement et le rôle du stockage. Ces règles doivent être définies par le Pays, organe régulateur du système énergétique polynésien" précise un responsable de la société Eco Energy. En jeu cette fois, le coût des batteries. "La capacité de stockage doit pouvoir être dimensionnée dans une juste mesure sans quoi le projet perde toute viabilité économique".


Rédigé par Mireille Loubet le Mardi 29 Septembre 2015 à 08:38 | Lu 3723 fois







1.Posté par papounette le 29/09/2015 08:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On va arriver à faire une commission qui déterminera quel est le propriétaire du soleil? et créer des zones de compétence? tout le monde délire, bon courage cette question va bien occuper nos esprits.

2.Posté par SIRE le 29/09/2015 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

EDT en tant que gestionnaire de réseau avait pourtant validé la faisabilité technique du projet, mais le ministre dit que ce n'est pas faisable techniquement.

Yeh, continuez comme ça

3.Posté par Bouddha Vert le 29/09/2015 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

Tout cela est peut être un peu curieux, troublant mais il faut rappeler que l'électricité ne se stocke pas, à part pour alimenter un petit appareil type téléphone…
Donc, cela veut dire qu'il faudrait installer autant de puissance électrique en photovoltaïque pour les consommation de jour que d'usines électriques au gaz pour assurer les besoins des soirées et de la nuit?

Non seulement ça coute cher (on double pratiquement la puissance installée), mais en plus il faut qu'en journée les centrales à gaz soient toujours prêtent à redémarrer quand il n'y a plus de soleil!
Pour qu'une centrale à gaz ou au charbon fonctionne de manière optimale il faut qu'elle maintienne un fonctionnement permanent, on ne relance pas un alternateur de plusieurs Kilowatts pendant 10 minutes 12 fois par jour, ça ne marche pas comme ça ou pas bien!

Techniquement dans un réseau, si on a plus de 30% d'électricité intermittente ( photovoltaïque ou éolienne ) les techniciens n'arrivent pas à gérer correctement les fluctuations, en particulier quand le soleil augmente et la consommation baisse, mais aussi inversement.
Résultat, dégradation du réseau électriques mais aussi des appareils alimentés!
Et encore, s...

4.Posté par TOM le 29/09/2015 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On est Champion du Monde du sous développement ... et on va garder notre titre pendant bien des années!

5.Posté par teriivaea le 29/09/2015 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"On est quand même dans une petite île et au-delà de 30% de production d'énergie aléatoire sur le réseau, celui-ci peut être déstabilisé. Ça ce sont les techniciens qui le disent partout dans le monde". Tout ça c'est en réalité "le monde selon EDT" .

Allez donc voir ce qui se passe sur l'ile de Maui, ile dont la taille du système électrique est tout à fait comparable à celui de Tahiti et qui passe régulièrement plus de 50% d'énergie intermittente en puissance instantanée sur le réseau.
E mea ma. Eiha pei e haavare noa.

6.Posté par SAS MALKO le 29/09/2015 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De retour pour féliciter les politicards qui gaspillent l'agent public (équipement et énergie) et font tout pour que la Polynésie ne s'inscrive jamais dans une politique de développement durable. A force de lécher le cul des importateurs de pétrole, on s'apercevra un jour lesquels puent de la gueule.

7.Posté par TuladiBouffi le 29/09/2015 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand les politicard s'en mêlent voilà à quoi on abouti. Protéger le monopole de EDT et paralyser la mise en place de l'autorité de la concurrence. Et dire que Nihau Laurey était soi-disant le grand défenseur du solaire et du développement durable, sauf qu'une fois aux commandes les pressions sont plus fortes. Post 5 a raison, ils nous prennent pour des c... et on en redemande. Aller les moutons, votez, pour le reste on s'en occupe. Et ensuite ça vient nous bassiner avec leur COP 21 et l'an prochain ce sera COP 22 avec sans doute une taxe écologique en prime.

8.Posté par wakrap le 29/09/2015 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toujours les mêmes escrologistes à raconter des mensonges. Ces gens deviennent la honte de notre société car vivent sur le dos des pauvres et de la misère crée par les subventions qui rentrent dans leurs poches. @ teriivaea: le renouvelable c'est en Aout 2012, 8.9% de la production à Maui et pas les 50% dont tu parles. https://en.wikipedia.org/wiki/Energy_in_Hawaii . Si WAN veut se mettre des panneaux solaires et vivre en autarcie, qui'l le fasse, personne ne le lui interdit, mais il veut toucher de la subvention, revendre quand c'est possible des KW au réseau sans assumer le prix délirant de la stabilisation du réseau ni l'amortissemnt de la centrale classique non utilisée que seuls les pauvres devront payer.

