Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Un peu plus de 13.500 femmes se sont fait retirer leurs prothèses PIP (ANSM)



Un médecin prend des marques avant de reirer des prothèses PIP
Un médecin prend des marques avant de reirer des prothèses PIP
PARIS, 30 oct 2012 (AFP) - Un peu plus de 13.500 femmes ont bénéficié en France d'un retrait de prothèses mammaires PIP au gel de silicone frauduleux, selon le dernier bilan arrêté à la fin septembre par l'agence des produits de santé (ANSM) qui fait état de "ruptures" chez 3.188 d'entre elles.

Selon les données transmises à l'agence sanitaire, 13.504 femmes se sont fait retirer leurs prothèses dont 9.426 à titre préventif.

Les prothèses ont toutefois été retrouvées intactes chez 7.423 femmes, femmes, soit 79% des femmes explantées à titre préventif, selon l'agence.

Le nombre de femmes porteuses de prothèses mammaires en silicone PIP en France est estimé à environ 30.000.

Les retraits préventifs avaient débuté dès mars 2010 mais se sont accélérés depuis janvier dernier, à la suite de la décision du ministère de la Santé de proposer des explantations même sans signe clinique de détérioration de l'implant.

3.188 femmes ont eu une ou plusieurs ruptures de prothèse PIP ayant fait l'objet d'un signalement à l'agence du médicament de 2001 à fin septembre 2012, précise l'ANSM.

Sur la même période, 3.240 réactions inflammatoires - dont six cas de nécrose - ont été notées chez 1.862 porteuses de prothèses PIP.

L'agence a également enregistré un total de 56 cas d'adénocarcinomes mammaires (cancers) chez des femmes porteuses de PIP.

Toutefois, relève-t-elle, "les données disponibles aujourd'hui permettent de conclure à l'absence de sur-risques pour ce type de cancer chez les femmes porteuses d'implants en comparaison avec la population générale, ou de sur-risque spécifique aux PIP en comparaison aux autres implants".

Les évènements indésirables interviennent généralement de manière assez précoce, selon l'ANSM, avec une médiane (partage en deux parties d'effectifs égaux) de survenue de près 5 ans et 11 mois pour les ruptures de prothèses et de 5 ans et 4 mois pour les réactions inflammatoires.

Les ruptures sont décelées grâce à des échographies systématiques de surveillance ou lors d'échographies réalisées avant les explantations.

ez/fa/ed

Rédigé par AFP le Mardi 30 Octobre 2012 à 04:56 | Lu 247 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies