Tahiti Infos

​Gilles Tautu candidat aux législatives


Tahiti, le 4 mai 2022 – Le journaliste âgé de 47 ans et originaire de Faa'a, Gilles Tautu, a annoncé mercredi sa candidature sans étiquette politique aux élections législatives du 4 juin prochain sur la troisième circonscription.
 
Le journaliste de Polynésie la 1ère Gilles Tautu a annoncé mercredi soir officiellement sa candidature aux prochaines élections législatives sur la troisième circonscription (Punaauia, Faa'a et les îles Sous-le-Vent). Passé dans sa jeunesse par le Tahoera'a et après avoir longuement discuté ces dernières semaines avec Tauhiti Nena, le candidat de 47 ans originaire de Oremu à Faa'a partira seul pour ces élections. Mercredi soir à Oremu, il a organisé l'une de ses réunions de campagne "en petit comité". "Je ne suis pas un homme politique, je suis un homme de la société civile", explique Gilles Tautu, qui affirme avoir longuement parcouru "le terrain" avant de présenter sa candidature. "Depuis toute ma vie je rencontre la population, de par mon métier de journaliste d'abord."
 
S'il ne souhaite pas dévoiler dès à présent les grandes lignes de son programme, il place cet aspect au centre de sa candidature. "Il ne faut pas voter pour moi mais pour un programme." L'homme de médias énonce pourtant quelques axes chers, parmi lesquels la lutte contre "le fléau" de l'ice en Polynésie française. "Le sujet de l'ice me tient à cœur. Il fait mal à la jeunesse polynésienne et aux familles", explique-t-il affirmant que la répression doit aller de paire avec un "accompagnement" à la fois pour "les personnes qui sont tombées" et leurs familles. S'agissant d'une élection nationale, Gilles Tautu explique vouloir insister sur le travail des douanes, relevant de la compétence de l'État. Il souhaite davantage "d'équipes sur le terrain" et le retour d'un patrouilleur manquant depuis la perte de l'Arago. Ceci notamment pour "éviter que l'ice vienne par les moyens maritimes".
 
"Voter pour moi, c'est voter le changement", affirme Gilles Tautu, qui dit vouloir proposer une "alternative" et "ne critiquer personne". "Je ne suis pas l'élite de la politique", concède le journaliste, "mais demain je me lève réellement pour la population".

 

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 4 Mai 2022 à 20:58 | Lu 1972 fois