Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Renfort militaire en Outre-mer: d'abord des masques et des respirateurs demandent les élus



Paris, France | AFP | jeudi 26/03/2020 - L'annonce par le président Emmanuel Macron de l'envoi de deux porte-hélicoptères dans l'océan indien, aux Antilles et en Guyane pour aider les Outre-mer face au coronavirus ne doit pas empêcher de prévoir des mesures immédiates, ont souligné jeudi des élus de ces territoires. 

A Mayotte, le député LR Mansour Kamardine, qui réclamait depuis plusieurs jours l'envoi d'un porte-hélicoptère de l'armée avec ses capacités hospitalières, "prend note d’un début de réponse du gouvernement", qui "nécessitera d’être précisé et complété".
Car "en premier lieu, Mayotte a besoin, en urgence, de l’envoi par frêt aérien de matériels de sécurité sanitaire, de masques, de gants, de lunettes de protection, de gel hydroalcoolique, de blouses, de réserves d’oxygène, de respirateurs, de tests rapide en nombre, de réactif pour les laboratoires d’analyse médicale, de médicaments notamment d’un stock de précaution de chloroquine", dit-il.
En Guadeloupe, la présidente du département Josette Borel-Lincertin (PS) souligne que "toute mesure exceptionnelle est bonne dans une situation exceptionnelle. Mais pour ma part je reste d’abord sur les besoins urgents de la Guadeloupe : 20 respirateurs, des approvisionnements réguliers et en volume de masques et des réactifs pour intensifier les tests. Le tout dans les meilleurs délais."
Même constat en Martinique: pour la députée (apparentée PS) Josette Manin, "le dispatching de ces engins me paraît correspondre à une méconnaissance de ces territoires ultramarins et de leur étendu. L'urgence aujourd'hui c'est d'accélérer le processus de production massive de matériels tels que masques, gants, blouses, respirateurs, pour ralentir la catastrophe humaine qui nous attend".
Le sénateur Maurice Antiste (PS) juge que "le président nous envoie de gros gros moyens mais qui ne correspondent pas pour l'instant à nos besoins. (...) L'urgence réside dans les besoins exprimés par tout le personnel médical", concernant "des masques, des moyens de dépister". 
"Pourquoi ne serions-nous pas le premier territoire à bénéficier d'un dépistage global, vu notre caractère insulaire, ça irait vite", demande-t-il également.  

le Jeudi 26 Mars 2020 à 05:58 | Lu 1051 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus