Tahiti Infos

​Recours, 5G, va'a, forfaits illimités… Vodafone fait le show pour ses 9 ans


Tahiti, le 21 juin 2022 – L'opérateur de téléphonie mobile Pacific Mobile Telecom-Vodafone du groupe Moux a célébré mardi ses 9 ans, en organisant une grande conférence de presse pour annoncer un nouveau recours contre l'OPT et Onati, le retour de la Vodafone Channel Race en août prochain, la mise en vente de nouveaux forfaits illimités et de premiers travaux pour tester la 5G en Polynésie…
 
Véritable show de plus d'une heure, au format résolument inspiré des “keynotes” américaines, la dernière conférence de presse du vice-président de l'opérateur de téléphonie mobile Pacific Mobile Telecom-Vodafone, Patrick Moux, n'a pas fait pas dans le minimalisme… Cinq mois après la conférence de presse de janvier, en visio-conférence avec les Raromatai, le patron de l'opérateur privé s'est de nouveau offert mardi matin une conférence filmée et diffusée en temps réel à l'occasion de ses 9 ans d'existence. L'occasion surtout de détailler quatre annonces, parmi lesquelles celle attendue d'un “gros dossier” contre le concurrent public OPT-Onati.
 

“Nous avons attaqué la structure de l'OPT”

C'est le premier des points abordés mardi par le vice-président de Vodafone. Celui des “affaires juridiques”. Après un premier rappel du contentieux sur la coupure par Onati de l'itinérance Vodafone à Raiatea et Huahine en début d'année, soldée par une victoire de Vodafone devant le tribunal de commerce fin février, Patrick Moux a révélé avoir reçu un nouveau préavis de coupure de l'itinérance le 8 mars. Préavis concernant cette fois-ci également l'itinérance à Taha'a et Tetiaroa. “Je suis un petit peu surpris”, s'est faussement étonné Patrick Moux, visant une nouvelle fois son ancien directeur général, aujourd'hui passé à la direction d'Onati, Thomas Lefebvre Segard. “Il nous coupe Taha'a et Tetiaroa, en définissant que Taha'a est une île “dense”. Mais quand il était chez Vodafone en 2019, c'était le premier à s'offusquer : 'Taha'a n'est pas une zone dense'. Il l'écrit et il le signe”, s'est amusé Patrick Moux, en diffusant le courrier signé de son ancien DG il y a tout juste trois ans.
 
Autre “petit” dossier en cours, la saisine de la Direction générale de l'économie numérique (DGEN) par Onati le 11 octobre dernier pour exiger que Vodafone respecte le cahier des charges de sa licence d'opérateur. Notamment sur son déploiement dans les îles. “La DGEN n'a pas donné suite”, rappelle Patrick Moux. “Peut-être parce qu'Onati non plus ne respecte pas ses cahiers des charges ?” Et l'intéressé de reprendre les propos du DG d'Onati dans sa conférence de presse de la veille, sur le raccordement de seulement “10 000 foyers à la fibre” depuis 2014. Alors que la convention de financement passée avec l'État pour subventionner l'installation de la fibre imposait 50 000 “abonnés raccordés” en dix ans. “Onati s'acharne sur Vodafone”, a voulu insister Patrick Moux, citant les recours sur la publicité comparative, la coupure de Tahiti Wifi, ou encore, donc, la coupure de l'itinérance. “Maintenant on contre-attaque.”
 
“Je vous avais parlé de ce gros dossier, il est temps de vous le dévoiler”, a prévenu le vice-président de Vodafone, avant de lancer : “Nous avons attaqué la structure de l'OPT et la Délégation de service public.” Reprenant un argument déployé ces dernières années par la chambre territoriale des comptes et l'autorité polynésienne de la concurrence, Vodafone dénonce en effet la concentration au sein d'Onati à la fois des activités d'opérateur de téléphonie et de régulateur du service public des télécommunications. Une double casquette qui génère une “concurrence déloyale”, estime Patrick Moux, pour qui Onati ne peut pas en même temps être son concurrent et le décideur des règles du jeu. Sur la délégation de service public des télécommunications, Vodafone a même saisi le conseil des ministres pour demander l'abrogation de la loi du Pays qui confie cette responsabilité à l'opérateur public. “Pas de publicité, pas de mise en concurrence, pas de cahier des charges, pas de contrat”, dénonce le responsable de Vodafone à propos de cette délégation. “Ce dossier est en cours. Nous allons aller jusqu'au bout. Puisque maintenant on nous a attaqué, on nous a coupé –sur ce réseau qui est un coup OPT, un coup Vini, on ne sait plus très bien– maintenant on contre-attaque”.
 

La Vodafone Channel Race le 27 août

Deuxième annonce du jour, la plus courte, celle du retour en août 2022 de la Vodafone Channel Race. La première édition s'était tenue en août 2020 entre Tahiti et Moorea, dès la levée du premier confinement. La deuxième s'était déroulée en juin 2021 et la troisième se tiendra le 27 août prochain. Initialement programmée pour le 18 juin, la course a en effet été repoussée en raison des élections législatives. Le parcours est inchangé par rapport à l'année dernière, avec des catégories opens, vétérans +40 et +50, juniors et open mixte.

La 5G : “On y travaille”

Troisième volet de la conférence de presse grand format de l'opérateur, “l'innovation” à travers les “travaux” de Vodafone sur la 5G. “On y travaille depuis quelques mois. On teste différents équipements. On teste différentes solutions”, a annoncé Patrick Moux. “Il y a plusieurs types de 5G, vous comprendrez que je garde le secret sur la solution que nous allons utiliser.” L'occasion tout de même d'un test en direct sur un téléphone “pucé” en 5G pour un débit de 850 à 900 Mb/s. Quatre fois plus que les performances de la “4,5G” actuelle. “C'est pour vous donner un aperçu de ce que Vodafone travaille sur la 5G. J'espère qu'à travers cette déclaration, le petit oiseau en face va vite courir et vous annoncer l'ouverture de la 5G. Comme ça au final, les Polynésiens vont en bénéficier”, a également taclé Patrick Moux, rappelant que ses dernières annonces de déploiement 3G et 4G avaient été suivies quasi-immédiatement du déploiement de ces technologies par son concurrent.

L'illimité à 1 000 Fcfp

Spécialité de la maison, la dernière partie de la conférence de presse a été consacrée à l'annonce des nouvelles offres de Vodafone pour ses 9 ans. La première des deux annonces ayant néanmoins été devancée de 24 heures par les annonces de Vini lundi sur ses offres fibre. “Ils savaient qu'on allait sortir une offre fibre, ils connaissaient la date…”, a pourtant renchéri le vice-président de Vodafone. “C'est bien, ça stimule le marché !” Comme pour Vini, Vodafone a donc annoncé une nouvelle gamme “Vodafibre” pour les particuliers à 9 900 Fcfp pour 100 Mb/s, ajoutant également les lancements de “Vodafibre Pro” (250 Mb/s pour 14 000 Fcfp) et Vodafibre Max (500 Mb/s pour 28 000 Fcfp). Autre spécialité de la maison, le comparatif des offres Vini, Vodafone et Viti a également longuement été commenté devant le public et les internautes.
 
Mais surtout, l'annonce du jour sur les offres mobiles concernait les appels, “l'illimité” dans les forfaits téléphoniques. Sujet encore tabou ces dernières années, l'illimité est désormais entré dans les mœurs des trois opérateurs du territoire. Vini, tout d'abord, en fin 2021 avec une offre à 14 900 Fcfp. “C'est pas mal”, a fait applaudir Patrick Moux, mûrissant son coup à venir. Viti, ensuite, en avril dernier, avec une offre à 4 995 Fcfp. “Bravo, c'est bien”, s'est encore amusé le maître de cérémonie… Avant d'annoncer une nouvelle formule pour l'ensemble de ses forfaits Smile, tous compatibles avec des appels illimités pour 1 000 Fcfp supplémentaire sur le forfait téléphonique de base. Premier prix : 1 500 Fcfp l'abonnement illimité. Toujours plus bas. Les études de l'ISPF sur l'indice des prix démontrent désormais régulièrement l'effet radical de l'ouverture à la concurrence dans les télécommunications sur le coût de la vie pour les Polynésiens.
 

Gabilou et sa chanson en guest star

Le temps d'une dernière offre anniversaire de trois mois ou encore d'un dernier petit tacle à Onati sur la répercussion de la TVA sociale sur le coût des abonnements de la téléphonie fixe, malgré les annonces inverses de l'opérateur, et le show de la journée s'est terminé avec… Gabilou. À la demande de l'opérateur privé, le chanteur polynésien a dévoilé sa “chanson” sur Vodafone destinée à devenir le gimmick musical de la marque au fenua…
 
Le mot de la fin a été réservé au président de Pacific Mobile Télécom, Albert Moux. Le fondateur de la société a rappelé qu'il y a neuf ans, Vodafone avait perdu “1,8 milliard de Fcfp” pour sa première année d'exploitation. Une société qui engrange des bénéfices depuis désormais deux ans, avec aujourd'hui 141 000 abonnés. Et qui ambitionne de passer numéro 1 d'ici quelques années. “Ça doit être pour ça que la concurrence s'agite”, a conclu le président de l'opérateur Vodafone dans un sourire.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mardi 21 Juin 2022 à 21:42 | Lu 3792 fois