Tahiti Infos

​Viti avance pas à pas


Tahiti, le 30 juillet 2021 – Le troisième opérateur de téléphonie mobile en Polynésie française, Viti, a annoncé vendredi matin le lancement d'une nouvelle gamme de forfaits "sans engagements" à compter du lundi 2 août prochain. Toujours limitée dans son offre aux téléphones "full 4G", Viti assume et explique ses choix de développement "innovants" et "adaptés à ses moyens" face à ses concurrents.
 
Troisième opérateur de téléphonie mobile en Polynésie française avec ses premières offres lancées en décembre 2019 sous l'indicatif "88", Viti fait encore office de petit poucet sur le marché polynésien. Face à l'opérateur historique Vini et à Vodafone qui a annoncé son 100 000e client début 2020 et son premier exercice bénéficiaire la même année, Viti assume pourtant ses choix de développement "au fil de l'eau", ont défendu vendredi matin le directeur commercial de la société, Raymond Colombier, et son actionnaire principal, Mario Nouveau.
 
A l'occasion d'une conférence de presse destinée à annoncer ses nouvelles offres disponibles à partir de ce lundi, la société s'est longuement expliquée sur sa stratégie qu'elle annonce "innovante". Faisant le constat d'un abandon progressif des réseaux 2G et 3G au niveau international, Viti dit vouloir anticiper et se focaliser sur le "full 4G". L'opérateur explique même disposer d'un cœur de réseau déjà compatible avec la 5G, non encore déployée en Polynésie française. L'objectif de la marque verte se résume en deux idées : "Des smartphones dernier cri avec des forfaits incomparables" et "sociétalement, des forfaits sans engagement avec des téléphones 4G à la portée de tous". La nouvelle offre présentée vendredi matin propose donc des forfaits de 990 à 7 900 Fcfp/mois, tous sans engagement (voir encadré).
 
Seul bémol non encore entièrement résolu par l'opérateur, cette stratégie le prive toujours de l'accès à certains téléphones portables non compatibles avec sa stratégie "full 4G". Notamment, Viti ne peut pour l'heure déployer ses offres sur Samsung qui représente "55% des téléphones utilisés en Polynésie française". Qu'à cela ne tienne, les offres de Viti sont déjà compatibles sur iPhone et l'opérateur travaille toujours à s'étendre vers de nouvelles marques dont le géant coréen Samsung à l'avenir. Pour l'heure, la solution la plus simple pour Viti consiste à commercialiser ses propres téléphones. Elle annonce qu'elle en mettra six nouveaux sur le marché (Alcatel, TCL, Realme et OPPO) à compter de jeudi prochain.
 
Développement "adapté à nos moyens"
 
Côté couverture, le réseau Viti s'étend pour l'instant sur toute l'île de Tahiti, à l'exception de la côte Est de Mahaena à Faaone, et sur la côte Nord de Moorea ainsi qu'à Vaiare. Pour tout le reste de la Polynésie, Viti utilise le réseau 2G de Vini mais uniquement donc pour les "appels et SMS". Une situation à laquelle Viti entend remédier en investissant dans ses propres antennes. Et pour cela, la société a ouvert son capital en début d'année. Viti a en effet lancé une souscription à travers la nouvelle plateforme "Invest in fenua". L'opération s'est terminée en avril pour une entrée au capital de plus de 200 millions de Fcfp de parts désormais détenues par des petits porteurs. "On a ouvert le capital de la société Viti à hauteur de 18 à 19%. On a dépassé la limite qu'on s'était fixés, donc tant mieux. Maintenant on a les moyens d'assurer notre déploiement. On est fins prêts de ce côté là", explique l'actionnaire Mario Nouveau. "Si vous voulez, on a gagné trois ans de déploiement en allant chercher du capital ailleurs. Et il n'est pas dit qu'on ne va pas refaire la même opération. C'est à nous de fixer jusqu'à quel niveau nous allons aller…"
 
L'actionnaire dit vouloir avancer pas à pas. "On a senti qu'on n'avait pas les moyens de faire la même chose que nos concurrents sur la téléphonie mobile, parce que Viti est une société familiale, d'où l'ouverture du capital." Pour la suite, Mario Nouveau annonce chercher des solutions pour rationnaliser les tarifs d'interconnexion. "Ce qui est important pour nous à l'avenir, c'est la notion d'IRU (Irrevocable right of usage), c'est la propriété du câble pendant un certain temps. C'est un prêt. Et au lieu de payer nos data tous les mois, on les achète pour 10 à 15 ans. Et à ce moment là, la technique de financement n'est plus la même. On ne travaille pas avec du court terme, on travaille avec de l'argent remboursable à terme. Là on fera des économies, qui nous permettront de faire baisser les coûts. C'est l'un des axes de développement possible." L'actionnaire l'assure : "Viti a encore des capacités de développements mais adaptés à nos moyens"
 


Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 30 Juillet 2021 à 17:45 | Lu 4501 fois