Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



15 ans ferme requis contre Alfonsi et Danielson



Tahiti, le 7 octobre 2020 - Le procureur de la République a requis 15 ans de prison ferme mercredi à l’encontre de Maitai Danielson et Tamatoa Alfonsi, les deux boss du réseau de trafic d'ice de l’affaire Sarah Nui. Une amende de quatre milliards de Fcfp a également été requise à leur encontre ainsi qu’à celle de six autres prévenus, dont le multirécidiviste Franckie Tumahai.
 
Il fallait s’y attendre. Au huitième jour de procès devant le tribunal correctionnel de Papeete de l’affaire Sarah Nui, le procureur de la République a pris de lourdes réquisitions contre les principaux prévenus, poursuivis dans le cadre de ce trafic d’ice qui avait permis l’importation en Polynésie de 40 kilos de méthamphétamine en provenance du Mexique. Tel que l’a rappelé le procureur de la République, ces 40 kilos importés par le "cartel Alfonsi Danielson", achetés 12 millions de Fcfp au Mexique, avaient généré un chiffre d’affaires à la revente sur le territoire d’au moins quatre milliards de Fcfp... 

"Entreprise commerciale"

Contre les "organisateurs" de ce trafic qui constituait pour eux un véritable "jackpot", le représentant du ministère public a requis quinze ans de prison ferme. Il a en effet désigné le multirécidiviste, Tamatoa Alfonsi, et l’ancien rameur, Maitai Danielson, comme ayant été de véritables "associés" qui avaient mis en place une "entreprise commerciale""Le dossier a établi qu’ils ont cassé les prix de la drogue qu’ils vendaient à bon marché à ceux qui voulaient bien payer en avance." Selon le procureur de la République, cette logique économique avait permis aux deux hommes "d’inonder le marché polynésien". Cette organisation constituait un "aboutissement" pour Maitai Danielson et Tamatoa Alfonsi, qui avaient "professionnalisé le trafic". "La quasi-totalité des prévenus sont des copains d’enfance ou de longue date. Alfonsi et Danielson ont pris soin de faire appel à des personnes de confiance, des piliers, et ont notamment recruté des mules étrangères car moins repérables à la douane", a détaillé le procureur.
 
Lors de ses réquisitions, le magistrat a également dénoncé le comportement des deux têtes du réseau, basé sur la "toute puissance", la "paranoïa", l’utilisation de "moyens de pression" tels que la "pratique de la saisie du produit", soit l'extorsion de la drogue lors des transactions. Concernant Maitai Danielson, qui a vivement nié les faits qui lui sont reprochés depuis le début du procès, le représentant du ministère public a rappelé que l’implication de ce dernier dans le trafic était attestée par de nombreuses personnes et une foule d’éléments matériels.
 

Quatre milliards de Fcfp d'amende

Concernant le multirécidiviste Franckie Tumahai, capable de revendre de "grosses quantités à Tahiti", le procureur de la République a requis dix ans de prison ferme. "Il a été l’homme de confiance de Moerani Marlier puis de Tamatoa Alfonsi. Il connaît tout du milieu et tout le milieu le connaît". Neuf de prison ferme ont été requis contre le "revendeur de Huahine", Gilles Morat qui a eu un "rôle important" dans ce trafic, notamment en raison de sa proximité avec Maitai Danielson. Six ans de prison ferme ont également été demandés contre Nikis Calmajis qui, outre le fait d’avoir été un revendeur, avait "utilisé sa position de PNC pour faire parvenir de l’argent" à Tamatoa Alfonsi et Maitai Danielson. Même demande pour l’ex-femme d’Alfonsi, Rarahu Pambrun, qui avait, quant à elle, envoyé plus de 50 millions de Fcfp issus du trafic à son compagnon. Des peines allant de deux ans de prison avec sursis à sept ans de prison ferme ont par ailleurs été requises contre les 20 autres prévenus de ce vaste dossier.
 
Enfin, au regard des bénéfices engendrés par le trafic, le procureur de la République a requis une amende colossale de quatre milliards de Fcfp à l’encontre des deux têtes de réseau et de six de leurs co-prévenus également lourdement impliqués. La journée de jeudi sera consacrée aux plaidoiries de la défense. Le tribunal correctionnel doit rendre son délibéré vendredi.

Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 7 Octobre 2020 à 16:26 | Lu 8198 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 1 Décembre 2020 - 16:44 La TEP s'installe au centre du jeu

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus