Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Violences conjugales: sous emprise de drogue et d'alcool pour 50% des auteurs



Violences conjugales: sous emprise de drogue et d'alcool pour 50% des auteurs
PARIS, 17 déc 2012 (AFP) - Près de la moitié des femmes déclarant des violences de la part de leur conjoint estiment que celui-ci est sous emprise de la drogue et/ou de l'alcool, révèle une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Selon cette étude dite de victimation, pour ce qui est des violences sexuelles et physiques dans leur ménage, 49% des femmes interrogées ont déclaré que leur conjoint était sous emprise de la drogue et/ou de l'alcool au moment des faits.

Selon Cyril Rizk, l'un des auteurs de l'étude, il s'agissait de mesurer, pour les violences intra mais aussi hors ménage, quelle est la part de l'alcool et de la drogue dans ce que déclarent les Français, ce qui n'avait jamais été fait jusque-là.

Sur le nombre - déjà connu - de 1,2 millions de Français et Françaises s'étant déclarés victimes de violences physiques hors ménage, 36% disent que ces actes étaient commises sous emprise drogue/alcool.

Cela "s'accroît très significativement" au fils des ans, observe l'ONDRP, et il y a, sur ce chapitre précis, plus d'hommes que de femmes. Cette proportion est donc inverse pour ce qui est des violences conjugales.

La "fréquence des cas où l'auteur" est alcoolisé ou drogué "est plus élevée" pour les violences physiques hors ménage que pour celles intra ménage, note encore l'étude.

L'alcool joue une part importante dans toutes les violences et, dans un tiers des cas, se cumule avec de la drogue, toujours selon les déclarations des victimes.

La drogue seule n'entre pas pour une part importante des violences. Plus les cas de violences sont graves, remarque aussi M. Rizk, plus la part d'alcool grande.

Près de 2% des femmes ont subi, en l'espace de deux ans, des violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, soulignait une étude de l'ONDRP datant d'octobre qui ne mesurait pas la part de l'alcool et de la drogue.

Les enquêtes de victimation menées par l'ONDRP, avec l'Insee, sont destinées à connaître la perception de la délinquance par les Français. Elles diffèrent des statistiques officielles des forces de l'ordre parfois sujettes à caution. Cette enquête porte sur un échantillon de plus de 67.000 personnes de 18 à 75 ans interrogées entre 2009 et 2012.

Rédigé par AFP le Lundi 17 Décembre 2012 à 06:11 | Lu 471 fois






1.Posté par Tehei le 17/12/2012 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore une bonne raison pour la légalisation de la drogue

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies


















ranktrackr.net