Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Un nouvel élan à Mamao pour l'accueil Te Vai-ete



Tahiti, le 26 janvier 2021 - Un terrain de 1 765 m2 est mis à disposition du secours catholique à Mamao pour la construction du nouveau centre d’accueil de jour Te Vai-ete.

"On a raté le premier coup. On a raté le deuxième. Le troisième sera le bon", a ironisé le président Édouard Fritch, mardi, à la signature du bail emphytéotique avec le Conseil d’Administration de la Mission Catholique (Camica), pour la mise à disposition d’une parcelle domaniale de 1 765 mètres carrés située à Mamao derrière l’institut Mathilde Frébault. Le site doit recevoir d’ici la fin de l’année le nouveau bâtiment du centre d’accueil de jour Te Vai-ete, du secours catholique. Le Camica en sera le gestionnaire.
 
Cette convention répond aux appels martelés par le Père Christophe lors des veilles de Noël depuis 2018 à la recherche d’un terrain qui puisse recevoir le nouvel Accueil Te Vai-ete. Non-conformité aux normes de sécurité et sanitaires, exiguïté, la base opérationnelle du secours catholique de Vaininiore est fermée depuis le mois de mars 2020 et la prise en charge des personnes à la rue du centre de jour se fait depuis lors au presbytère de Papeete ou lors de maraudes.
 
"Rassembler et coordonner ce qui se fait déjà"
 
Mais depuis 2018, le secours catholique projette la construction de nouveaux locaux, plus adaptés à ses besoins. Créé en 1994 pour donner accès à une cuisine couplée à une salle à manger où des repas seraient servis aux personnes à la rue de Papeete, en 26 ans, la mission caritative de l’Accueil Te Vai-ete s’est étoffée d’une activité d’accompagnement à l’emploi, d’assistance judiciaire et de soutien administratif en faveur des sans-abris : demandes ou renouvellements de carte d’identité ; carte CPS ; dossier Cotorep, etc. Depuis le presbytère de Papeete des consultations médicales sont en outre offertes avec la collaboration de médecins généralistes et spécialistes bénévoles. Un service de consultation psychiatrique est actif tous les mardis matin. Une table y est ouverte pour les sans-abris tous les mercredis soir. Des maraudes vont à la rencontre des SDF dans les quartiers, les mardis et jeudis.
 
Le nouvel Accueil Te Vai-ete que le secours catholique prévoit de bâtir sur la parcelle mise à sa disposition à Mamao "a pour but de rassembler et de coordonner tout ce que nous faisons déjà, un peu partout", rappelle le Père Christophe. "Il s’agit du pôle nourriture et repas, avec le projet d’en dispenser le matin et le soir. Il y a aussi tout ce qui va avec : lavage du linge, douches, etc., pour permettre aux personnes de rester dans la dignité, propre et en ayant mangé. La deuxième chose est le pôle santé, avec un psychiatre, un infirmier et des vacations assurées par des médecins bénévoles."
 
Problème : le projet est évalué à 150 millions de Fcfp "et on s’est engagé à rechercher les financements non pas auprès des pouvoirs publics, mais auprès des femmes et des hommes de bonne volonté de ce pays", rappelle l’homme d’église. À ce jour, cette collecte lancée en 2018 a permis de réunir 39,2 millions de Fcfp de dons. Mais le vicaire de Papeete garde espoir de boucler le financement du projet avant la fin de l’année. Comme il l’a glissé mardi en marge de cette convention de mise à disposition, "le Seigneur sait nous apprendre la patience".

L’Accueil Te Vai-ete en chiffres

En 2020, le secours catholique recense 229 personnes ayant pris au moins 10 repas à l’accueil Te Vai-été. Cet effectif se compose de 38 femmes dont deux mineures et de 191 hommes dont 5 mineurs. Sur cet effectif, 78% ont plus de 30 ans. Un habitué de Te Vai-ete sur cinq (17,9%) est soit salarié, soit retraité. Un sur deux (46,7%) est ressortissant du régime de solidarité de la CPS et 18,4% de l’effectif est composé d’adultes handicapés.
L’année dernière, l’accueil Te Vai-ete a offert un total de 29 659 repas dont près 15 000 lors des maraudes.

Un "lieu idéal" pour le Père Christophe

Le projet du nouveau centre d’accueil Te Vai-ete se concrétise enfin ?
"Oui, il n’en est pour l’instant qu’à son début. Le terrain était en effet sa condition sine qua non. Maintenant, la réalisation repose sur nous. Tant que nous n’avions pas le terrain, on pouvait casser du sucre sur le dos du Pays. Maintenant qu’il nous est mis à disposition, la balle est dans notre camp. Le challenge est de réaliser ce centre avec les femmes et les hommes de bonne volonté de ce pays. Nous avons déjà un bon tiers du financement assuré, notamment grâce à la contribution d’une grande entreprise de la place : M. Albert Moux nous a promis une somme considérable, plus de 20 millions. Il nous reste à finaliser les plans avec l’architecte pour faire une demande de permis de construire de façon à poser la première pierre le plus vite possible, en espérant que l’on aura les moyens financiers."
 
Aujourd’hui, combien vous faut-il pour boucler votre financement ?
"En gros, il nous faut encore 100 millions. Mais on fera avec ce que l’on a. Le projet est conçu autour d’une structure d’ensemble. L’aménagement intérieur peut se faire progressivement en fonction de la rentrée des fonds."
 
Le terrain que vous prenez à bail convient-il à vos besoins ?
"Nous avions visé des terrains plutôt du côté du port autonome. Cela n’a pu se faire. Mais aujourd’hui le Seigneur sait nous apprendre la patience, parce que le lieu où se situe ce terrain est idéal. Nous n’aurions jamais osé penser trouver un lieu aussi bien adapté. À la fois en dehors des habitations, mais très proche du centre-ville et des structures telles que la CPS."
 
Cela fait 3 ans que vous attendez cet instant. Qu’est-ce qui a permis cette avancée ?
"J’ai la chance d’avoir un évêque qui nous soutient réellement. C’est lui qui me demandait, à chaque fois que nous nous rencontrions, si j’avais une réponse. Quand on a appris qu’il y avait un terrain que le Pays envisageait de nous proposer, Monseigneur Cottanceau a fait un acte fort. Il a écrit au président pour lui demander si cela allait se concrétiser. Je pense aussi que la crise sanitaire a permis au Pays de se rendre compte que ce que l’on dit est concret. Les chiffres que l’on annonce –250 personnes– nous avons pu les vérifier pendant le confinement."
 

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 26 Janvier 2021 à 19:33 | Lu 6161 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus