Tahiti Infos

​Une fiscalité "revue et corrigée" dès 2022


: Edouard Fritch et Yvonnick Raffin, mercredi en conférence de presse.
: Edouard Fritch et Yvonnick Raffin, mercredi en conférence de presse.
Tahiti, le 7 avril 2021 - Un audit complet du système fiscal doit dessiner les contours d’une réforme qui serait mise en application dès le budget 2022, et dont les grandes lignes seront connues dans le courant du second semestre de cette année, a confirmé mercredi le ministre de l’Economie Yvonnick Raffin.
 
"Il ne faut rien s’interdire en ces temps difficiles". C’est en ces termes que le ministre de l’Economie a justifié mercredi le principe d’une réforme fiscale en projet pour 2022. Ces contours sont encore incertains, mais elle pourrait marquer la fin d’un moratoire sur les augmentations d’impôts à l’œuvre depuis 2015 en Polynésie française. Un audit complet du système fiscal doit être lancé dans les prochains jours dans le but de dessiner les contours de cette réforme qui serait mise en application dès le budget 2022. Ses grandes lignes seront connues dans le courant au second semestre de cette année, a confirmé mercredi le ministre de l’Economie Yvonnick Raffin, en insistant sur le fait que la fiscalité polynésienne doit être "revue et corrigée".

Un cabinet international a été retenu après appel à candidatures pour mener cet audit en partenariat avec un cabinet local, comme l’a précisé mercredi Yvonnick Raffin. Un rendu est attendu pour début juillet : "Je ferai mon rapport au président et au conseil des ministres courant juillet, pour ensuite arrêter des orientations futures."

Dans cette perspective, le ministre de l'Economie prévient cependant : "Ce n’est pas une réformette, que l’on envisage, mais une réforme de la fiscalité. C’est une obligation aujourd’hui. Au même que la réforme de la Protection sociale généralisée : nous sommes à un tournant de notre économie. C’est maintenant ou jamais que nous devons engager ces réformes", a-t-il plaidé mercredi en rappelant que les modèles économiques "qui se respectent" ne prévoient pas un retour avant 2024 de la "vitesse de croisière" atteinte par l’économie polynésienne en 2019 : "Il nous faut anticiper. (…) Il faut qu’on se réinvente pour les trois prochaines années." Mais dans cette perspective, la création d’un impôt sur le revenu a été fermement rejetée, tant par le chef de l’exécutif que par son ministre de l’Economie. "On ne va pas continuer à tondre là où il n’y a plus rien", a dit Edouard Fritch.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 7 Avril 2021 à 20:09 | Lu 2076 fois