Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​L’incinérateur de drogues installé à Tahiti



Tahiti, le 14 février - L’incinérateur destiné à brûler tous les types de drogues, dont l’ice, a été installé à Tahiti un an après l’annonce de son arrivée. Il se trouve dans un endroit sécurisé et son coût a été pris en charge par l’Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (AGRASC).
 
Toutes les drogues saisies sur le territoire, seront désormais détruites à Tahiti. Le projet, porté par l’autorité judiciaire, avait été annoncé par le procureur général de Papeete, Thomas Pison, lors de la rentrée solennelle en janvier 2019. Après plus d’un an d’attente, un incinérateur de drogues a été installé dans un lieu « sécurisé ». « Nous n’aurons plus besoin d’envoyer ces produits pour destruction à Nouméa, engendrant des frais et des démarches administratives courtelinesques », avait commenté il y a un an le procureur général lors de l’annonce de cet investissement.
 
Mis en place il y a quelques jours, cet incinérateur a été financé par l’Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (AGRASC) à hauteur de 4,2 millions de Fcfp. Tous les services (gendarmerie, police, douanes), pourront en bénéficier pour détruire ice, paka, cocaïne ou héroïne. Lors de la dernière audience solennelle de rentrée du tribunal, il y a deux semaines, le procureur Hervé Leroy avait rappelé que pour cette année 2019 : « plus de 12 kg d’ice ont été saisis par la douane et les services enquêteurs ».

Economies

L’installation de cet incinérateur va donc permettre de faire des économies notamment de stockage et de transfert de la drogue, et de faciliter le travail des forces de l’ordre. Auparavant, les autorités prenaient force de précautions pour réaliser des transferts jusque chez nos voisins calédoniens. Rappelons qu’en décembre 2017, les militaires de la gendarmerie nationale avaient dû procéder en toute discrétion au transfert de deux tonnes de cocaïne saisies en Polynésie française pour les acheminer à Nouméa, et les détruire dans une usine de métallurgie.

Rédigé par Garance Colbert le Vendredi 14 Février 2020 à 11:05 | Lu 5136 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Février 2020 - 20:15 La liste "d'ouverture" très Tavini d'Oscar Temaru

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019