Tahiti Infos

​L’Adie Raromatai accueille son nouveau directeur


Benoît Meyer est le nouveau directeur territorial de l’Adie Raromatai.
Benoît Meyer est le nouveau directeur territorial de l’Adie Raromatai.
Raiatea, le 2 février 2022 – L’Adie Raromatai a présenté mardi à Uturoa son nouveau directeur territorial Benoît Meyer, ainsi que son bilan 2021 et les priorités pour cette nouvelle année.
 
L’Association pour le droit à l'initiative économique (Adie), présentait mardi matin son nouveau directeur territorial Benoît Meyer. La réunion s'est déroulée en présence des partenaires de l’organisme. Elle a été l'occasion de faire le bilan de l’activité 2021 et de présenter les priorités de cette nouvelle année.

L’Adie Raromatai couvre les îles Sous-le-Vent, les Marquises et les Australes. L’association octroie des microcrédits et des conseils pour les démarches administratives aux porteurs de projets et futurs entrepreneurs. “Plein de gens veulent se lancer mais il leur manque le coup de pouce du départ.” C’est justement ce coup de pouce qu'elle fournit. Au cas par cas, et après un processus de construction du projet, elle offre une possibilité de crédit allant de 12 000 à 1,7 million de Fcfp, que ce soit pour une création d’entreprise ou un développement d’activité. Elle travaille pour cela en collaboration avec le Service de l'emploi, de la formation et de l'insertion (Sefi) et la Chambre  de commerce, d'industrie, des services et des métiers (CCISM).
 
532 projets aidés en 2021
 
En 2021, elle a aidé 532 personnes des Raromatai, dont plus de la moitié dans les domaines de l’agriculture et de la pêche. Ce sont au total 321 millions de Fcfp qui ont été injectés sous forme de crédits dans l’économie territoriale, avec un montant moyen de prêt de 570 000 Fcfp.
 
Le microcrédit mobilité est aussi en expérimentation depuis un an. Il est destiné aux personnes en insertion, hors entrepreneurs, et qui n’ont pas accès au crédit bancaire. Il leur permet d’investir dans la mobilité, par exemple pour l’achat d’un véhicule ou pour passer le permis de conduire. Il est très utile dans les îles, où les transports en commun ne sont pas développés. La nouvelle aide Prime piti, à destination des jeunes de moins de 30 ans accompagnés dans leur création d’entreprise, a également été mise en place.
 
La priorité 2022 annoncée par l’Adie est le développement de sa proximité avec la population. En ce sens, une agence permanente à Huahine a été créée et est active depuis fin janvier. Un appel à candidatures de bénévoles a aussi été lancé, afin de développer sa présence sur le terrain et promouvoir les services proposés.

Les différents partenaires de l’Adie étaient invités mardi à une réunion de présentation et de bilan.
Les différents partenaires de l’Adie étaient invités mardi à une réunion de présentation et de bilan.

Interview

Benoît Meyer, nouveau directeur territorial de l’Adie Raromatai
"On lance un appel pour avoir de plus en plus de bénévoles" 

 
Quel est votre parcours professionnel ?

“Je suis arrivé à Raiatea il y a un an et demi. Mais ce n’est pas la première fois que je viens en Polynésie, j’y ai déjà vécu 6 ans. Donc je connais bien la Polynésie et je l’apprécie beaucoup. J’y ai été patenté pour faire du conseil et de la formation à Tahiti. C’est une expérience importante pour moi, de savoir comment cela fonctionne pour quelqu’un qui crée son entreprise. J’ai aussi une autre casquette où j’ai passé plus de 20 ans en métropole à travailler à Pôle Emploi, qui est l’organisme qui accompagne les demandeurs d’emploi. Quand j’ai eu cette opportunité de prendre ce poste de direction à l’Adie à Raiatea, finalement c’est un peu la synthèse de mes deux expériences.”
 
Comment vous êtes-vous rapproché de l'Adie ?

“En revenant ici, je n’avais pas d’emploi il y a 18 mois, et j’ai voulu être utile à la population. Donc je me suis rapproché de l’Adie que je connaissais déjà en métropole pour leur proposer des services. Ils m’ont accueilli en tant que bénévole, et ils m’ont permis d’avoir des activités, de parcourir le territoire pour aller aider des personnes dans leur activité, sur le terrain et de faire la promotion des services de l’Adie. L’association a ce modèle qui fait travailler des conseillers salariés et qui s’appuie sur des bénévoles qui ont souvent une expérience à partager. C’est pour cela d’ailleurs qu’on lance un appel pour avoir de plus en plus de bénévoles auprès de nous pour pouvoir accompagner de plus en plus de Polynésiens.”

Quelles sont, selon vous, les spécificités de l’économie polynésienne pour l'Adie ?

“C’est vrai que les personnes qui sont accompagnées et financées par l’Adie le sont pour moitié dans l’agriculture et la pêche, parce que ce sont des secteurs très développés ici et qui sont porteurs, parce qu’on en a besoin. Il y a d’autres sujets qui intéressent et qu’on retrouve moins en métropole. De la même façon, il y a plus d’emploi salarié en métropole, donc moins de personnes qui veulent créer leur activité. Alors qu’ici l’emploi salarié est moins développé, donc forcément il faut absolument qu’on explique à nos jeunes qui sortent de l’école qu’ils ont appris plein de choses…que ça peut être utile quand on est salarié dans une entreprise, mais que ça peut être très utile aussi pour se lancer à son compte.”

Rédigé par V. Leroi le Mercredi 2 Février 2022 à 14:45 | Lu 1194 fois