Tahiti Infos

​L'hôpital de Nuku Hiva touché par la grève


Un peu plus de la moitié du personnel de l’hôpital de Nuku Hiva est en grève. Les revendications concernent principalement le paiement des astreintes et les problèmes relationnels avec la nouvelle direction.
Un peu plus de la moitié du personnel de l’hôpital de Nuku Hiva est en grève. Les revendications concernent principalement le paiement des astreintes et les problèmes relationnels avec la nouvelle direction.
Nuku Hiva, le 25 novembre 2021- L'hôpital de Nuku Hiva est en grève depuis mercredi avec environ 50% d'agents grévistes. Parmi les revendications, le paiement des heures supplémentaires et le changement de la direction de l'établissement. La grève touche également le personnel de la CPS de l'île.

L’hôpital Louis Rollin de Nuku Hiva, l’unique des Marquises, est en grève depuis mercredi. Avec 38 grévistes le premier jour puis 36 jeudi, sur un total de 62 personnels, ce sont un peu plus de 50% des agents de l’unité de soin qui sont réunis devant l’hôpital pour manifester leur mécontentement. Parmi leurs revendications : le rattrapage depuis novembre 2020 du paiement des heures supplémentaires effectuées sur des semaines comportant des jours fériés ; la demande d’application de la délibération N°96-172 APF du 19 décembre 1996 article 5 et 6 avec la reconnaissance de la pénibilité de l’astreinte par une indemnité fixée à 20% du traitement horaire de base et la rémunération des heures supplémentaires réellement effectuées dans le cadre de la réglementation en vigueur.

“90% des personnels d’astreinte sont en grève”, précise une infirmière. Sont concernés les agents de la buanderie, du bloc opératoire, du laboratoire d’analyses, les brancardiers et les techniciens. Tout le personnel soignant n'est pas en grève et ceux qui le sont ont été réquisitionnés pour assurer les soins d’urgence. “Ce qui se passe, explique l'infirmière, c’est que depuis novembre 2020, on s’est aperçu officieusement qu’il y avait des manques au niveau des heures supplémentaires et nous n’en comprenions pas les raisons. Ces raisons nous les avons apprises fin 2020, officiellement par la directrice des ressources humaines du ministère de la Santé qui nous a expliqué que le temps hebdomadaire de travail en Polynésie est de 39 heures, mais que quand il y a un jour férié dans la semaine, le taux horaire passe à 31 heures, nous obligeant de combler ces 8 heures de différence avec du travail non payé.”

Elle précise ce fonctionnement : “Par exemple, on peut nous demander de venir travailler 3 heures sur un jour férié sans être payé, puis la nuit suivante on peut de nouveau être appelé à travailler 3 heures, toujours sans être payé. Et au bout de 8 heures de travail effectuées, et seulement au-delà de ces 8 heures, on pourra prétendre à des heures supplémentaires rémunérées. Donc c’est une injustice totale, ne serait-ce que par rapport à la définition même d’un jour férié, puisqu’un jour férié est un jour payé et non travaillé.”
 
Conflits avec la direction
 
Le dernier volet de cette grève concerne les problèmes relationnels qui existent avec la nouvelle direction de l’hôpital, comme l'explique un agent médico technique de l'hôpital : “On a vraiment des soucis depuis que la nouvelle directrice et le nouveau cadre sont arrivés. Pour ma part, c’est mon principal point de revendication. Nous avons eu beaucoup de différentes directions avant celle-là, et il y a parfois eu des conflits mais pas autant qu’en ce moment. On est vraiment dénigrés, harcelés voire menacés, au point que les personnels sont vraiment mal, certains se mettent en arrêt de travail. C’est du jamais vu chez nous et ça ne peut pas continuer comme ça. Nous souhaitons un changement de direction.”
Le personnel en grève espère obtenir des réponses du gouvernement prochainement. En attendant, la grève est reconduite pour une durée indéterminée.

L’antenne de la CPS en grève

Le personnel de l’antenne marquisienne de la CPS est également en grève : “La CPS de Taiohae est en grève parce qu’on veut répondre à la non-gouvernance par le Pays du conseil d’administration de la CPS, explique Pierre Cancian responsable de l’antenne. Nous ne voulons surtout pas que le Pays ait la main mise sur le fonctionnement et l’administration de la CPS. Ça, c’est le point essentiel. Mais ensuite, le deuxième point pour lequel les trois agents de Nuku Hiva sont d’accord d’aller en grève c’est qu’on est contre l’obligation vaccinale.”

Rédigé par Marie Laure le Jeudi 25 Novembre 2021 à 16:12 | Lu 1515 fois