Tahiti Infos

​Raffin annonce un "plan Marshall" contre l’inflation


Tahiti, le 16 mars 2022 – Pour freiner le phénomène de hausse des prix à la consommation que devrait amplifier dès le mois prochain l’entrée en vigueur de la TVA sociale, Yvonnick Raffin dit travailler sur un "plan Marshall" pour "sauvegarder le pouvoir d’achat des consommateurs".
 
Avec une hausse des prix à la consommation de +4,4% sur les douze derniers mois, dont +1,1% sur le seul mois de février, selon l’ISPF, on constate déjà un phénomène inflationniste post-Covid fort. Les répercussions du conflit russo-ukrainien sur le cours des carburants, du blé et des matières premières, devrait causer à très court terme une amplification de ce phénomène. C’est dans ce contexte que l’entrée en vigueur de la Contribution pour la solidarité, aussi appelée "TVA sociale", dès le mois prochain, pourrait engendrer une hausse induite de +4 à 6% des prix à la consommation, hors produits de première nécessité (PPN).
 
Les salaires ne suivront pas. Déjà augmenté de 2% en décembre dernier, suite à l’accord conclu à l’issue de la dernière grève générale, le salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) doit être réévalué de +1% fin mars et de +1% avant la fin de l’année. Tout cela laisse craindre une baisse substantielle du pouvoir d’achat des Polynésiens, en particulier des plus petits revenus. C’est un des arguments développé par l’intersyndicale Unsa, O oe to oe rima, A ti’a i mua qui appelle à une grève d’un jour, ce jeudi : reporter l’application de la TVA sociale pour préserver le pouvoir d’achat.
 
"Impossible", a encore martelé mercredi le ministre de l’Économie et des Finances en charge de la Protection sociale généralisée (PSG). La mise en place de la TVA sociale répond à une "temporalité d’urgence", a souligné Yvonnick Raffin : "Poursuivre le versement des allocations familiales, la prise en charge des prestations de vieillesse, pour les 33 133 retraités du RGS mais aussi celles pour les ressortissant du RSPF, le 'moni ruau'." Et éviter une situation de rupture de paiements des prestations sociales qui serait bien plus redoutable.
 
Plan Marshall fenua
 
Le ministre a cependant dit mercredi préparer un ensemble de mesures d’aide dès le mois de mai, pour freiner la hausse des prix. Un "plan Marshall", selon ses propres termes, en référence au vaste programme de prêts américains mis en place pour financer la reconstruction en Europe, suite à la Seconde Guerre Mondiale. Plan Marshall version fenua sur lequel il est cependant resté très évasif. "On va faire ça très rapidement, puisque le temps joue clairement contre nous. Nos équipes travaillent d’arrache-pied pour concocter quelque chose." Il inclut cependant dans cette batterie de mesures le gel du prix des carburants à la pompe jusqu’en juin, déjà annoncé par le gouvernement pour un coût prévisionnel de 5 milliards de Fcfp. Le renforcement, aussi cette année, de la politique des prix et des marges dans les commerces de Tahiti et Moorea. Pour le reste, il annonce pêle-mêle des "crédits" pour "absorber les surcoûts" notamment sur la farine panifiable, des actions sur la règlementation des Produits de grande consommation (PGC) et des PPN ou encore une exonération de la TVA sur les œufs : "Tout ce qui peut contribuer à sauvegarder le pouvoir d’achat des consommateurs."
 
Le détail de ces mesures sera présenté "dans les prochaines semaines". Des mesures d’aide qui nécessiteront une réaffectation des moyens financiers du budget 2022 et qui pourraient faire l’objet d’un collectif budgétaire dès le mois prochain.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 16 Mars 2022 à 19:16 | Lu 4138 fois