9.Posté par Zorro le 29/09/2015 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Selon Nuihau Laurey bla bla bla.....On arrive aux limites. Je commence sérieusement a me poser des questions sur la compétence de ce gouvernement en matière de politique générale. Les politiques locaux sont tellement bons que si on leur donnait la gestion d'un désert de sable, 1 an après leur gestion il faudrait importer du sable.

10.Posté par Fiu!!! le 29/09/2015 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Post 3 : "l'électricité ne se stocke pas".

N'importe quoi ! Retournez à l'école, ou simplement allez sur internet et creusez le sujet avant de balancer de telle inepties.

11.Posté par wakrap le 29/09/2015 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un très bon article ce jour sur les problèmes des énergies renouvelables et la transition énergétique : http://www.contrepoints.org/2015/09/29/223581-transition-energetique-nous-allons-droit-dans-le-mur

12.Posté par teriivaea le 29/09/2015 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrap
On parle ici de (30% de) limite de PUISSANCE INSTANTANEE d'électricité d'origine intermittente pouvant transiter sur le réseau et non de la part de la production issue des ENR comme dans le document Wikipedia.
Aller a www.heco.com, onglet Maui Electric, onglet Renewable Watch, vous verrez un graphique en temps réel indiquant la puissance instantanée injectée sur le réseau d'origine solaire et éolien et vous verrez que le total de ces énergies intermittentes dépasse régulièrement les 50% lorsque vent et soleil sont au RV.

13.Posté par Georg Hoppenstedt le 29/09/2015 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La discussion sur l‘énergie solaire et sur des autres alternatives c‘est d‘abord une question politique et ne pas une question technique ou technologique. On utilise souvent les argument techniques et technologiques pour dissimuler la question de pouvoir en face d‘une majorité des gens, qui n‘ont aucune idée comment par l‘exemple l‘électricité est produit et distribuée, mais qui est totalement dépendent de ce production. C‘est une question du pouvoir, parce-que qui domine la production d‘énergie domine finalement une grand partie de la société. Un moyen de vraiment démocratiser la société c‘est la décentralisation de la production d‘énergie en utilisant des différent technologies disponibles et rendre chaque citoyen responsable et conscient de sa propre consommation d‘énergie.

14.Posté par Alain le 29/09/2015 21:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant que des gens qui n'y connaissent rien continueront de critiquer les decisions de specialistes la Polynesie n'avancera pas

15.Posté par Piripirifaufau le 30/09/2015 08:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tous ces lobbys milliardaires (pétroliers, producteurs, ET mini géants locaux de l'agroalimentaire) qui s'accrochent comme des ventouses à leurs casse croutes (si si c'est possible, la preuve) et qui continuent à nous sortir des tas de trucs contre au lieu de chercher des solutions (ça surtout pas), votre combat est déjà perdu ce n'est qu'une question de temps..

16.Posté par Punavai le 30/09/2015 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les gouvernants s'opposent au développement de ces installations autonomes de production électrique, car ils se trouvent privés de la TVA et des taxes diverses sur l'électricité produite... C'est un manque à gagner important ! De même pour EDT qui veut protéger son monopole.

17.Posté par wakrap le 30/09/2015 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 12. C'est bien tout le délire: on installe en coût de quoi produire 50% ce qui représent eun investissment énorme, et sseulement 9% est utilisé en moyenne. Ce gaspillage est monstrueux. D'autre part ces courbes de variation très importante montrent justement que l'investissement en plus dans le réseau pour absorber de telles variation entraine des dépenses encore plus délirantes. Et ces dépenses supplémentaires sont à la charge des pauvres qui sont les plus nombreux. Là est le scandale. Et je maintiens donc mon propos, si WAN veut ses panneaux, qu'il le fasse ET qu'il en finance le coût sans le laisser à la collectivité donc aux pauvres que nous sommes tous par rapport à lui.

18.Posté par Fiu!!! le 30/09/2015 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

À TI, faites un sujet complet sur le photovoltaïque, SVP.
Présentez-nous les prix complets des équipements (panneaux, production, stockage et partage de l'électricité). Considérez que pour réduire les pertes en ligne et les coûts, il faut que chaque logement soit équipé en local, et connecté à ses plus proches voisins pour le partage des ressources et pour la sécurité, en cas de défaillance des équipements d’un des membres de ce mini-réseau. Donnez les parts respectives des coûts des équipements sortie d'usine, du transport vers Tahiti, des marges des revendeurs, des taxes diverse perçues par le péï (sur les professionnels comme sur les particuliers) à l'import, à la vente des équipements. Taxer le solaire pour « subventionner » (ou pas) ensuite, est une tromperie.

19.Posté par tutua le 30/09/2015 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais depuis quand le pays s'instaure le droit de limiter l'usage du solaire, l'énergie la plus facile à obtenir ??? on marche sur la tête !
le solaire devrait au contraire être encouragé, en particulier pour les familles. Ce qui se passe : le jour, les particuliers produisent de l'électricité qui est envoyée sur le réseau EDT et utilisée par l'activité des sociétés, commerçants, etc. on ne parle pas encore d'achat de cette électricité.
Le soir, les particuliers rentrent chez eux et utilisent l'électricité. Il suffit de permettre l'usage de compteurs qui tournent dans les 2 sens.
Suite

20.Posté par teriivaea le 30/09/2015 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrap
Ce n'est pas du délire mais c'est la nature des énergies intermittentes d'être...intermittentes. Même dans des sites favorables d'ensoleillement comme chez nous ou a Hawaii, on table sur un productible de l'ordre de 1500 h par an (sur 8760 h dans une année), soit un peu plus de 4h/jour d'ensoleillement maximum, donc effectivement un rapport de moins de 1/5 entre puissance moyenne et puissance maximale. En Allemagne, pays longtemps leader en production PV c'est même moins de 1000h/an.
La question de savoir si les charges/profits générés par le système électrique et sa nécessaire transition énergétique sont équitablement réparties, c'est un autre sujet, mais il appartient bien aux "citoyens de base" de bien s'informer pour (au moins espérer) "ne pas se faire avoir."

21.Posté par tutua le 30/09/2015 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

suite
Production au profit d'EDT pendant les périodes de travail et utilisation le soir pour les particuliers. Grâce au compteur 2 sens, on fait la différence. Si le particulier utilise moins qu'il produit, EDT lui achète cette électricité. Il y avait des compteurs 2 sens il y a longtemps, mais EDT a supprimé, ce n'est pas difficile de recommencer.
En ce qui concerne les hôtels c’est aberrant de leur faire des histoires quand ils ne veulent pas utiliser les énergies fossiles.

22.Posté par wakrap le 01/10/2015 07:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@20Mais si c'est du délire. C'est du délire de décider pour autrui et les pauvres de les appauvrir encore plus. C'est même honteux ce que tu affirmes. Obliger les pauvres à utiliser l'énergie la plus chère au détriment de leur santé, de leur éducation de leur niveau de vie car il faut bien faire un choix quand on est pauvre, et orienter de force l'argent dans le domaine du solaire se fera au détriment des autres nécessités de leur vie comme la santé l'éducation ou la nutrition. As-tu lu le lien que j'ai mis en 11 ? Votre écologie est devenu un fascisme criminel par la pauvreté qu'elle engendre. C'est un gaspillage de ressources énormes, et n'apporte rien en qualité de vie, bien au contraire.

23.Posté par Georg Hoppenstedt le 01/10/2015 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@wakrapapi est un baratineur, qui défend des idées «libérales» pour protéger ses acquis. Il vit dans une pays quasi communiste, un pays qui vit exclusivement des subventions. Un pays qui n‘existerait pas sans ce « manne » . Conscient de ce contradiction il dénigre tout changement et des idées qui ne sont pas les siennes. Mais, sincère comme il est, il paie les le carburant non subventionné pour sa voiture, il paie sa assurances maladie non subventionné, il paye sa facture d‘électricité non subventionné, il a même un revenue, qui est subventionné etc & etc., finalement il aime bien que râler!

24.Posté par wakrap le 01/10/2015 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 23: et sinon, à par une réplique d'ado boutonneux, tu as un argument par rapport aux faits que je décris? Ah, aussi, tu devrais apprendre ce qu'est le libéralise, justement l'inverse de la protection des acquis, et surtout le refus de voler l'argent des plus faibles pour assouvir ses idées ou son idéologie, fut-elle écologique.

25.Posté par La vraie raison le 03/10/2015 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La commission de l'énergie a refusé le projet : ils n'avaient pas reçu les dessous de table habituels.

C'est seulement le système Flosse qui continue d'opérer avec le fils spirituel de Flosse : pouvoir, avantages, corruption & Co

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 20 Octobre 2019 - 16:35 Pacif’Ink, la prime aux imprimantes durables

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués