Tahiti Infos

Teiva Manutahi réagit à propose de la nouvelle composition A Ti’a Porinetia


Sous la forme du communiqué de Presse, Teiva Manutahi réagit quand à la constitution de A ti'a Porinetia.

Teva Rohfritsch, Gaston Tong Sang, Bruno Sandras, Aremelle Merceron, Béatrice Vernaudon, Rony Tumahai and Co viennent d’inventer une nouvelle forme de délinquance : « l’escroquerie politique »

Même une analyse complaisante ne peut déboucher que cette unique observation. Ati’a Porinetia est composée de politiques prétendant incarner l’espoir et le renouveau alors même que chacun d’entre eux est complice de la catastrophe économique et sociale dans laquelle sont plongés les polynésiens.

Passons en revue la « virginité politique » que ces messieurs- dames prétendent avoir retrouvé pour se présenter encore et toujours devant les électeurs.

A Ti’a Porinetia promet un “nouveau mode de gouvernance » ; un mensonge politique fondateur vient d’être prononcé. Pour la nouvelle gouvernance et le changement, constatons ensemble qu’il va falloir chercher ailleurs.

-« Noblesse » oblige, commençons par le leader.
Rohfritsch nous est présenté comme un recours péniblement emballé dans un paquet de compétence.
L’expérience de Teva Rohfritsch est effectivement « impressionnante ». Ce monsieur a fait partie de tous les gouvernements qui ont maintenus notre pays dans la faillite et le chômage, tous.
Rohfritch s’est compromis avec Flosse, Tong Sang et enfin Temaru.
La plus grande girouette de Polynésie se posant en gage de stabilité, si ce n’était pas si grave cela nous ferais probablement mourir de rire.
Ce genre de personne ne change pas. En politique on a le droit de se tromper une fois. Trois fois, c’est ne n’est plus se tromper, c’est trahir !

Son bilan de Ministre est objectivement catastrophique. Malheureusement pour la Polynésie ce monsieur a fait des dégâts quasiment irréversibles et ce dans des domaines hautement stratégiques: le développement des énergies renouvelables est son échec personnel. C’est à lui que nous devons d’être dans ce domaine, le plus mauvais élève de l’Outre Mer Français.
La perliculture ne cesse de s’effondrer, des centaines de fermes perlières ont fermé.
Son ouverture à la concurrence dans les télécommunications a conduit aux renforcements des monopoles etc .


Par charité chrétienne nous en restons là, alors qu’il y en a encore beaucoup à dire et de nombreux exemples à donner, notamment sur sa gestion de la défiscalisation locale….

-Gaston Tong Sang, Monsieur ce «’n’est pas ma faute » .Le Maire de Borabora, ancien fidèle exécutant de Gaston Flosse n’a pas hésité à « tuer le père » pour mieux enterrer la gestion du pays dans le gouffre de l’indécision, de la division et de l’immobilisme.
GTS s’est allié et rallié avec Flosse puis avec Oscar. Il a mangé dans toutes les gamelles politiques tout en faisant preuve d’une totale incapacité à retenir ses troupes qui l’ont presque totalement abandonné.
GTS est un des trois présidents responsables du désastre, lui confier de nouvelles responsabilités est irresponsable.

-Bruno Sandras : le maire désavoué par la population de sa commune, le député le plus absent de France, le Député UMP qui a appelé à soutenir l’UPLD, le Ministre de Flosse totalement inactif, le syndicaliste du syndicat qui mis le feu à l’aéroport et organiser diverses émeutes etc. Uns des principaux acteurs du scandale dit des emplois fictifs.

Mettons dans le même sac. Les sœurs Merceron - Vernaudon et Teiki Porlier.
A l’assemblée « la bande familiale des trois » a été et est encore de touts les mauvais coups portés au visage de la stabilité politique.
Les deux sœurs et le neveu souhaitent continuer à jouer dans le film dans lequel népotisme et conflit d’intérêt familial constituent l’essentiel du scénario.
Ils ont été engraissés pendant trop longtemps au sein orange qu’ils ont trahi un temps pour le To Tatau Ai'a, un temps pour les indépendantistes.
Ils sont à l’origine de la désintégration du Tota tau ai'a.
C’est d’une balle dans le dos qu’ils viennent de porter le coup de grâce à un Jean Christophe Bouissou pourtant déjà moribond.
La charité chrétienne ne fait pas ici pour ménage avec la charité politique.

-Pourquoi épargner Philpp Schyle ? Qu’a-t-il fait de l’héritage Fetia Api légué par Boris Léontieff sinon de le dilapider au point de ne plus représenter personne à part lui-même ?
Ce n’est pas l’indigence de son score aux législatives qui nous donnera tord…

-Viennent ensuite un douanier convalescent, un maire marquisien totalement isolé et un Christophe Plé, ancien looser des élections à la chambre de commerce et Co-artisan des dérives et autres déficits de la Caisse de Prévoyance Sociale.

-Nicole BOUTEAU aurait méritée d’être à la place de Rohfritsch, elle doit être au plus mal pour se compromettre au sein du Ati’a Porinetia.

Les autres complices de « l’escroquerie politique » sont inexistants. Ils ont été élus par accident sur les listes du défunt Tota tau A ‘ia
Ils se sont assis sur la fidélité politique qu’ils devaient à GTS. Leur démarche ainsi que celle de leur entourage est purement alimentaire.
Leurs résultats et comportement à l’occasion des élections législatives sont à la mesure des personnages à savoir : insignifiants.

L’avenir de A ti’a Porinétia est probablement « râpé » d’avance (autant que le bilan de ses membres).
Peut-on faire du neuf avec cette formidable addition de trahisons, avec autant d’échecs gouvernementaux, avec autant de personnes dont le poids électorale doit bien faire rire le couple Temaru/ Flosse ?
A Porinetia Ora, nous aurions aussi envie de rire, si en sus des « qualités et responsabilités respectives » de ces messieurs dames, la plupart d’entre eux ne se préparaient à de très désagréables rendez vous judiciaires…

A vouloir conduire une famille politique dont les membres se sont allégrement cocufiés, Rofritsch va se casser les dents.
Le triste équipage va tenter de recoller les morceaux autour d’un leader au triste bilan.
L’engagement solennel de démission en cas de rupture lors du prochain mandat, signé par des personnes qui n’ont eu de cesse que de trahir et s’entre déchirer est une bien mauvaise farce.
Rabibocher dans la précipitation un couple adultère est impossible. Quand ce couple compte plusieurs dizaines de membres infidèles, ce n’est pas seulement impossible c’est également irresponsable.

Pour Porinetia Ora

Teiva Manutahi










Rédigé par Teiva Manutahi le Lundi 4 Février 2013 à 06:20 | Lu 1044 fois