Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Une brigade de gendarmerie maritime supprimée en juillet



le général de brigade Isabelle Guion de Meritens
le général de brigade Isabelle Guion de Meritens
PAPEETE, le 5 juin 2015 - Sur les 16 militaires de la gendarmerie maritime en Polynésie, trois postes seront transférés dès juillet vers d'autres affectations plus prioritaires, en particulier la Guyane. Mais le bateau chargé d'assurer les missions de la gendarmerie reste en place, avec ses 13 hommes d'équipage.


C'est sur le Jasmin, le patrouilleur de la gendarmerie maritime, que le général de brigade Isabelle Guion de Meritens a reçu la presse vendredi, à la fin de sa semaine d'inspection et de visite en Polynésie. Celle qui dirige l'ensemble de la gendarmerie des mers de France et de l'Outre-mer a commencé par féliciter ses équipes pour leur travail ces deux dernières années : "le bilan que nous avons fait de l'activité du patrouilleur, le Jasmin, et de la brigade Base navale, est très positif. Elle a recueilli la satisfaction des autorités locales, qu'elles soient militaires, administratives et judiciaires, avec un bel engagement et une belle initiative à mettre à l'actif des militaires de ces deux unités."

Mais elle avait aussi une annonce moins heureuse : "la mauvaise nouvelle est la dissolution de la brigade Base navale de Papeete, qui travaille dans le domaine du renseignement et de la protection défense au profit de la base navale." Cette dissolution serait préparée et organisée : c'est un transfert d'effectifs vers la Guyane et la Guadeloupe pour renforcer leurs unités de gendarmerie maritime.

C'est la diminution des effectifs militaires, en temps de disette budgétaire au gouvernement central, qui oblige à ces redéploiements. D'autant que les besoins dans ces autres DOM sont bien plus lourds que chez nous : lutte contre les trafics, l'orpaillage clandestin, police des pêches…

En Polynésie, c'est le patrouilleur Jasmin qui reprendra la plupart des missions de la brigade, tandis que la DSP se chargera de la sécurité dans la base (rixes entre militaires, petits vols…) et du renseignement pour assurer une sécurité aux installations militaires.

Des missions très diverses

Le Jasmin, lui assure des missions polyvalentes dans la limite de ses "capacités d'élongation", c'est-à-dire son autonomie en mer. Plus loin, c'est la marine qui prend le relai. Elle intervient donc pour des missions de souveraineté (assurer la présence de la France même dans les territoires les plus éloignés), des missions de secours avec le MRCC, de la police judiciaire, et des engagements opérationnels sur certaines îles. Dans les affaires les plus récentes, le capitaine Bernard Landés, qui commande la gendarmerie maritime en Polynésie, parle de transports de passagers hors réglementation, de l'arrestation d'un Hongrois à Huahine sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, de transport de douaniers sur des atolls isolés à la recherche de paka...

Des missions importantes donc, surtout en l'absence de navette des douanes, qui sont préservées. "Pour nous l'important est d'avoir au moins une unité navigante par territoire" assure la générale.

La seule femme générale de gendarmerie

Le général de brigade Isabelle Guion de Meritens est la première femme à atteindre le grade de général dans la gendarmerie nationale. Il y a déjà des femmes à tous les grades de la gendarmerie, mais le grade général vient d'être créé…

"La gendarmerie maritime est un corps de métier qui se modernise depuis longtemps, qui est en évolution permanente depuis une vingtaine d'années, et qui surtout aujourd'hui a un dimensionnement sur l'eau qu'elle n'avait pas à l'époque. Et ça c'est important quel que soit les gendarmes, féminins ou masculins, qui la composent."

"En revanche la gendarmerie maritime est féminisée aujourd'hui à 10% de ses effectifs, mais très peu de femmes sont embarquées. C'est quelque chose que nous essayons de développer à partir de volontaires. Mais nous sommes à l'image du monde de la mer, où les femmes sont encore largement minoritaires. Mais elles peuvent arriver au sommet, je suis aujourd'hui le seul général féminin de toute la gendarmerie."

Elle note que la grande majorité des bateaux (24 sur 30) du corps est adapté aux femmes. "Il nous manque simplement les volontaires…"


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Vendredi 5 Juin 2015 à 14:35 | Lu 3542 fois







1.Posté par Le vieux le 05/06/2015 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

''' le général de brigade Isabelle Guion de Meritens ''' Ce ne serait-pas ''Amiral Isabelle Guion de Meritens''' ??? je crois un Biffin.

2.Posté par Niuhiti Gournac le 05/06/2015 19:19 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1 seul bateau pour patrouiller un territoire aussi vaste que l''Europe??? C''est une bonne blague...

3.Posté par Popoti le 06/06/2015 05:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les douaniers maritimes, quand vont ils avoir un nouveau bateau ?????

4.Posté par Tac o tac le 06/06/2015 07:02 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Générale Guion de Maritens.

5.Posté par Kaddour le 06/06/2015 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'important n'est pas que ce soit une femme qui commande !!! Surtout que "jasmin" vient de l'arabe "yasmina" qui est un prénom de fille !!! (rires)
Ce qui est plus inquètant : le Jasmin pourra-t-il continuer à assurer ses missions avec 3 gendarmes en moins, soit près de 20% de son effectif ???

6.Posté par Jc le 06/06/2015 09:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'y a pas d'erreur. Les gendarmes maritimes portent les galons de la marine nationale, avec leurs attributs (grenade et ancre) mais gardent les appellations traditionnelles.

7.Posté par Piripirifaufau le 06/06/2015 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On remarque aussi, qu'un seul bateau pour toute la Polynésie, c'est un peu "léger" pour pas dire plus.

8.Posté par Hans Van Barneveld le 06/06/2015 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

au poste 7 => Ne nous plaignons pas ! un bateau c'est pas si mal car lorsque nous serons indépendants, il n'y en aura plus un seul et ce sera sur une pirogue que nous remplirons nos missions ...

9.Posté par Phil le 06/06/2015 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La mer est la grande oubliée de l'Etat en Polynésie française : à part le Prairial (qui est toujours en mission diplomatique en dehors de la Polynésie française...), la marine nationale est devenue une coquille quasiment vide... les douaniers n'ont plus de bateau... les sauveteurs en mer bénévoles sont ignorés et moqués par la protection civile... et maintenant les gendarmes maritimes voient leurs effectifs se réduire... Il faut que le Pays tape un peu sur la table ! Parce que derrière tout cela, ce sont aussi des polynésiens concernés !

10.Posté par tutua le 07/06/2015 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P8
tu as raison, quand nous serons indépendants il faudra apprendre à nager comme nos tupuna, il faut s'y mettre vite, il ne reste plus beaucoup de temps ...

11.Posté par Le Vieux le 07/06/2015 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Phil Il est loin, très, très loin le temps ou la France pouvait envoyer la force Alfa dans le Pacifique. Ce temps là ne reviendra plus. Il faut l'espérer car le jour ou croiseront de nouveau des portes-avions dans nos eaux alors cela voudrai dire que dans le monde cela va mal, très mal, beaucoup plus mal qu'en ce moment.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués