Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Stériliser les moustiques : un sujet de thèse pour le premier entomologiste polynésien



Limb  K. Hapairai, jeune docteur en entomologie. Après sa thèse effectuée à l'Institut Louis Malardé de Tahiti durant ces trois dernières années, il va rejoindre l'Australie pour un cursus de post doctorant pour deux ans.
Limb K. Hapairai, jeune docteur en entomologie. Après sa thèse effectuée à l'Institut Louis Malardé de Tahiti durant ces trois dernières années, il va rejoindre l'Australie pour un cursus de post doctorant pour deux ans.
PAPEETE, vendredi 15 novembre 2013. L’idée de la stérilisation des moustiques pour diminuer notablement ces populations d’insectes nuisibles n’est pas nouvelle. Les chercheurs ont d’abord pensé à stériliser les moustiques mâles par irradiation, comme cela se pratique depuis une quarantaine d’années sur d’autres insectes, la mouche des fruits par exemple, avec des résultats spectaculaires. Mais ce type de stérilisation marche moins bien pour le moustique que pour d’autres insectes. Aussi il a fallu chercher ailleurs.

Depuis 2011, une technique plus novatrice a donc fait l’objet de recherches particulières : il s’agit cette fois de moustiques mâles rendus stériles par une bactérie. Ces mâles moustiques génétiquement modifiés sont ensuite relâchés dans la nature ils s’accouplent avec les femelles, mais sont incapables d’assurer une descendance car ils sont porteurs de gènes qui les empêchent d’atteindre la maturité sexuelle. En quelques semaines à peine cela provoque un effondrement perceptible des moustiques adultes des générations suivantes.

C’est avec ce postulat de base et des expériences déjà très concluantes menées dans le monde sur la stérilisation par modification génétique de l’Aedes Aegypti, qu’un jeune chercheur polynésien s’est lancé en 2009 sur un sujet de thèse de doctorat. En ligne de mire de Limb K. Hapairai, le moustique Aedes Polynesiensis qui ne vit que dans le Pacifique sud. Ce moustique est le vecteur principal de la filariose lymphatique et le vecteur secondaire de la dengue, du chikungunya et du zika. Installé depuis trois ans au sein de l’unité d’entomologie de l’Institut Louis Malardé à Tahiti, Limb Hapairai aujourd’hui docteur ayant soutenu sa thèse d’entomologie, est allé au bout de son travail.

Après avoir réussi à trouver la bactérie qui pouvait rendre stérile les mâles d’Aedes Polynesiensis, la prouesse a été d’être capable de produire des insectes en quantité suffisante pour parvenir à mener sur le terrain une étude pilote. Finalement celle-ci a pu être réalisée en 2012 à Tetiaroa avec une équipe de quatre personnes seulement. «Nous avons déterminé qu’il fallait au moins disposer de 6 000 mâles par semaine. Il a fallu contrôler la qualité de ces mâles et vérifier qu’ils s’accouplaient sans souci avec les femelles sauvages» explique Limb Hapairai.

Première source de satisfaction : les mâles modifiés élevés en laboratoire par le jeune chercheur de l’Institut Malardé s’accouplent effectivement avec les moustiques femelles : ils sont même plus résistants que leurs compagnons sauvages. Au bout de 14 semaines à peine, la fertilité des moustiques femelles du petit motu Onetahi de Tetiaroa avait déjà réduit d’un quart. L’important pour le docteur Limb Hapairai est que «la faisabilité de l’opération a été démontrée : les mâles modifiés d’Aedes Polynesiensis s’accouplent bien aux femelles sauvages qui se retrouvent effectivement infertiles».

Bien sûr cette première étape, même si elle est pionnière en Polynésie ouvre encore davantage de questions parmi lesquelles quand est-ce que cette opération pourra réellement être effectuée à l’échelle d’une ville, puis de Tahiti ? «Nous essaierons d’y répondre le plus rapidement possible» répondait avec humour le docteur Limb Haparai. Les mêmes recherches de stérilisation du moustique, sur l’Aedes Aegypti cette fois, sont déjà testées au Brésil notamment à l’échelle d’une ville avec des résultats impressionnants. «En quelques mois cette technique a permis la réduction de 96% de la nuisance des moustiques en zone urbaine» détaillait Hervé Bossin, de l’unité d’entomologie médicale de l’Institut Louis Malardé.

Au cours de l’année prochaine, l’expérience pilote devrait connaître une seconde étape à Tetiaroa, avec le lâcher de 40 à 80 000 moustiques stériles (entre 5 à 10 fois plus que les estimations des moustiques sauvages). «Nous serons prêts dès l’an prochain pour cette production de masse» indiquait Hervé Bossin. Ce sera alors l’occasion de vérifier à quelle vitesse est obtenu l’effondrement de la population de moustiques sur cet atoll, ce qui offrira un confort de vie incomparable aux touristes du luxueux complexe hôtelier The Brando. D’ailleurs, si le groupe hôtelier Beachcomber a participé activement au financement de cette thèse ce n’est pas par hasard.

Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 15 Novembre 2013 à 16:29 | Lu 2554 fois







1.Posté par alain le 15/11/2013 17:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ou la polynesie se croit au niveau scientifique, technologique et organisationnel du Bresil et de l Australie.
un beau publi reportage pour l ilm

2.Posté par ORTEGA Marie le 16/11/2013 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai lu en première page journal et sur votre site que vous annonciez M. HAPAIRAI en tant que premier entomologiste polynésien - je voudrais rectifier en vous signalant que M. PUTOA Rudolph polynésien est également entomologiste depuis de nombreuses années au service de l'agriculture !!! la différence est que ce monsieur que je respecte beaucoup a continué ses études pour un doctorat - je ne veux pas que mon nom ou e-mail apparaisse sur le site veuillez respecter ma demande Merci

3.Posté par Doug le 16/11/2013 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

félicitations à ce jeune polynésien dont les travaux auront tôt ou tard une répercussion positive dans le bien-être quotidien des personnes.

4.Posté par Tehei le 16/11/2013 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ou port du préservatif , qui serait techniquement moins compliqué §

5.Posté par jeanpierre. le 16/11/2013 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo à ce jeune chercheur plein d'avenir, ces recherches et les résultats sont magnifiques. (Et un peu d'humour;) Maintenant, si il pouvait aussi chercher comment stériliser les islamistes, parce que pour le moment à part la kalachnikov on n'a pas trouvé et ça fait des tâches.

6.Posté par MR TARTONPION le 18/11/2013 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'idée est excellente !
Par contre, ce qui est difficile à prévoir, c'est une mutation du moustique en réponse à cette modification génétique.

7.Posté par Tehei le 18/11/2013 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et si on lancer le mariage pour tous , au niveau des moustiques , la " gayprid'stique ",ce serait aussi un moyen de diminuer l'espèce §

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 11:47 Un mois de travaux routiers à Arue

Vendredi 25 Septembre 2020 - 11:18 ​La nation rend hommage aux Harkis

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus