Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


​Référendum en Nouvelle-Calédonie : un "désaveu de la France coloniale" pour le Tavini



Photo : Fred Payet - AFP
Photo : Fred Payet - AFP
PAPEETE, 5 novembre 2018 - Le mouvement souverainiste polynésien analyse les résultats du référendum d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie comme un "désaveu de la France coloniale", ce dimanche par voie de communiqué. L'occasion aussi pour le Tavini Huiraatira de demander à la France l'organisation en Polynésie d'un "scrutin d'autodétermination pour que les maohi se prononcent pour ou contre l'accession de Maohi Nui à son indépendance". 
 
Dans un communiqué diffusé dimanche après-midi, le Tavini Huiraatira estime qu'"avec 43,6 % des suffrages en faveur du OUI pour une accession à l'indépendance et à la pleine souveraineté pour un taux de participation de 80,6 %, le résultat de ce référendum du 4 novembre 2018 est un désaveu de la politique coloniale de la France dans le Pacifique." : "Malgré toutes les embûches mises en travers des démarches des indépendantistes en Kanaky, comme les nombreux questionnements sur la composition du corps électoral habilité à participer au référendum ou encore sur l'objectivité et l'impartialité de certains transferts financiers de l'État vers la Kanaky, force est de relever une poussée majeure du camp indépendantiste et une évolution des mentalités favorables à la notion d'autodétermination et de pleine souveraineté. Il est maintenant patent que les communautés qui composent la Kanaky sont, pour une grande part, favorables à leur émancipation. Dans ce processus ouvert par les accords de Matignon de 1988, il reste, d'ici 2022, deux référendums supplémentaires qui restent des étapes encore à franchir, et qui sont autant de barrières que la France a déposées sur le chemin de l'indépendance qu'elle souhaite contrarier. L'allocution du Président de la République faite immédiatement après la proclamation des résultats avec une ferveur coloniale déplacée et d'un autre temps, est une parfaite illustration de sa volonté farouche de voir la Nouvelle-Calédonie rester française. Même le peuple algérien, qui comme le peuple maohi, a subi une double peine, celle de la colonisation et celle des essais nucléaires, vient de demander une nouvelle fois par la voix de son président de la république, Abdelaziz Bouteflika, des excuses et de la repentance à la France pour le fait colonial. Le Tavini Huiraàtira appelle la France à ne pas contrarier le processus d'indépendance de Kanaky et à mettre en œuvre celui qui est préconisé par l'ONU, depuis que notre pays est réinscrit sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser. Il invite la France à organiser chez nous un scrutin d'autodétermination pour que les maohi se prononcent pour ou contre l'accession de Maohi Nui à son indépendance. L'accession à l'indépendance n'est pas synonyme de désordre. C'est un processus, encadré par l'ONU, qui doit être accompagné par la France. C'est pour cela que le Tavini Huiraàtira demande à la France d'assumer son héritage colonial, d’accompagner le peuple Maohi dans son émancipation et de faciliter sa destinée. La France a une mission sacrée, celle de faciliter l'émancipation des peuples qu’elle a colonisés."

Rédigé par à partir d'un communiqué le Lundi 5 Novembre 2018 à 08:16 | Lu 629 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 15:58 Papeete : des travaux d'élagage prévus ce samedi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués