Tahiti Infos

Trafic de tortues démantelé à motu One


Tahiti, le 15 décembre 2021 – Le procureur de la République, Hervé Leroy, et le haut-commissaire Dominique Sorain, ont annoncé mercredi le démantèlement d'un trafic de tortues sur le motu One à 300 km de Bora Bora. Repérés sur un poti mārara alors qu'ils tentaient de dissimuler cinq tortues sous des bâches, trois pêcheurs ont été placés en garde à vue. Ils comparaîtront en audience foraine à Bora Bora début 2022.

Lors d'un vol de surveillance maritime opéré au-dessus des îles Sous-le-Vent le 7 décembre dernier, l'équipage du Falcon Gardian de la flottille 25F de la marine nationale a repéré un poti mārara à bord duquel trois hommes tentaient de cacher cinq tortues sous des bâches. L'embarcation des trois pêcheurs se trouvait à proximité du motu One, à 300 km de Bora Bora.

Tel que l'ont précisé le procureur de la République, Hervé Leroy, et le haut-commissaire, Dominique Sorain, dans un communiqué diffusé mercredi, c'est après "avoir récupéré les informations sur le propriétaire de l'embarcation auprès de la Direction polynésienne des affaires maritimes" que le centre maritime commun a informé le procureur de la République. Ce dernier a ensuite "fait diligenter par la compagnie des archipels de la gendarmerie nationale une enquête judiciaire au vu des photos et éléments d'informations recueillies par l'aéronef".

Audience foraine

Après la "mise en place d'un dispositif de surveillance et de contrôle", les gendarmes ont localisé et interpellé les trois pêcheurs à Bora Bora. Placés en garde à vue, les trois hommes ont reconnu les faits. Tel que le précise le procureur de la République mercredi, ils seront poursuivis des chefs de "capture et détention d'espèces protégées" et comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Papeete en audience foraine début 2022. Ils encourent des peines pouvant aller jusqu'à 980 000 Fcfp d'amende et un an de prison. Leur bateau, dont la valeur à neuf a été estimée à cinq millions de Fcfp, pourra également faire l'objet d'une confiscation.
 
Dans leur papier, les autorités de l'Etat rappellent que "les tortues marines sont classées parmi les espèces menacées d'extinction par la convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages".

Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 15 Décembre 2021 à 10:37 | Lu 2851 fois