Tahiti Infos

Vendée Globe: Bestaven manque de vent, Dalin s'envole


Paris, France | AFP | vendredi 18/12/2020 - vidéo : © Saem Vendée / Nefertiti Prod - En tête du Vendée Globe depuis deux jours, Yannick Bestaven est au ralenti vendredi en raison d'une zone de vents légers alors que derrière lui Charlie Dalin file vite pour tenter de reprendre la place de leader.

C'est un groupe de trois marins qui emmène la flotte de la course autour du monde en solitaire et sans escale, dans le Pacifique, au large de la toute petite île Macquarie. 

Bestaven (Maître Coq IV) est en première ligne, suivi de Dalin (Apivia) à 78 milles nautiques (144 km), et de Thomas Ruyant (LinkedOut), à 172 nm (318 km). Bien plus loin, Jean Le Cam (Yes We Cam!) se tient en quatrième position (375 nm soit 694 km).

Les hommes de tête sont groupés et se doublent au gré des avaries et des conditions météo.

Dalin, qui avait tenu les rênes pendant trois semaines à bord de son bateau de dernière génération, avait décroché lundi après un problème important lié à l'un de ses deux foils (appendices latéraux permettant au voilier de voler). Tombé à la troisième place, il est remonté à la deuxième place, alors occupée par Ruyant, qui a choisi de prendre une option de route différente, plus au nord.

Le Nordiste a voulu accrocher une dépression, un choix qui se joue toujours à quitte ou double. D'autant que Ruyant a vécu un imprévu: sa soute à voile a été inondée.

"Il y avait une très bonne option à prendre. Je pense que Thomas avait prévu de faire ça avant son envahissement de soute à voile. Il y avait un très bon coup à jouer, mais le timing était serré, et son problème l'a mis hors timing, je pense", a commenté Dalin lors d'une vacation avec le PC course.

"Tout s'est assagi" 

Vendredi à mi-journée, Ruyant se replaçait dans le même système que Dalin qui avançait très vite.

"J'ai une quinzaine de nœuds de vent, j'avance à 15 nœuds (28 km/h) et la mer s'est bien assagie. Si ça pouvait rester comme ça le reste du Pacifique, ça serait parfait. Quelques heures après avoir franchi la frontière entre le Pacifique et l'Indien, tout s'est assagi. C'est étonnant ! Comme s'il y avait une vraie barrière...", a souligné Dalin, qui ne s'emballe pas alors qu'il ne devrait pas tarder à tomber lui aussi dans des conditions sans vent.

"Je ne me fais pas d'illusions: on va en avoir du vent amendonné ! Là, je vais refaire un point sur la navigation, manger un morceau, peut-être faire une sieste, c’est l'heure !", dit-il.

Devant lui, Bestaven souffre de ne pouvoir cavaler. Le Rochelais, qui avançait à 16 nœuds (30 km/h) jeudi soir, est tombé à 6 nœuds vendredi (11 km/h).

Un peu esseulé derrière le deuxième groupe de la flotte, Maxime Sorel (V And B Mayenne) a passé pour la première fois de sa vie le cap Leeuwin (pointe sud de l'Australie) - deuxième des trois caps mythique du tour du monde avec le cap de Bonne-Espérance et le cap Horn - d'une façon très particulière, comme il l'a raconté vendredi midi à l'organisation.

"J'ai passé le cap Leeuwin en tête de mât! Pas que pour la note d'originalité", a lancé Sorel, en difficulté avec une voile (J2).

"J'ai dû affaler mon J2, le réparer et le renvoyer de nouveau. C'était une épreuve assez dure, très éprouvante. Ce n'était pas très rassurant mais j'ai pris mon courage à deux mains, j'ai fait ce qu'il fallait et maintenant je suis hyper ravi", s'est-il réjoui.

le Vendredi 18 Décembre 2020 à 05:03 | Lu 237 fois