Tahiti Infos

Séisme en Indonésie: la pluie et des répliques entravent les recherches


Crédit ADITYA AJI / AFP
Crédit ADITYA AJI / AFP
Cianjur, Indonésie | AFP | mercredi 23/11/2022 - Les victimes du séisme qui a fait au moins 271 morts en Indonésie réclamaient de l'aide mercredi aux services de secours dont les efforts pour retrouver des survivants étaient ralentis par de fortes pluies et de nouvelles répliques. 

Les autorités ont averti que les décombres devaient être dégagés en urgence autour de la ville de Cianjur, la plus touchée par le tremblement de terre, pour prévenir des crues soudaines ou des coulées de boue qui risquent d'être déclenchées par les fortes pluies prévues ces prochains jours.

Une secousse de magnitude 5,6 a frappé lundi la province de Java occidentale, la plus peuplée de l'archipel d'Asie du Sud-Est. 

Le dernier bilan, annoncé mercredi soir par Suraryanto, le chef du service de gestion des catastrophes est de 271 morts, 40 disparus et plus de 2.000 blessés.

Plus d'un tiers des victimes sont des enfants, du fait de l'effondrement de plusieurs écoles, a précisé le responsable qui comme de nombreux Indonésiens ne porte qu'un seul nom, sans donner de chiffre précis.

De fortes pluies et de nouvelles répliques du séisme ont ralenti  mercredi les opérations de recherche de survivants dans une dizaine de villages où plus de 20.000 maisons ont été détruites. Les autorités ont enregistré 171 répliques au total depuis le séisme.

Deux villages, parmi les plus éloignés, restent encore isolés, a expliqué Henri Alfiandi, chef du service des secours dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

"Les gens là bas ne peuvent même pas appeler à l'aide", dit-il notant que trois hélicoptères ont été envoyés pour apporter de l'aide.

Des villageois restent pris au piège, sans eau ni électricité, et certains doivent dormir à côté de leurs morts, rapporte-t-il.

Un autre hameau dans le district de Cugenang, a été enseveli par un glissement de terrain, a indiqué à l'AFP Muhammad Wachyudin, responsable local de l'agence de gestion des catastrophes, tandis que les sauveteurs craignent qu'il y ait des victimes dans la localité de Kampung Pos qu'ils n'ont pas encore pu atteindre.

Le pape François a exprimé sa solidarité avec les victimes indonésiennes à la fin de son audience générale place Saint-Pierre mercredi et dit "prier pour les morts et les blessés".

Tout manque 

Dans les villages plus proches de Cianjur, des habitants cherchent à récupérer parmi les ruines des photos de famille, des livres religieux et des certificats de mariage deux jours après la catastrophe qui a détruit leur maison.

"On a eu de l'aide alimentaire, mais ce n'est pas suffisant. Nous avons du riz, des nouilles instantanées, de l'eau minérale, mais pas assez", explique à l'AFP Mustafa, 23 ans, un habitant du village de Gasol. 

Il fouille les décombres de la maison de sa voisine âgée, à sa demande. Revenant avec une pile de vêtements, il repart pour récupérer du riz, un réchaud à gaz et des poêles. 

"Nous n'avons pas de vêtements et nous ne nous sommes pas changés depuis des jours", confie-t-il.

"Nous avons besoin d'aide" réclament des panneaux placés devant des maisons endommagées et des tentes dans le village de Talaga. 

Plus de 61.000 personnes ont été déplacées par le séisme, selon les autorités.

Le gouvernement a déployé plusieurs milliers de militaires et policiers et apporte de l'aide alimentaire et des tentes mais les besoins sont immenses.

Sur place, tout manque, explique Yunisa Yuliani, une habitante de 31 ans.

"Mon enfant a de la fièvre et ne peut pas manger. Il y a beaucoup de personnes âgées ici et d'enfants. Les enfants ont besoin de lait, de couches, de nourriture et de médicaments", énumère-t-elle. 

Les habitants de Cianjur ont commencé à enterrer leurs proches selon les rites islamiques après avoir été autorisés à récupérer les dépouilles dans les morgues.

Risque de glissement de terrain

Les autorités ont averti du risque de nouvelle catastrophe naturelle. Pendant la saison des pluies, qui a commencé et culminera en décembre, l'archipel est sujet aux glissements de terrains et aux crues subites. 

Or, les services météo annoncent des orages, potentiellement dangereux après un tremblement de terre.

Située sur la "ceinture de feu" du Pacifique où les plaques tectoniques se rencontrent, l'Indonésie est régulièrement confrontée à des tremblements de terre ou des éruptions volcaniques.

Ce séisme est le plus meurtrier en Indonésie depuis 2018, quand la région de Palu (île de Célèbes) avait été frappée par un tremblement de terre et un tsunami qui avait causé la mort de plus de 4.000 personnes.

le Mercredi 23 Novembre 2022 à 04:01 | Lu 305 fois