Tahiti Infos

Sécurité à Aorai Tini Hau : DB Tahiti répond


Sécurité à Aorai Tini Hau : DB Tahiti répond
PAPEETE, le 29 décembre 2014. La mairie de Pirae a programmé le 12 février prochain un conseil municipal pour évoquer "le sort définitif" de la salle Aorai Tini Hau. D'ici là, "aucune manifestation ne sera plus autorisée", assure la mairie. La société DB Tahiti, qui organise des événements sur le site, se veut rassurante. "La salle est vieillissante, certes, mais à chacun des évènements toute la sécurité pour le public est strictement mise en place et surveillée et gérée par le chargé de sécurité mandaté", souligne Marie Bravi, directrice de DB Tahiti.


"La salle Aorai Tini Hau, bien communal, a continué d’être exploitée en ne bénéficiant plus, depuis août 2013, d’un avis entièrement favorable d’exploitation de la part de la commission de sécurité"
, a réagi vendredi la mairie de Pirae dans un communiqué après l'article de Radio 1, qui précisait que la salle Aorai Tini Hau"n'était plus en conformité depuis 2013". "Cet état de fait, laissé sans solution de fond sous la gestion passée de Madame Béatrice Vernaudon, a néanmoins emporté, à la charge même de l’exploitant, des prescriptions additionnelles de sécurité et des restrictions d’usage d’une partie du site, faisant reculer l’existence de risques majeurs imminents qui auraient pu justifier la fermeture anticipée des installations en cause."

La mairie expliquait alors qu'il "n’en demeure pas moins que le maire de Pirae, très préoccupé par cette situation, a déjà eu à évoquer devant le conseil municipal le fait que le maintien de l’exploitation de cet équipement au-delà du 31 décembre 2014, date normale d’échéance de la convention d’amodiation en cours, resterait assujetti avant tout à l’existence de conditions optimales de sécurité de long terme. A défaut, il sera procédé à la fermeture et à la démolition de l’ouvrage. "

Le conseil municipal programmé le 12 février prochain doit évoquer "le sort définitif de ce dossier". D'ici là, "aucune manifestation ne sera plus autorisée", assure la mairie.

La société DB Tahiti, qui organise divers événements au salon Aorai Tini Hau, se veut quant à elle rassurante sur la sécurité du lieu. "La salle Aorai Tini Hau a un avis favorable depuis octobre 2013 pour une validité de deux ans", assure Marie Bravi, directrice de la société." Jamais nous ne prendrons le moindre risque au niveau de la sécurité. Si toute la sécurité demandée n'était pas mise en place pendant nos évènements, le chargé de sécurité n'autoriserait pas l'ouverture de l'événement." "La salle est vieillissante, certes, mais à chacun des évènements toute la sécurité pour le public est strictement mise en place et surveillée et gérée par le chargé de sécurité mandaté", insiste-t-elle.

Interview de Marie Bravi, directrice de DB Tahiti, qui organise des événements salle Aorai Tini Hau

La mairie indique que depuis « août 2013 » la salle ne bénéficie plus d'un "avis entièrement favorable d'exploitation". Êtes-vous en désaccord avec cette affirmation de la mairie ?

C'est faux ! Nous avons un avis favorable valable deux ans, à partir d'octobre 2013, suite au passage de la commission de sécurité à cette même date.

La mairie précise que ce n'est pas un "avis entièrement favorable", cela sous-entend qu'il y a peut-être une partie qui n'est pas exploitable ? Laquelle ?


La salle Aorai Tini Hau a un avis favorable depuis octobre 2013 pour une validité de deux ans.

En effet, en août 2013, comme tous les deux ans, nous avons fait venir la commission de sécurité pour la conformité de la salle.

La salle a eu dans un premier temps un avis défavorable, comme quasiment à chacun des passages de la commission de sécurité, et tant mieux d'ailleurs, car leur œil d'expert nous permet de nous mettre à jour de la législation en vigueur.

Le terme « avis défavorable » fait peur mais il faut le désacraliser... Vous savez que tous les ans, la Foire de Paris ouvre malgré un avis défavorable, sur un site entièrement fermé qui accueille 800 000 personnes !

Tous les ans, pour ne pas dire tous les mois, les textes et les réglementations en matière de sécurité changent, évoluent... Ce qui était aux normes une année, ne l'est plus forcement l'année d'après.
Pour vous donner un exemple : depuis 2005, on nous a fait changer trois fois la porte de la centrale d'alarme. Et cela a été pourtant une raison d'avis défavorable de la salle.

Par ailleurs, il faut savoir qu'il n'existe pas de textes règlementaires adaptés à ce type de « salle ». La salle Aorai Tini Hau est soumise aux mêmes conditions qu'une salle entièrement fermée, alors que cette salle est entièrement ouverte. Mais nous sommes malgré tout obligés de nous y soumettre.

Il suffit d'être réactif et surtout de faire tous les travaux demandés par la commission, ce que nous avons fait.

Pour revenir au cas de la salle Aorai Tini Hau, en 2013, lors du passage de la commission de sécurité, il y a eu des réserves à lever, notamment au niveau du système d'alarme.

Nous avons donc dans la foulée engagé les travaux à effectuer, puis nous avons fait confirmer ses travaux par Socotec, avec qui nous avons un contrat annuel pour toutes nos vérifications (électriques, moyens incendie...) avant de refaire passer la commission, qui a alors émis un avis favorable valable deux ans, à partir d'octobre 2013.

Il s'agit d'un avis favorable, sur lequel ils préconisent de fermer une zone côté mer, d'environ une cinquantaine de m2 qui n'empêche en rien l'exploitation de la salle, et de pouvoir réaliser des événements (salons, foires, bals, etc).

Un dossier de sécurité est également déposé à la mairie de Pirae et au service de l'urbanisme avant chacun des évènements réalisés à la salle Aorai Tini Hau pour validation et autorisation.

Nous avons en outre et ce comme depuis toujours à chacun de nos évènements une équipe de sécurité qui est sur site pour assurer la sécurité du lieu et du public.
Le chargé de sécurité mandaté pour la salle est un ancien chef du service de l'urbanisme, et ancien colonel, donc autant vous dire qu'il ne joue pas avec la sécurité au sein de la salle.

La salle est vieillissante, certes, mais à chacun des évènements toute la sécurité pour le public est strictement mise en place et surveillée et gérée par le chargé de sécurité mandaté.

Assurez-vous qu'il n'y a aucun risque au niveau de la sécurité pour les évènements qui se déroulent à la salle Aorai Tini Hau ?

Bien sûr que nous le confirmons. (...) Jamais nous ne prendrons le moindre risque au niveau de la sécurité. Si toute la sécurité demandée n'était pas mise en place pendant nos évènements, le chargé de sécurité n'autoriserait pas l'ouverture de l'événement.
Avant chaque événement, différents organismes de contrôle viennent vérifier l'électricité, les stands, les chapiteaux..., et tous leurs comptes rendus sont insérés dans le dossier de sécurité de l'événement. Si une quelconque malfaçon était constatée, nous nous devons de la rectifier immédiatement, sans quoi notre chargé de sécurité n'autoriserait pas l'ouverture de l'événement.

Nous avons déjà rencontré plusieurs fois le tavana de Pirae, et discuté de l'après-salle Aorai Tini Hau. Nous sommes les premiers à dire que cette salle vit ses dernières années et nous préparons le futur.

Nous sommes propriétaires de 3 000m2 de chapiteaux et 400 stands, nous pouvons faire nos évènements n'importe où.

La mairie évoque le 31 décembre 2014, date normale d'échéance de la convention d'amodiation en cours. La convention sera-t-elle renouvelée ?


Oui, la convention est arrivée à échéance, et nous avons demandé de pouvoir l'utiliser pour une dernière année, le temps de préparer et de mettre en place « l'après salle Aorai Tini Hau ».
Vous savez, nos événements drainent plus de 300 000 personnes par an. Ils peuvent être considérés comme un véritable vecteur économique, tant ils comptent dans l'économie du territoire. 2015 sera donc l'année de transition pour assurer une continuité et ne pas mettre à mal ce vecteur économique.

La mairie précise que le conseil municipal programmé le 12 février 2015 évoquera le « sort définitif de ce dossier ». Dans l'intervalle, aucune manifestation ne sera plus autorisée. Cela veut-il dire que la salle ne remplit pas toutes les exigences au niveau de la sécurité ?

En fait, il n'est normalement prévu aucun événement en début d'année à la salle avant notre salon de l'habitat fin mars. C'est pour cela que, pour calmer les velléités de certains, il a été dit que rien ne se ferait d'ici le 12 février...
Mais, entretemps, nous venons de remporter l'appel d'offres pour le prochain salon du tourisme début février. Nous nous sommes donc rapprochés de tavana Fritch qui nous a confirmé que la situation sera régularisée début janvier afin que le premier salon début février se passe dans de bonnes conditions.
De notre côté, nous continuerons à suivre chaque préconisation de notre chargé de sécurité pour que tous nos évènements et ceux des autres organisateurs, agissant à la salle, se déroulent dans les meilleures conditions possibles, loin des propos et diffamations non fondés de certains. (...)

Envisagez-vous que cette salle puisse fermer et que vos évènements aient lieu sur un autre site ?


Bien sûr, nous savons nous adapter. Nous avons déjà organisé des salons à To'ata, dans des hôtels, à Taravao, sur le motu d'Arue, à Fare Ute... Nous avons la chance d'avoir tout le matériel nécessaire pour organiser nos évènements et un terrain se trouve toujours.

Nous connaissons le projet de développement de la commune de Pirae. Tavana Fritch veut rendre le bord de mer d'Aorai à ses habitants et c'est une bonne chose.
Nous souhaitons continuer à organiser nos évènements sur la commune de Pirae avec qui nous travaillons depuis plus de 20 ans, et nous aiderons si besoin à assurer la continuité de ce service.

Les gens ont peur du changement, nous non. Nous serions les premiers heureux d'avoir enfin une vraie salle expo digne de ce nom où organiser nos évènements.

le Lundi 29 Décembre 2014 à 06:46 | Lu 2829 fois