Tahiti Infos

​Hao : la justice à proximité de la jeunesse


Hao, le 15 novembre 2021- Une délégation composée de plusieurs services de la justice de proximité s’est déplacée sur l’atoll de Hao du 11 au 14 novembre. Cette intervention, aux multiples objectifs s'adressait en premier lieu à la jeunesse, mais aussi aux familles, aux couples et à toute personne désirant des informations sur leurs droits.
  
L'action justice de proximité continue sa tournée dans les îles. Après Rikitea, la délégation pluri-institutionnelle, composée de huit personnes, était à Hao du 11 au 14 novembre. Cette mission a pour objectifs la prévention et la lutte contre les violences familiales, notamment dans les jeunes couples, la sensibilisation à la responsabilité parentale et aux dangers de l’usage des produits stupéfiants et enfin de sensibiliser à la citoyenneté.
 
Concrètement à Hao, l'équipe a pu rencontrer  la gendarmerie, l'équipe municipale, le responsable du centre médical local. Elle a également organisé quatre ateliers aux collège de Hao à l’intention des élèves de 3e et 4e. Le premier de ces ateliers, qui concernait les addictions aux produits stupéfiants était animé par Vetea, ancien toxicomane, qui s'est adressé aux jeunes à travers un témoignage poignant. L'atelier Couple et jalousie, animé par une psychologue du Fare Tama Hau, part du constat que la jalousie est trop souvent le point de départ de nombreuses querelles familiales. L'atelier Violence, traitait notamment du racket scolaire et des inégalités sociales. Enfin, Narii, éducateur de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) animait l'atelier Droits et devoirs du citoyen.

Les jeunes de la MFR ont attentivement écouté le témoignage de Vatea, ancien toxicomane qui les a alertés sur les dangers de la drogue.
Les jeunes de la MFR ont attentivement écouté le témoignage de Vatea, ancien toxicomane qui les a alertés sur les dangers de la drogue.
Les 28 élèves de la Maison familiale et rurale (MFR) ont également reçu la délégation qu'ils ont chaleureusement accueillie par des chants. Là encore, ils ont écouté le récit de Vetea, l'ancien toxicomane passé par la case prison et qui a réussi à force de volonté à se sortir de son addiction. Il a également détaillé les séquelles irréversibles sur sa santé et les conséquences sociales et judiciaires provoquées par cette expérience. Une intervention qui prend tout son sens auprès de jeunes issus pour la plupart de milieux plutôt difficiles ayant déjà connu des difficultés personnelles. “La drogue peut leur pourrir la vie, ce n’est pas un avenir pour eux ! On ne peut rien construire, on est prisonnier de la dépendance. C’est pour ça qu’on est là, c’est spécialement pour eux, pour les aider à dire non à cette merde !”, précise Vetea.

L'équipe pluridisciplinaire était en mission à Hao du 11 au 14 novembre.
L'équipe pluridisciplinaire était en mission à Hao du 11 au 14 novembre.
Durant son séjour, l'équipe a ouvert deux permanences d'information et conseils à destination des administrés qui le souhaitaient. L'une tenue par Sandrine du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF), l'autre par Mihiana et Narii de la PJJ. D'autre part, trois soirées thématiques ont été organisées à destination de la population de Haoroagai sur les droits et devoirs parentaux, les addictions ou encore la violence.
 
Dans ce contexte, l’objectif d’une justice de proximité revêt un intérêt particulier, porteuse d’espoir pour un meilleur accompagnement de la jeunesse paumotu. C'est ce qu'explique Mihiana Dauphin, éducatrice à la PJJ Tuamotu : “On intervient généralement auprès des mineurs qui ont commis des infractions à la loi et on intervient aussi sous mandat judiciaire, ce qui justifie notre intervention. Ce sont des mesures d’accompagnement auprès du jeune et de sa famille qui peuvent durer environ six mois ou plus. Nous sommes également venus ici pour être à l’écoute, accompagner et orienter ceux qui en ont besoin.”
 
Après Rikitea et Hao, toute l’équipe s’est envolée dimanche pour l’atoll de Makemo pour continuer sa mission.

L’action de justice de proximité regroupe les compétences de plusieurs institutions du fenua :
    •   La Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) qui accompagne, éduque et insère les mineurs en conflit avec la loi.
    •   Le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) qui informe, oriente et accompagne toute personne dans le secteur juridique (droits de la famille, du travail, social, pénal, etc.)
    •   Le Fare Tama Hau (maison de l’enfant et de l’adolescent) dont l’action n’est pas figée dans le temps mais qui s’adapte aux évolutions sociales, sociologiques, éducatives et sanitaires des enfants, adolescents et des familles.
    •   Le centre de prévention et de soins des addictions (CPSA), service de la Direction de la santé, sous la tutelle du ministère de la Santé, spécialisé en addictologie en Polynésie française.
    •   L'association polyvalente d’actions socio-judiciaires (APAJ), traite, entre autres, l’aide aux victimes.
    •   Des intervenants, éducateurs et assistantes sociales.

Contacts utiles :
Le 119 est un numéro d’appel d’urgence gratuit, national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou qui risquent de l’être, il s’étend également aux adolescents, aux familles et à toute personne vulnérable. Il est accessible 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Les appels au 119 n'apparaissent pas sur la facture téléphonique, de façon à assurer la protection de l’appelant.
 
PJJ : [email protected] / tel : 40500520
CIDFF : [email protected] / tel : 40450120
Fare Tama Hau : [email protected] / tel : 40488080
CPSA : [email protected] / tel : 40460067

Rédigé par Teraumihi tane le Lundi 15 Novembre 2021 à 15:21 | Lu 772 fois