Tahiti Infos

Un couple de fonctionnaires à Nuutania pour trafic d'ice


Le couple a été directement conduit à Nuutania à l'issue de l'audience de comparution immédiate.
Le couple a été directement conduit à Nuutania à l'issue de l'audience de comparution immédiate.
PAPEETE, le 13 février 2017 - Un fonctionnaire de la présidence et sa compagne, professeur des écoles, ont été condamnés à de la prison ferme pour trafic de stupéfiants, avec mandat de dépôt à l'audience, ce lundi après-midi en comparution immédiate. Ils avaient été interpellés par les douanes il y a tout juste une semaine alors qu'ils s'apprêtaient à récupérer deux colis contenant un total de 88 grammes d'ice commandés sur Internet. Leur trafic durait depuis plus de 6 mois.

Après en avoir longuement délibéré, le tribunal a prononcé ce lundi deux peines de prison ferme avec maintien en détention contre un couple de fonctionnaires interpellés par les douanes le 7 février dernier, alors qu'ils s'apprêtaient à réceptionner chez un transporteur de colis une commande de 88 grammes d'ice passée sur internet.

Le premier, 40 ans, employé technique à la présidence, a écopé de 4 ans de prison ferme en raison d'un casier judiciaire déjà chargé. Sa compagne, une professeur des écoles de 43 ans en poste depuis plus de vingt ans, a été condamnée à un an de prison ferme avec maintien en détention également, malgré un casier judiciaire vierge. Ils devront en outre s'acquitter solidairement d'une amende douanière de plus de 20 millions de francs pour importation de marchandise prohibée.

Leur trafic durait depuis le mois de juin 2016. On estime en tout à plus de 167 grammes la quantité d'ice qu'ils ont introduit par voie postale sur le fenua. Le couple était pourtant à l'abri du besoin, le premier gagnant autour de 300 000 francs mensuels, la seconde émargeant à 400 000 francs par mois.

"Par appât du gain"

En concubinage depuis deux ans, l'un et l'autre ont expliqué vivre une relation fusionnelle en marge de difficultés personnelles issues de leurs précédentes relations. Ils ont assuré à la barre avoir d'abord commandé de petites quantités, de l'ordre de quelques grammes, pour leur consommation personnelle avant de monter en puissance "pour faire du stock" en raison du prix élevé de l'ice sur le marché local.

Une ligne de défense qui a moyennement convaincu le tribunal : "Vous pouviez approvisionner le territoire pendant quelques semaines avec une telle quantité", n'a pas manqué de faire remarquer au couple la présidente à l'audience. "167 grammes pour votre consommation personnelle ? C'est par appât du gain, vous avez indiqué pendant les auditions votre intention de solder vos crédits et de prendre votre retraite plus tôt pour aller aux Marquises", a pour sa part rappelé le ministère public à madame, et avant de demander au tribunal qu'il "tienne compte" dans sa décision de la dangerosité du produit importé : "L'ice ne doit pas devenir un produit de consommation courante en Polynésie française, c'est une question de santé publique".

Les comptes bancaires du couple ont été saisis. Leur bénéfice estimé dans cette opération serait de l'ordre de 1,8 million de francs. La moitié de cette somme a été dépensée pour se faire plaisir, le reste placé à la banque. Une partie de la drogue était en effet revendue en sachets de 0,1 gramme d'une valeur unitaire de 15 000 à 22 000 francs selon les déclarations du couple, directement chez eux ou du côté de la gare routière.

La drogue avait été commandée en Allemagne, au Canada ou aux Pays-Bas via le darknet, un réseau Internet parallèle qui rend possible une anonymisation des échanges et des transactions. Pour l'anecdote, un ultime (?) colis contenant plus de 30 grammes d'ice avait été réceptionné par les gendarmes alors que le couple se trouvait déjà en garde à vue. Pour encore plus de discrétion, monsieur avait convaincu une collègue de travail de lui prêter sa boîte postale et de réceptionner les colis pour son compte. Inquiétée au début de l'enquête, elle a été mise hors de cause.

Rédigé par Raphaël Pierre le Lundi 13 Février 2017 à 17:43 | Lu 21889 fois