Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Territoriales : les noms des leaders du Tavini Huira'atira ont été dévoilés



Oscar Temaru a dévoilé le nom des leaders qui conduiront les listes du Tavini Huira'atira, lors des territoriales.
Oscar Temaru a dévoilé le nom des leaders qui conduiront les listes du Tavini Huira'atira, lors des territoriales.
FAA'A, le 10 mars 2018 - Le congrès du parti indépendantiste s'est tenu samedi à Vaitupa. L'occasion pour son président, Oscar Temaru de dévoiler les noms des personnes qui mèneront les listes du Tavini Huiraatira, dans les huit sections en Polynésie française. Si on retrouve plusieurs personnalités bien connu du monde politique, de nouveaux visages font, cependant, leur apparition.

Ils étaient plus de 1 300 militants du Tavini Huira'atira à s'être rendus samedi matin à Vaitupa pour le congrès du parti. Des membres de l'Union calédonienne étaient également présents. Mais cette journée était importante pour les militants puisque c'était aussi l'occasion pour eux, de découvrir les noms des personnes qui représenteront le parti, lors des prochaines territoriales.

Et cette fois-ci, le parti indépendantiste partira seul aux élections. Mais, si Oscar Temaru n'a pas dévoilé l'ensemble des candidats sur les listes, on sait cependant, que 148 personnes ont fait acte de candidature, alors qu'il n'y a que 73 places à pourvoir. "J'ai reçu une centaine de candidature de la part des Tavini soutenus par leurs comités respectifs, et également des personnes nouvelles dans la mouvance du Tavini et d'autres pas du tout", explique Etienne Chimin, mandataire administratif du Tavini Huira'atira. "Maintenant, il appartient au président de faire le tri", poursuit-il.

"Je n'ai pas dormi de la nuit pour pouvoir au moins présenter les responsables qui mèneront notre liste. Je pense aussi que la masse silencieuse qui n'est pas là ce matin (samedi NDLR), veut savoir qui sont les leaders du parti", rajoute Oscar Temaru, président du Tavini Huira'atira.

"Il y a moi-même, Eliane Tevahitua aussi, elle a fait ses preuves à l'assemblée territoriale. Il y a aussi Moetai Brotherson, notre député, il y a Bélinda Bambridge de Punaauia, il y a aussi Jean Tefan, un jeune avocat très connu, voilà les principaux leaders. Ce n'est pas facile parce qu'il y a d'autres prétendants, d'autres compétences. Ce sont des heures de réflexion, en analysant les principaux critères. D'abord être d'accord sur la vision politique de notre pays, c'est indispensable. Il ne faut pas mettre n'importe qui, parce que nous serons porteurs de messages et il faut que les messages soient bien compris par notre population. Il ne s'agit pas de raconter n'importe quoi. Il faut aussi de la maturité et de la compétence. 99 % des personnes qui ont candidaté, ont tous des compétences", explique Oscar Temaru.

Les listes indépendantistes seront finalisées dans le courant de la semaine. "Je dois tout déposer avant le 26 mars. Ensuite, on nous délivrera un récépissé provisoire. Par la suite, l’État prendra 48 heures pour sortir un récépissé définitif ou bien rejeter la liste, ce qui me permettra de remplacer celles et ceux qui ont un problème", confie Etienne Chimin.


Huit sections

Pour les élections territoriales, la Polynésie française a été découpée en huit sections, ce qui ramène à 73 candidats à présenter (nombre qui prend en compte les suppléants NDLR).

Section 1 : Arue, Pirae, Papeete et Moorea-Maiao (13 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 2 : Mahina, Hitiaa o te Ra, la Presqu'île, Teva i Uta, Papara et Paea (13 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 3 : Faa'a et Punaauia (11 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 4 : les Raromatai (8 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 5 : Tuamotu Ouest (3 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 6 : Tuamotu Est et les Gambier (3 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 7 : Marquises (3 sièges à pourvoir et 2 suppléants) ;
Section 8 : Australes (3 sièges à pourvoir et 2 suppléants).


Listes provisoires du Tavini Huira'atira

Section 1
Minarii Galenon
Richard Tuheiava
Christiane Kelley
Benoit Tarahu
Thilda Harehoe

Section 2
Antony Géros
Valentina Cross
Steve Chailloux
Frangélica Bourgeois
Opahi Buillard

Section 3
Oscar Temaru
Eliane Tevahitua
Moetai Brotherson
Bélinda Bambridge
John Tefan

Section 4
Leila Tama
Douglas Roi
Teumere Atger
Pierre Terou
Sylvana Tiatoa
Martial Teroroiria
Iuta Mana
Teddy Tefaatau
Claudia Teriinohorai

Section 5
Vito Maamaatuaiahutapu
Tupuhina Nordman
Hervé Tahitoterai

Section 6
Patricia Teriirere
Raymond Voirin

Section 7
Teva Schmidt
Jessica Bennett
Marcel Bruneau
Mathilde Taupotini

Section 8
Thylda Tau
Emmanuel Tunutu


La parole à

Frangélica Bourgeois-Tarahu - 40 ans, mariée et mère de deux enfants
Section 2

"Ce qui m'a poussée, c'est la bataille du Tavini"


"J'ai postulé le dernier jour parce que, ce n'est pas une décision facile à prendre. Il fallait le soutien de mon époux, de ma famille, de la population de Mahaena, et le soutien du Tōmite 'oire de Hitiaa o te ra.
Ce qui m'a poussée, c'est la bataille du Tavini, à savoir l'indépendance de notre fenua. Avant que je sois dans ce parti, j'étais avec les jeunes orange du Tahoeraa Huiraatira où j'avais beaucoup œuvré, et à la fin, ce n'est pas toute la population qui est mise en valeur. On a besoin des petits pour les élections, et après, on les met de côté. Je me suis dit que ça suffisait, surtout lorsque j'ai vu un film sur Pouvanaa a Oopa, c'est là que je me suis remise en question. J'avais fait déjà des recherches sur nos ancêtres, donc, c'est toute cette rage qui est revenue et tu ne peux pas accepter cette situation et le fait que tu sois colonisée injustement. C'est là que j'ai commencé à suivre le parti et à mieux comprendre. Avant, quand on parlait de l'indépendance du Tavini, on disait que c'était pour ramener les français chez eux, alors qu'aujourd'hui, c'est une autre vision. On veut notre indépendance économique, et puis nous ne sommes pas de sauvages, et les étrangers sont toujours les bienvenus chez nous. Nous sommes une population accueillante, mais il faut que ce soit juste, comme pour la protection de l'emploi local, par exemple. C'est une des raisons aussi qui m'a poussée à me présenter. Nous avons tellement de jeunes diplômés qui poursuivent leurs études ailleurs. Ces jeunes ne reviennent pas parce qu'il n'y a pas de postes de libre.
"


Steve Chailloux - 32 ans
Section 2

" Le Tavini Huiraatira est le seul parti qui prône une vision culturelle, identitaire, linguistique"


"Je pense que mon engagement politique fait suite à ce que j'ai fait depuis un certain nombre d'années, c'est-à-dire porter le message de la culture, de l'identité et de la fierté culturelle et surtout linguistique. Aujourd'hui, j'ai tout simplement estimé qu'il fallait transformer cet engagement en engagement politique, parce que les décisions sont prises par le politique. Et donc, si je veux promouvoir la culture et la langue, ce que j'ai toujours fait d'ailleurs et ce que je ferai toujours, cet engagement est aussi politique, en plus d'être culturel. Le Tavini Huiraatira est le seul parti indépendantiste, mais surtout le seul parti qui prône une vision culturelle, identitaire, linguistique et évidemment indépendantiste dans le visage politique polynésien."


Moetai Brotherson
Député – Section 3

"Si je suis élu à l'assemblée, je démissionnerai de mon poste de conseiller municipal de Faa'a"


"Je tiens à préciser que j'avais demandé, quand les réflexions sur cette liste ont démarré, à ne pas être sur la liste. Parce que je suis déjà très occupé en tant que député, j'essaye d'être le meilleur député possible à la mesure de mes moyens. Je n'ai déjà plus beaucoup de temps à consacrer à ma famille et à mon fils de 4 ans, et j'avais du mal à voir comment je pourrais gérer les deux fonctions en même temps. Mais, nous avions eu tellement de messages de personnes qui voulaient absolument que je sois sur la liste, aussi bien en interne au Tavini, mais aussi auprès des jeunes que j'ai rencontré qui m'ont dit qu'ils iront voter si je suis sur la liste. Alors, j'ai envie qu'ils aillent voter, c'est pour cela que j'ai accepté d'être sur la liste. J'avais demandé à ne pas être en position éligible, et là, pareil, nos militants ont dit non, il fallait que je sois en position éligible. Il va falloir maintenant que je m'organise et que je m'entoure de collaborateurs compétents, de manière à pouvoir alléger ma tâche, et il va falloir que je trouve le moyen d'organiser mon temps par rapport à ces deux fonctions, si le peuple nous fait confiance, bien entendu.
Si je suis élu à l'assemblée, je démissionnerai de mon poste de conseiller municipal de Faa'a, à mon grand regret, parce que c'est là qu'on est plus proche de la population et qu'on voit les problèmes du quotidien. Ce qui me réjouit, c'est que si je démissionne, eh bien, ce sera un jeune qui me remplacera.
Beaucoup m'ont dit que si je suis élu c'est bien aussi pour avoir les deux articulations entre l'assemblée et l'assemblée nationale pour qu'il y ait un relais plus efficace qu'aujourd'hui. J'étais prêt à travailler en collaboration avec les élus de l'assemblée et certains ont considéré que ce serait mieux si j'étais élu.
"


Douglas Roi - 56 ans de Huahine
Section Raromatai

"Mon seul objectif est de gagner ces élections"


"J'ai postulé parce que j'ai beaucoup de convictions politiques et mon seul objectif est de gagner ces élections. J'ai fait régulièrement la tournée des Îles-Sous-Le-Vent depuis plus d'un an, ensuite, nous avons préparé les législatives avec Moetai Brotherson. Nous avons fait du porte-à-porte surtout sur Raiatea, à Huahine, j'avais fait le tour. Nous avons fait toutes les îles, et le fait de voir qu'on a la possibilité de changer la donne en Polynésie, je m'étais dit que j'allais me lancer. Au vue des événements qui se passent au fenua, on ne peut plus accepter. Jeudi dernier, il y a eu la manifestation des syndicalistes avec leurs revendications qui n'avaient pas abouti, les premiers temps. Finalement, ils ont eu gain de cause vendredi, et c'est dommage d'arriver à ce point-là. On devait déjà régler ce problème, mais ça n'a pas été le cas. Il faut changer, ce ne sont pas des personnes aptes à gouverner ce pays. Il faut qu'il y ait d'autres personnes qui peuvent réfléchir sur le fond du problème."


Sylvana Tiatoa - 52 ans, 5 enfants
Conseillère municipale de Tumaraa à Raiatea – Section Raromatai

"Je m'étais dit qu'ils n'allaient pas retenir ma candidature"


"J'avais des projets à mettre en place, chez moi, et à chaque fois, il y avait des freins. Je me suis donc présentée à l'élection municipale partielle de Tumaraa, et je suis passée en tant que conseillère municipale. J'ai donc proposée mes projets, et là encore, il y avait des freins. Je me suis dit encore une fois, pourquoi ne pas aller plus haut. Du coup, j'ai présenté ma candidature pour être sur la liste du Tavini.
Je suis infirmière de métier, dans la prévention. Donc, on nous demande de faire de la prévention un peu partout sur toutes les maladies et en même temps de proposer des projets sur les maladies. Pour ne pas que les gens tombent malades, eh bien, il faut peut-être mettre en place des structures de sport ou des ateliers culinaires, voilà quelques projets que j'ai proposé aux Raromatai.
J'ai été surprise d'entendre mon prénom, parce qu'il y a des gens qui ont plus d'expérience que moi. Je m'étais dit qu'ils n'allaient pas retenir ma candidature.
Aujourd'hui, je suis heureuse et si je siège à l'assemblée, eh bien, il y a des lois à revoir, enfin c'est ce que je pense. Il y a du boulot, en tout cas. On prend par exemple, le nouveau code des marchés, c'est difficile de promouvoir la production locale, parce que je suis aussi dans l'agriculture, et ce n'est pas évident si dans notre secteur, nous devons nous adresser aux grossistes en mettant de côté les petits. Il y a des choses à revoir.
"


Pierre Terou - 65 ans, 4 enfants
Section Raromatai

"Je ferai tout pour mon pays"


"On ne peut pas rester comme ça sans rien faire, nous devons penser à nos futures générations. Le gouvernement nous prend pour des demeurés. Je suis dans ce parti politique depuis sa création.
Quand j'ai su que le parti faisait un appel à candidatures, j'étais surpris et étonné, parce que ça faisait longtemps que j'étais dans ce parti politique. Après, on s'est dit qu'on n'avait pas trop le choix et qu'il fallait respecter la décision. Aujourd'hui, je suis sur la liste, eh bien, je ferai tout pour mon pays.
"


Thylda Tau
Tête de liste section Australes

"Je suis surprise d'avoir été choisie"


"J'aimerai faire quelque chose pour nos îles aux Australes. Il y a pas mal de choses que l'on peut changer. Je suis secrétaire au collège et je suis surprise d'avoir été choisie. Je suis de nature timide, donc là, il va falloir tout surmonter et se donner à fond."


Plus de 1 300 personnes ont fait le déplacement, samedi.
Plus de 1 300 personnes ont fait le déplacement, samedi.


Rédigé par Corinne Tehetia le Samedi 10 Mars 2018 à 19:09 | Lu 6002 fois






Dans la même rubrique :
< >

Lundi 30 Avril 2018 - 15:44 Vote par procuration, mode d’emploi

Sports | Territoriales 2018 | Les jeux | Présidentielles 2017 | Va'a 2017 | Parau Ha'uti | La tribune politique | La video de la semaine | OPEN | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Entrepreneurs du fenua | Mieux comprendre | SportLive | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Hawai Nui va'a 2016 | Observatoire des Prix | Tiki | Legislatives 2017 | Les Portraits | MISS TAHITI | Heiva i Tahiti