Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Robots et réalité virtuelle stars du premier Digital Festival Tahiti



Le petit robot Nao a fait craquer le public
Le petit robot Nao a fait craquer le public
PAPEETE, le 16 mars 2017 - Le festival a commencé aujourd'hui, et c'est déjà un succès considérable. Les robots, casques de réalité virtuelle, la réalité augmentée, les objets connectés… La prochaine vague technologique passionne les visiteurs, qui sont servi grâce à une vingtaine d'intervenants de niveau international. Et leurs conférences ne désemplissent pas.

Les locaux de la CCISM n'ont jamais parus aussi high tech. Le premier jour du Digital Festival Tahiti était effectivement à la hauteur de toutes les espérances, pour les nombreux curieux comme pour les exposants et intervenants venus du monde entier.

La réalitée virtuelle fait fureur au festival
La réalitée virtuelle fait fureur au festival
Quelques attractions phare ont déjà émergé avec comme favoris du public : les petits robots humanoïdes de Softbank qui vous regardent dans les yeux et réagissent à vos mouvements, la réalité virtuelle ou augmentée à tous les étages, ou encore la vague de Teahupoo filmée en 360 degrés…

Mais même les ateliers moins demandés, certains clairement destinés à un public professionnel, ont réussi à capturer l'imagination du public. Les visiteurs peuvent se rendre au festival jusqu'à samedi midi. L'inscription sur le site internet est recommandée (c'est gratuit, à trouver sur digital-festival-tahiti.com) mais il est possible de s'inscrire sur place.

Avec Vini vous pourrez bientôt suivre votre chien à la trace, par 3G et GPS
Avec Vini vous pourrez bientôt suivre votre chien à la trace, par 3G et GPS
La visite vaut le coup, déjà pour les gadgets et produits futuristes que vous ne reverrez pas au Fenua avant de longs mois, voire années. Mais aussi pour se faire une idée des innovations qui vont bientôt arriver à Tahiti. Par exemple les grandes entreprises locales ont profité de l'occasion pour dévoiler leurs projets les plus innovants. Citons les futurs compteurs intelligents d'EDT Engie, testés chez 4000 clients, qui permettront très bientôt de suivre sa consommation électrique en ligne et de recevoir des conseils personnalisés pour économiser de l'énergie. Chez Vini, des petits traqueurs GPS permettront d'ici quelques mois de suivre enfants, sacs à dos ou animaux de compagnie à la trace via la 3G. L'OSB a présenté une nouvelle technologie de paiement via smartphone qui sera idéale pour les roulottes. La Socredo a annoncé le lancement de son application mobile WebSoc pour avril…

Certains géants internationaux comme UbiSoft, SoftBank ou encore le studio indépendant de jeux vidéo et de télévision Ankama présentent leurs dernières créations en avant-première ! Les gamers pourront par exemple tester Eagles, l'un des tous premiers jeux multijoueur en réalité augmentée, où les joueurs font la course en volant comme des aigles…

LES START-UP D'AUJOURD'HUI

Et les start-up innovantes, locales et internationales, n'étaient pas en reste. Chez les Tahitiens, notons la table tactile imaginée par Aware Systems de Kevin Heremoana Besson, ou encore les capteurs connectés vendus par Galatea.io de Jean-Victor Lussen. Ce dernier a récemment quitté son travail d'ingénieur à l'OPT pour se consacrer à son entreprise innovante après avoir gagné 5 millions de francs au "Concours de création et de développement des entreprises".

Du côté international, citons 44Screens qui crée des expériences interactives en réalité augmentée pour les musées, ou encore Sen.se qui a gagné le premier prix au CES 2017 à Las Vegas avec ses mini-capteurs connectés Peanut, qui peuvent relever la température, les mouvements, gérer le sommeil et rappeler à un malade de prendre ses médicaments. De les voir à l'œuvre, on se dit que ces petits produits seraient idéaux pour certains de nos problèmes de société liés aux maladies de longue durée…

Le tout se combinera très bien avec l'annonce aujourd'hui de l'ouverture du tout nouvel incubateur de start-up de la CCISM, monté en partenariat avec Christian Vanizette, le jeune Tahitien cofondateur de MakeSense.

LES HACKATHONS BATTENT LEUR PLEIN

En plus des nombreuses conférences (la liste est sur le site de l'événement digital-festival-tahiti.com, inscription obligatoire mais gratuite), trois événements innovants ont démarré ce jeudi. Le premier est un Hackathon traditionnel sponsorisé par ATN (qui a proposé le thème, en lien avec le tourisme). Des équipes de Tahiti, Montréal, Paris et même la Réunion travaillent en parallèle pour un épuisant marathon créatif et technique de 48 heures. Wilfred Johnston, le créateur de l'application Apetahi, y participe : "on vient de commencer, on commence à avoir quelques idées et on en retient pas mal. Ça va être sympa. D'autant qu'on communique avec les autres équipes dans le monde par Skype, c'est très intéressant."

Au laboratoire Dress Code, John et le reste de son équipe découvre tous les gadgets qui peuvent être intégrés à une robe
Au laboratoire Dress Code, John et le reste de son équipe découvre tous les gadgets qui peuvent être intégrés à une robe
Au quatrième étage, le laboratoire "Dress Code" associe créateurs et ingénieurs pour la création de robes high tech. Elles s'annoncent fantastiques à en croire les couturiers qui s'amusent comme des enfants dans un magasin de jouets. John nous explique ainsi que ce qui a attiré son groupe de créateurs c'est "le défi c'est d'utiliser des imprimantes 3D, de l'électronique pour faire des montages lumineux… Faire une robe de mariée qui s'éclaire, imaginez ! Il y a aussi de la broderie électronique, des découpeurs lasers, et on a de l'aide pour gérer tout ça, par de vrais professionnels. Ça nous permet de pousser notre créativité très lon !" Un défilé samedi à 11h30 permettra au public de découvrir les créations.

Et dans la salle de Poly3D, les étudiants et tous les volontaires extérieurs participent à un Game Jam avec UbiSoft. Ils ont 48 heures pour créer un jeu vidéo. Un défi que les élèves de Poly3D semblent capables d'achever. Un certain esprit de compétition amicale s'est même installé entre les talentueux jeunes game designers…

Toute cette énergie est communicative, et a impressionné jusqu'au ministre du Numérique, Jean-Christophe Bouissou. Il a hérité ce projet de ce prédécesseur mais en est désormais un des plus grands fans. Deux heures après l'ouverture il commençait à planifier une deuxième édition (voir encadré). Et l'organisation nous confie que le succès de cette édition va permettre de voir encore plus grand l'année prochaine !


Jean-Christophe Bouissou, Stéphane Chin-Loy (président de la CCISM) et Karl Tefaatau (directeur de la DGEN)
Jean-Christophe Bouissou, Stéphane Chin-Loy (président de la CCISM) et Karl Tefaatau (directeur de la DGEN)
Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement, de l'Aménagement et de l'Urbanisme, en charge du Numérique, porte-parole du gouvernement
"je trouve l'organisation fantastique. Je vois la qualité des exposants et des industriels qui sont venus du monde entier, les technologies les plus modernes sont présentées… Je voudrais vraiment féliciter le travail du président de la Chambre de commerce et de toute son équipe, parce que ce n'était pas évident de faire tout ça. Et on voit l'implication des Polynésiens dans ces nouvelles technologies, avec des codeurs, des porteurs d'idées qu'ils transforment vraiment en produits industriels… Je vois également nos grandes sociétés polynésiennes qui continuent d'évoluer. Je suis vraiment comblé de voir ici le démarrage de quelque chose qui ne s'arrêtera plus. Si nous sommes en train de parfaire nos réseaux, notamment avec la fibre optique, c'est pour permettre des connexions ultra-rapides jusqu'aux domiciles et dans les entreprises pour nous permettre d'utiliser toutes ces technologies. Et on voit les jeunes aux Hackathon ou au Game Jam qui ont déjà ces talents. Nous allons maintenant financer des formations au code, et pour aller plus loin je dirais qu'on doit même considérer que le code devrait être enseigné dans les écoles, aux plus jeunes !"


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Jeudi 16 Mars 2017 à 17:03 | Lu 1551 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Juin 2018 - 15:13 Egalité réelle : le bilan un an après

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués