Tahiti Infos

​Faux départ pour le Regatta


Tahiti, le 18 janvier 2022 – Alors que le secteur de la croisière redémarre tout juste avec la levée des restrictions au fenua et alors que le premier paquebot étranger depuis mars 2020 est arrivé cette semaine à Papeete, le paquebot M/S Regatta vient d'annuler ses trois premières croisières et 24 escales de février. Les professionnels veulent pourtant croire au rebond du secteur pour "montrer que notre destination est ouverte et capable de gérer les protocoles sanitaires".
 
C'est un retard à l'allumage qui tombe mal pour le secteur de la croisière au fenua. Alors que les restrictions liées à l'état d'urgence n'ont été levées qu'en novembre dernier pour permettre aux navires de croisière étrangers de reprendre leur activité dans nos eaux ; alors que le premier de ces paquebots de croisière étranger depuis mars 2020 –le Viking Orion– est arrivé lundi matin avec 450 passagers à Papeete ; l'un des grands habitués des croisières polynésiennes, le M/S Regatta de la compagnie Oceania Cruises, vient d'annoncer qu'il annulait toutes ses croisières au mois de février au fenua.
 
Pas question cette fois-ci de crise Covid, du moins pas directement, puisque c'est le siège de la compagnie qui a pris la décision de repousser d'un mois le retour en mer de son navire. "Le Regatta devait reprendre ses croisières initiales. C'est à dire qu'il ne naviguait pas avant de venir en Polynésie", explique l'agent maritime et président du Tahiti Cruise Club, Bud Gilroy. "Il est actuellement à Los Angeles. Il était prévu du 5 février au 10 avril en Polynésie française pour sept têtes de ligne. Ils ont annulé cette semaine tout le mois de février. Pas pour des contraintes sanitaires, mais pour des contraintes de préparation du navire."
 
24 escales annulées
 
Le navire de 181 mètres de long, d'une capacité de 700 passagers, était d'ailleurs l'un des derniers à avoir croisé dans les eaux polynésiennes avant la crise Covid, début mars 2020. "En tous cas, le bateau prévoit maintenant de partir de Los Angeles vers la mi-février pour une arrivée le 3 mars et une première croisière qui va débuter avec des touristes qui arrivent par avion le 7 mars", indique Bud Gilroy. En tout, ce sont pas moins de trois croisières de sept jours qui sont annulées en février, pour un total de 24 escales prévues dans nos îles…
 
Et avec cette annulation, c'est toute une logistique qu'il faut réorganiser et toute une économie qui tournent au ralenti. "Pour une tête de ligne (une croisière au départ et à l'arrivée de Papeete, pour des croisiéristes qui arrivent par avion au fenua, NDLR), ce qu'il faut comprendre c'est que derrière il y a les gens qui arrivent par avion. Donc il faut coordonner les arrivées, avec toutes les contraintes que ça représente. Il faut avoir le nécessaire en fuel, en nourriture… Il y a des containers qui arrivent de Miami ou de Los Angeles pour approvisionner le navire."
 
L'agent maritime parle logistique et organisation, mais n'en oublie pas moins les prestataires qui vivent de ces escales à Tahiti et surtout dans les îles. "Le plus important c'était de ne pas perdre trop de sociétés pendant ce laps de temps des restrictions, que les gens ne ferment pas vraiment boutique. Et c'est vraiment un souffle d'air que d'avoir ces paquebots qui reviennent et qui peuvent aider nos îles à retrouver un regain d'activité économique", poursuit Bud Gilroy.
 
Le rebond espéré
 
Reste que les professionnels veulent croire au rebond de leur secteur. Pour l'année 2022, il y a autant d'escales prévues que lors de l'année d'avant crise 2019. Reste à savoir si ces dates seront tenues et surtout reste à connaître le niveau de remplissage des navires qui sera certainement en dessous des capacités maximales. "Cette reprise va surtout permettre de montrer que notre destination est ouverte et capable de gérer les protocoles sanitaires", insiste Bud Gilroy, qui espère faire de cette réorganisation sanitaire un "gage de compétitivité pour la destination". La plus grande difficulté n'étant pas d'éviter d'importer le Covid au fenua, les passagers étant testés quasi-quotidiennement lors des escales, mais d'éviter que le Covid n'infeste un navire de croisière. Des protocoles d'isolement et de quarantaine à bord du navire sont d'ailleurs prévus.
 
"Le secteur a complètement été anéanti avec la crise Covid, parce que depuis mars 2020 on n'a pas eu un bateau. Et encore une fois, les gens se bornent parfois à croire que la croisière ça n'est que Papeete. Pas du tout. Ce sont beaucoup de petits navires qui vont dans les îles", insiste le président du Tahiti Cruise Club, qui prend l'exemple du Viking Orion actuellement en Polynésie. "Faire venir 450 touristes d'un coup aux Marquises, après l'avoir préparé avec la population sur place, après avoir expliqué nos protocoles, pour nous ça c'est une réussite".
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mercredi 19 Janvier 2022 à 17:01 | Lu 3672 fois