Tahiti Infos

Violences faites aux femmes : les actions de Vahine Orama no Moorea


Moorea, le 28 novembre 2021 - À l'occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, les adhérents de l’association Vahine Orama ont rencontré samedi les habitants de Moorea lors d’un tour de l’île. L’idée était de les sensibiliser à la situation des femmes victimes de violences et les informer sur les actions menées par l’association et ses partenaires. 
 
Dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, l’association Vahine Orama no Moorea a organisé samedi un tour de l’île en voiture. A cette occasion, ses membres ont fait plusieurs arrêts dans les lieux publics afin d’informer la population sur les actions menées par l’association, notamment la prise en charge des femmes maltraitées, sa collaboration avec ses différents partenaires comme l’hôpital de Moorea, les affaires sociales, les foyers, etc. “Il est vrai que les victimes doivent venir vers nous en cas de besoin, mais nous devons aussi aller vers elles lors des journées dédiées aux femmes. Il faut vraiment qu’on se bouge pour elles. On leur montre ce qu’on fait et avec qui on travaille”, explique Elizabeth Hermant, présidente de l'association. 
 
Ce tour de sensibilisation est d’autant plus important que la situation actuelle de plusieurs femmes n’est pas très réjouissante à en croire Vahine Orama : “Les gens restent en famille avec la crise sanitaire, mais beaucoup de gens ont perdu leur emploi. Or, on sait que les familles ne sont pas des lieux sûrs quand il y a de la misère, qu’il n y a pas d’argent et qu’il n y a pas de travail. Les gens sont en général plus excités”, explique Elizabeth Hermant avant d’ajouter “J’ai encore reçu trois appels téléphoniques cette semaine. Les membres de l’association gèrent en fait plusieurs cas par semaine.” 

Consciente de la situation difficile de certaines familles, l’association tient désormais un service de proximité qui offre des produits comme des vêtements ou des linges aux familles nécessiteuses. “Ces produits ont un coût et ne sont pas prioritaires pour ces familles. Les affaires sociales s’occupent de ce qui leur faut pour manger tandis que nous, on va mettre l’accent sur les colis d’hygiène, tout ce qu’il est linge de maison, etc. Cela nous permet aussi d’être en contact avec les familles en difficulté”, ajoute Elizabeth Hermant. Cette dernière profite de cette journée consacrée aux femmes pour lancer un appel aux victimes. “Il ne faut pas hésiter à faire appel aux associations. Il faut qu’elles sachent qu’elles ne sont pas seules et qu’on travaille avec elles. On pourra les orienter et les suivre”, conclut-t-elle. 

L’association tient désormais un service de proximité qui offre des produits comme des vêtements ou des linges aux familles nécessiteuses.
L’association tient désormais un service de proximité qui offre des produits comme des vêtements ou des linges aux familles nécessiteuses.

Rédigé par Toatane Rurua le Dimanche 28 Novembre 2021 à 16:14 | Lu 724 fois