Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Tabac et alcool: un rapport réclame plus de fermeté sur les "drogues licites"



Tabac et alcool: un rapport réclame plus de fermeté sur les "drogues licites"
PARIS, 7 juin 2013 (AFP) - Se montrer beaucoup plus ferme dans la lutte contre les abus et dégâts entraînés par les deux principales "drogues licites", tabac et alcool: c'est ce que préconise un rapport commandé par le gouvernement pour trouver des stratégies efficaces contre les addictions.

Ce rapport remis vendredi à la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) par le spécialiste des addictions, le Pr Michel Reynaud (hôpital Paul-Brousse) propose une "politique de réduction pragmatique des dommages" liés aux drogues.

Il n'est pas question de vouloir éradiquer les drogues, explique le Pr Reynaud. "Les consommations de produits psychoactifs et les pratiques liées à des recherches de satisfactions immédiates sont inhérentes à la condition humaine", estime-t-il, et il serait "illusoire de vouloir les faire disparaître".

Mais le psychiatre-addictologue, chargé de faire la synthèse de ce travail collectif sur "les dommages liées aux addictions", propose de viser de manière pragmatique "les abus et les dommages entraînés par ces pratiques".

Il propose en particulier une "législation comparable pour les délits liés à la consommation de drogues licites ou illicites", par exemple dans les accidents de la route ou encore dans des actes de violence.

Il s'agit toujours de "marquer l'interdit des drogues illicites" mais il convient de "rapprocher au maximum les actions pour pénaliser la consommation" qu'il s'agisse de drogues illicites, d'alcool ou de tabac.

"A ce stade, l'ancienne division licite/illicite est une prime donnée à l'alcool ! La pénalisation du cannabis cache la sous-évaluation des dommages de l'alcool chez les jeunes", souligne-t-il dans la synthèse, notant la montée du phénomène de "binge drinking", à savoir l'absorption massive et rapide d'alcool par des jeunes lors de fêtes, confirmée mercredi par le dernier baromètre "santé des jeunes" de l'Inpes.

Alourdir la fiscalité pour alcool et tabac

"L'augmentation des alcoolisations aigües chez les jeunes, la stabilisation à un haut niveau de l'usage du cannabis (...) devraient amener notre société à regarder les choses autrement" observe-t-il.

L'expert se déclare favorable au relèvement de la fiscalité en particulier pour l'alcool avec une taxation en fonction du nombre de degrés d'alcool contenus dans une boisson, alors que le prix du tabac est lui régulièrement relevé, avec par exemple une hausse prévue de 5% des taxes en juillet.

Selon le rapport, l'alcool et le tabac coûtent trois fois plus à la société qu'ils ne rapportent en taxes. "Les autorités publiques seraient donc amplement légitimes à remonter massivement les taxes sur des deux types de produits. Le produit de ces taxes devrait être affecté à la prévention, aux soins et à la recherche", juge le Pr Reynaud.

Il propose en outre de mieux contrôler et encadrer le marketing sur ces produits, en interdisant en particulier toute publicité pour l'alcool sur internet, aujourd'hui autorisée malgré la loi Evin de 1991 qui avait sévèrement restreint le marketing de l'alcool.

"Les stratégies marketing des industriels du tabac et de l'alcool sont extrêmement puissantes, parfaitement ciblées et redoutablement efficaces. On leur doit en particulier l'augmentation des consommations chez les jeunes et les fumeurs", explique l'addictologue.

Il propose aussi une politique de prévention ultra-ciblée en direction des jeunes qui doivent être la "cible prioritaire", du public féminin, en particulier les femmes enceintes et isolées, en aussi envers les populations précaires.

Le Pr Reynaud propose enfin de lancer des Etats généraux des addictions aboutissant à l'élaboration d'une loi d'orientation et appelle le président François Hollande à faire de cette lutte une priorité.

Ce rapport est l'un des éléments qui doit aider la Mildt à bâtir son plan de lutte contre les addictions sur cinq ans, qui devrait être finalisé vers la mi-juillet.

Rédigé par Par Olivier THIBAULT le Vendredi 7 Juin 2013 à 05:54 | Lu 283 fois






1.Posté par Tehei le 07/06/2013 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et ils ouvrent des salles de "shoots " , comprends plus ??????

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies


















ranktrackr.net