Tahiti Infos

170 toiles à saisir sur offres au Chevalet


TAHITI, le 1er février 2022 - La galerie du Chevalet propose ce mois de février une vente sur offres. Près de 170 tableaux de différentes techniques et différents artistes sont accessibles dont certains remontant au XIXe siècle comme le portrait du prince de Joinville dans son cadre d’origine peint par Anne-Nicole Voullemier.

La vente sur offres organisée par la galerie du Chevalet est ouverte à partir de ce mardi 1er février. C’est la sixième du genre. Au total, 170 tableaux et presqu’autant d’artistes sont présentés. Il y a des aquarelles (Touzé, E. Lux, Dubrusk, Bouloc, Yrondi….), des huiles (Masson, Gouwe, Grès, Robin, Rui…), des mines de plomb (Morillot, Mono…), des encres (Heyman, Taerea …), des gravures (Boullaire, Feltrin…), des lithographies (St Front, Ravello, Vaea, Dallet…), des estampes (Gauguin, Alaux…).

Cet événement donne l’occasion de (re)découvrir des œuvres oubliées. Valérie Prokop, de la galerie Au Chevalet, confirme : "Nous avons quelques pièces rares". Elle pointe du doigt un dessin à la mine de plomb, représentant Octave de Morillot et datant des années 1920. Octave Morillot (1878-1931), fils du député Morillot, officier de marine, a été affecté à la station du Pacifique sur la Durance, devenant l’ami notamment de Victor Segalen. Il a fini par démissionner et a fini ses jours à Tahaa.

Un portrait du prince de Joinville, dans son cadre d’origine, peint par Anne-Nicole Voullemier (1796-1882) se trouve également parmi les offres. Des toiles de Masson (années 1940), Sergio Grès (années 1930-1940) ou bien encore de Nicolai Mordvinoff (années 1911-1973) comptent parmi les pièces rares.

Les tableaux sont issus des stocks de la galerie, mais également de collectionneurs qui se manifestent spécialement pour l’événement. Le public averti se positionne.

Une vente sous contrôle d’huissier

La vente sur offres se déroule selon un protocole bien précis. Maître Ueva Lehartel est là pour contrôler le respect de ce protocole. La vente est prévue entre le 1er et le 18 février. Tout acheteur doit se rendre à la galerie pour un premier contact. Les personnes intéressées se trouvant hors territoire sont un cas particulier. Des dispositions sont prévues pour elles.

Sur place, l’acheteur potentiel doit renseigner un document. Il peut voir tous les tableaux mis à la vente, ils sont disponibles à la galerie et disposés dans la salle. Une liste les références avec la technique, l’année si elle est mentionnée, ainsi que le prix estimé et le prix plancher. "Le prix estimé permet d’avoir une petite idée de la valeur, le prix plancher est le minimum à respecter pour que l’offre soit valable", détaille Valérie Prokop.

Les offres sont confidentielles, la galerie elle-même ne peut y avoir accès. Elles doivent être déposées dans une urne scellée. La galerie mettra à jour régulièrement le nombre d’offres par tableau. Cette mise à jour est disponible sur le site internet de la galerie et peut donc être consultée à distance.

À l’issue de la vente, l’huissier ouvrira l’urne et les offres seront dévoilées. Seul le prix de vente final sera rendu public. Toute offre implique l’acheteur qui aura une semaine pour payer s’il l’emporte. En cas d’offre identique pour un même tableau, ce sont l’heure et la date qui seront pris en compte. "C’est pourquoi", insiste Valérie Prokop, "il faut vraiment remplir les documents avec soin".



Pratique

La galerie Au Chevalet organise sa sixième vente sur offre du 1er au 18 février. Horaires le lundi : de 13h30 à 17h30, mardi, mercredi, jeudi : de 8 heures à midi, de 13h30 à 17h30, vendredi : de 8 heures à midi, de 13h30 à 16h30, le samedi : de 8 heures à midi.

Une partie des œuvres est mise en ligne.

Si certaines toiles ne se trouvent pas sur le site mais venaient à susciter un intérêt particulier, elles seront ajoutées.

Contacts

Site internet de la galerie.
Tél. : 40 42 12 55 ou 87 77 52 06
Mail : [email protected]

Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 1 Février 2022 à 15:00 | Lu 2366 fois