Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Tensions entre Canberra et Port-Moresby à l’approche des législatives papoues



Bob Carr
Bob Carr
CANBERRA, jeudi 15 mars 2012 (Flash d’Océanie) – Les relations se sont tendues depuis le début de la semaine entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Australie, et semblent se cristalliser autour de la tenue des prochaines législatives, annoncées pour juin 2012 dans ce pays mélanésien en proie, depuis le dernier trimestre 2011, à une âpre lutte pour le pouvoir au sommet de l’exécutif.
Bob Carr, qui a officiellement pris ses fonctions cette semaine entant que ministre australien des affaires étrangères, a notamment déclaré, au sujet de ce scrutin (et des doutes concernant sa tenue dans les délais) qu’en cas de retard, l’Australie n’aurait d’autre recours que d’imposer des sanctions vis-à-vis de son plus proche voisin et ancienne dépendance.
Interrogé par la chaîne de télévision privée australienne Sky News, M. Carr a notamment insisté cette semaine sur le fait qu’il considérait comme « absolument vital » que ces élections aient lieu dans les temps en Papouasie-Nouvelle-Guinée, afin de ne pas rompre la périodicité quinquennale de ce scrutin.

« Et le Premier ministre (Peter O’Neill doit prendre des engagements sans équivoque en vue de ces élections (…) Faute de quoi, nous serions en présence d’un modèle choquant de mauvaise gouvernance, là, au beau milieu du Pacifique (…) Dans ce cas, nous n’aurions d’autre alternative que d’envisager des sanctions (…) et d’organiser le monde en vue de condamner et d’isoler la Papouasie-Nouvelle-Guinée », a-t-il ajouté sans ambages.
Ces déclarations ont rapidement provoqué des réactions, à la fois au plan intérieur australien et de celui, diplomatique, du représentant en Australie de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
« L’une de ses priorités aurait dû être de réparer nos relations avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée (…) Mais sa décision d’agiter la menace de sanctions va maintenant créer plus de tensions », a déclaré Mme Julie Bishop, porte parole de l’opposition conservatrice australienne pour les questions de politique étrangère, qui parle de posture « exagérée » de la part du travailliste Bob Carr, ancien chef de l’exécutif de l’État australien de la Nouvelle-Galles-du-Sud.
« Il démarre mal en tant que ministre des affaires étrangères de l’Australie, en mettant en danger l’une des relations les plus importantes de notre région », a-t-elle lancé.
Les déclarations du nouveau chef de la diplomatie australienne interviennent quelques jours après un déplacement du Secrétaire d’État chargé des affaires du Pacifique, Richard Marles, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il estimait avoir reçu des « assurances » des autorités locales quant à la tenue de ce scrutin dans les temps.
Mercredi, par ailleurs, M. Carr avait rencontré son homologue américain, la Secrétaire d’État Hillary Clinton, pour des entretiens qui ont notamment porté sur le Pacifique, sur fond de réengagement de Washington, y compris avec le gouvernement post-putsch de Fidji, en contraste avec la posture australienne de sanctions.
Évoquant le dossier papou et les assurances concernant la tenue d’élections en temps et en heure, M. Carr a cru percevoir chez Mme Clinton une « satisfaction prudente ».
Charles Lepani, le représentant papou qui dirie la mission diplomatique de son pays à Canberra, exprimait lui aussi jeudi sa « surprise » et sa « déception » après les déclarations « spéculatives » et « épidermiques » de M. Carr.
« Il y a eu des contacts tout au long de la semaine dernière entre nos deux gouvernements et des assurance sont été données que les élections auraient bien lieu (…) Nous avons donc été surpris qu’un de nos amis, dans une première déclaration publique, un premier contact, s’exprime d’une manière qui peut être interprétée comme inamicale », a poursuivi le diplomate papou, qui veut pourtant croire en un écart de langage attribuable à la « personnalité » de M. Carr.
Jeudi, le gouvernement australien via deux de ses membres, le Secrétaire d’État au Pacifique Richard Marles, et le Secrétaire d’État à la défense, le Sénateur David Feeney, publiaient ensemble un communiqué dans lequel ils saluaient « l’amitié » et le « partenariat » entre les deux pays et « l’engagement de l’Australie envers le peuple papou », reprenant ainsi les lignes fortes exprimées lors de leur déplacement en Papouasie-Nouvelle-Guinée la semaine précédente.
Ils ont notamment participé aux manifestations associées à la « Semaine de l’Australie » dans ce pays.
« La force des relations entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Australie est démontrée par la coopération entre nos nations dans des domaines importants comme la défense, les questions économiques, l’éducation, la santé et l’environnement », soulignent les deux Secrétaires d’État.
« Je salue l’engagement du Premier ministre en vue de tenir des élections dans les temps. L’Australie est fière de jouer un rôle de soutien pour faire en sorte que ces élections maintiennent la robuste tradition démocratique de la Papouasie-Nouvelle-Guinée », a surenchéri M. Marles.

pad

Rédigé par PAD le Jeudi 15 Mars 2012 à 05:24 | Lu 348 fois





Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net