Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


​L’ice était cachée dans la peluche



​L’ice était cachée dans la peluche
Tahiti, le 12 novembre 2020 - Cités à comparaître mardi devant le tribunal correctionnel pour trafic d’ice entre Tahiti et Hawaii, quatre prévenus ont écopé de 18 à 24 mois de prison, dont 6 avec sursis. Dans cette association de malfaiteurs a priori « ambitieuse », les dealers voient leur objectif d’importation de 1 à 2 kilos tomber à 20 grammes, dissimulés dans une peluche et ramenée à son insu par la tante de l’un d’eux.
 
Poursuivis pour trafic d’ice, quatre prévenus ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel à des peines qui vont de 18 à 24 mois de prison, dont 6 avec sursis et un mandat de dépôt. Dans le grand feuilleton d’importation d’ice, cet épisode est précédé du braquage raté de Mahina le 28 avril 2019 mené par Ismaël Make. C’est lui qui va donner le nom d’un informateur, un gendarme adjoint volontaire, lui-même condamné à son tour à 5 ans de prison. A la suite de cette découverte, plusieurs mises sur écoutes téléphoniques sont déployées, révélant le nom de Laurent Simon.

Celui-ci effectue par ailleurs de nombreux voyages à Hawaii : quatre dans les six derniers mois découvrent les enquêteurs. « Comme tous les ans, j’y vais trois mois dans l’année » justifie le jeune homme à la barre. Les écoutes pourtant trahissent une importante préparation. Les échanges avec sa compagne notamment, qui l’implore de ne pas partir. « A chaque fois que t’es parti à Hawaii t’as ramené des trucs, j’ai pas confiance, tu m’avais promis d’arrêter, il ne faut pas partir chéri, j’ai peur »

Du reste, en état de récidive légale, le jeune homme a déjà été condamné en 2016 à un an de sursis pour transport, détention et offre d’ice. Sa mère l’avais justement envoyé en Australie pour l’écarter des « mauvaises fréquentations ». A peine rentré au fenua, il replonge. Sa rencontre avec un autre prévenu, John Salmon, est décisive. L’un dispose des fonds pour « investir » dans un voyage, l’autre connaît bien l’archipel et ses vendeurs. L’investissement escompté au départ : 20 000 dollars. Mais John ne parvient pas à réunir la somme, si ce n’est 8 000 dollars.

A Hawaii leurs plans évoluent. Les deux hommes mènent la grande vie, consomment l’équivalent de un gramme par jour et font la tournée des grands ducs. Avec le reste des fonds, ils se procurent 20 grammes, et le dissimulent dans une peluche pour le remettre à une tante de passage à Hawaii pour assister à la course de va’a Molokai. A Tahiti, ce sont les deux autres compères qui interviennent pour réceptionner la peluche. « Vous avez pensé à cette dame, à ce qui aurait pu lui arriver si la ice avait été découverte ? » interroge le président de la cour. « On ne savait pas ce qu’on faisait, on était complètement sous l’effet de la drogue, on est trop pris dans l’engrenage, on ment à tout le monde » répond Laurent Simon. Un deuxième envoi de 56 grammes est programmé, mais l’un des prévenus ayant été prévenu d’une éventuelle arrestation à son arrivé, l’opération est abandonnée.

A son retour, Laurent Simon prend contact avec ses acheteurs. Ce que le trentenaire nie à la barre. « Je ne vends pas d’ice je suis juste un gros consommateur. » Le président de la cour énumère alors une longue série d’écoutes illustrant des négociations pour des noix de « macadamia » à « quatorze » l’unité. Soit 140 000 francs le gramme. 

« L’entreprise aurait continué à prospérer s’il n’y avait pas eu les interpellations. Tous les éléments sont dans les écoutes téléphoniques » commente le procureur, déplorant des aveux qui « s’étiolent » et des accusations qui « s’édulcorent ». « On est très loin des déclarations en garde à vue. Monsieur évolue dans un état d’esprit de dealer à la petite semaine, qui écoule des petites quantités mais qui a des projets plus ambitieux d’importation. » Il a requis 18 à 24 mois de réclusion et s’en est remis à la cour pour les éventuels mandats de dépôt.
 

Rédigé par Esther Cunéo le Jeudi 12 Novembre 2020 à 12:54 | Lu 4057 fois






Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus