Tahiti Infos

Sport: une étude établit un lien entre les chocs à la tête et les lésions cérébrales


Frederic J. BROWN / AFP
Frederic J. BROWN / AFP
Los Angeles, Etats-Unis | AFP | mardi 26/07/2022 - Des recherches menées par une équipe d'experts internationaux ont révélé que les personnes pratiquant des sports de contact comme le football américain, le rugby et le football courent un risque considérablement élevé de développer des maladies cérébrales dégénératives, selon un communiqué publié mardi.

La Concussion Legacy Foundation a déclaré qu'une étude d'experts d'universités des États-Unis, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, du Brésil et de Grande-Bretagne avait trouvé des preuves "concluantes" que les chocs répétés à la tête provoquaient l'encéphalopathie traumatique chronique (ETC).

Les chercheurs ont indiqué que les banques de cerveaux du ministère américain de la Défense, de l'université de Boston, du ministère américain des Anciens combattants et de la clinique Mayo avaient toutes publié des études montrant que les athlètes pratiquant des sports de contact étaient 68 fois plus susceptibles de développer une ETC que les autres.

"Cette analyse innovante nous donne la plus grande confiance scientifique dans le fait que les impacts répétés sur la tête provoquent l'ETC, a déclaré Chris Nowinski, directeur général de la Concussion Legacy Foundation et principal auteur de l'étude.

La Concussion Legacy Foundation souhaite que davantage d'organismes sportifs mondiaux reconnaissent le lien de causalité entre les impacts à la tête et l'ETC.

Si les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et la National Football League (NFL) ont déjà reconnu ce lien, des organisations telles que la FIFA, World Rugby et le CIO ne l'ont pas fait, souligne la Fondation.

"Il est temps d'inclure les traumatismes crâniens répétitifs et l'ETC parmi les efforts de protection de l'enfance comme l'exposition au plomb, au mercure, au tabagisme et aux coups de soleil", a estimé Adam Finkel, professeur de sciences de la santé environnementale à l'université du Michigan.

Ces recherches interviennent alors que de plus en plus de sports prennent des mesures pour limiter les contacts avec la tête.

La semaine dernière, la fédération anglaise de football a été autorisée à tester le retrait de la tête dans les compétitions et les championnats de bas niveau. Des règles similaires sont en vigueur aux États-Unis depuis 2015 dans le football de jeunes.

Au rugby, l'Anglais Steve Thompson, vainqueur de la Coupe du monde en Angleterre, et Alix Popham, ancienne internationale galloise, ont entamé une action en justice contre World Rugby, la Rugby Football Union et la Welsh Rugby Union pour ne pas les avoir protégés des risques de commotion cérébrale.

le Mercredi 27 Juillet 2022 à 06:31 | Lu 212 fois