Tahiti Infos

​Législatives 2022 - Tati Salmon : "Le développement soutenable"


Tahiti, le 27 mai 2022 – Candidat aux législatives dans la deuxième circonscription, découvrez le portrait et le programme de Tati Salmon.
 
Le candidat
 
Enseignant dans le primaire depuis 1981, passé par Papara, Taunoa à Papeete pendant 26 ans, Papenoo et maintenant Tiarei en tant que directeur d'école, Tati Salmon est désormais un personnage connu de la scène politique locale avec le Heiura-Les Verts de Jacky Bryant. Un investissement en politique né d'une rencontre –"en bringue", précise-t-il– avec le leader écologiste en 2008. "Avant, j'avais une petite fibre écologiste, mais pas forcément de militantisme", explique le candidat qui jusque-là remplissait notamment son temps libre de sa passion pour la musique, animant notamment pendant plus de 20 ans les "Soirées merveilleuses" du Beachcomber.
 
"Je suis quelqu'un qui aime m'informer, me documenter", raconte Tati Salmon, qui insiste sur l'importance de sa rencontre avec Jacky Bryant dans son investissement en politique. "C'est quelqu'un sur qui on peut beaucoup se reposer, et pas uniquement sur l'environnement", explique le candidat qui dit avoir trouvé chez Heiura-Les Verts la "capacité à lier l'environnement à tous les autres domaines", de l'économie jusqu'à la culture. Le parcours politique de Tati Salmon débute en 2012 lors des élections législatives, déjà, puis avec une candidature aux élections municipales de Mahina en 2014 sur la liste de Denis Helme. Candidat aux législatives en 2017, sur la liste du Tau Hotu Rau avec Jacky Bryant et Tauhiti Nena aux territoriales de 2018, il se présente aujourd'hui sous sa bannière de Heiura-Les Verts sur la deuxième circonscription aux législatives.
 
Son programme
 
Structuré autour de la "transition écologique avec le développement soutenable", le programme du candidat aux législatives met au premier plan la nécessité du développement d'une autonomie énergétique pour la Polynésie. "Aujourd'hui, on est à un point de rupture. Nous ne prônons plus un développement durable, mais un développement soutenable avec comme pilier l'énergie. Toutes les autres revendications sont annexes, au second plan, pour ne pas dire banales." Le principal projet porté par le candidat est le développement de l'énergie thermique des mers (ETM). "Il nous reste à investir cinq à sept ans dans la recherche", explique Tati Salmon, qui précise que si la France reste l'un des rares pays à maintenir un effort dans ce domaine, celui-ci reste trop timoré. "L'État n'a pas vraiment d'intérêt, alors que la Polynésie oui." L'une des solutions selon Tati Salmon ? Puiser dans le Fonds de régulation des prix des hydrocarbures (FRPH) et demander le soutien de l'État pour financer la recherche sur l'ETM.
 
À plus long terme, Heiura-Les Verts développe un projet politique basé sur des "Accords de Tahiti Nui" à "négocier" avec l'État pour arriver à "un développement autonome, du moins viable". Puis, au bout de 20 ans, sur l'organisation d'un référendum pour demander à la population son avis sur une évolution statutaire d'une Polynésie davantage préparée à l'autogestion. "Avant de proposer un quelconque statut de Pays ou d'État associé, il faudrait d'abord nous expliquer comment on passe de 200 milliards (de transferts de l'État) à une quinzaine de milliards (de dotation au titre de l'association à la France) en maintenant le niveau de vie actuel", interroge Tati Salmon. Et le candidat de prendre notamment l'exemple de la protection de la ZEE. "Si l'État perd aujourd'hui la ZEE, comment on la protège, nous ?"
 
Où siégera-t-il ?
 
Au sein d'Europe Écologie-Les Verts.
 



Rédigé par Antoine Samoyeau le Dimanche 29 Mai 2022 à 20:15 | Lu 618 fois