Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



(Re)découvrez Michel Montana grâce à Oldelaf et Alain Berthier



TAHITI, le 30 août 2020 - Oldelaf et Alain Berthier racontent Michel Montana, en musique et en humour. Leur spectacle, intitulé La Folle histoire de Michel Montana, est maintenu. Il aura lieu le week-end prochain.

Olivier Delafosse, alias Oldelaf et Alexandre Zapata, alias Alain Berthier forment un duo qui est "comme une histoire magique". Les deux artistes ont un grand respect l’un pour l’autre mais aussi pour le public qu’ils séduisent aujourd’hui en reprenant les grands airs du chanteur Michel Montana. Ils se livrent dans une interview drôle, à l’image de leur spectacle.

Tahiti Infos : Pourriez-vous décrire votre duo? Qui êtes-vous l'un et l'autre mais aussi l'un avec l'autre ?
Alain Berthier : "J’ai beaucoup d’affection pour Oldelaf, il me suit partout et comme il est très propre ça ne me dérange pas. Il demande assez peu d’entretien et il suffit de le nourrir à heure fixe. Affectueux et fidèle, il s’est très vite attaché à moi. Finalement, Oldelaf est un compagnon idéal, dès lors qu’il ne chante pas. Notre duo c’est comme une histoire magique, nous sommes plus que des amis, nous sommes des frères, quasiment une famille.
C'est effectivement la mère d’Oldelaf qui m’a confié sa garde contre une somme d’argent relativement modeste. Depuis, il me regarde écrire et composer. Nous avons développé une relation très intime. On se livre, on pleure dans les bras l'un de l'autre, on rigole... D’ailleurs les gens qui nous connaissent ont coutume de dire que nous sommes un petit peu comme les deux doigts de la main.
"
Oldelaf : "Ce n'est pas vraiment un duo. Tout est vraiment centré sur moi. Alain est un faire-valoir de circonstance que ses parents m’ont confié pour lui faire comprendre la difficulté de la vie. En échange d’avoir le droit de l’humilier sur scène, je le nourris et lui fais découvrir le monde."

Tahiti Infos : Qui est Michel Montana pour vous? Pourquoi avoir choisi cet artiste?
Alain Berthier : "C’est difficile de répondre à cette question sans spoiler le spectacle. Tout ce que je peux vous dire, c’est que dans Usual suspect on ne découvre qu’à la fin que c’est Kevin Spacey qui joue le rôle de Keyser Söze. "
Oldelaf : "Tout simplement car Michel Montana, pour nous et pour le monde entier, est certainement ‘Le’ ou Un des plus grands chanteurs du 20e siècle. Il a tout inventé en musique et notamment en chanson. Alors le choix a été simple. Et de toute façon, le spectacle que nous avions prévu de faire sur les pédophiles nazis lanceurs de nain nous a été refusé par la préfecture de Papeete."

Tahiti Infos : Qu'est-ce que la musique apporte à une "histoire" ?
Alain Berthier : "C’est très pratique pour faire comprendre au public à quel moment sont les blagues. Par exemple, quand Oldelaf fait un jeu de mots, juste après je fais un petit roulement de batterie. C’est beaucoup plus clair comme ça. Dans les sitcoms, ils mettent des rires préenregistrés. Au début, on faisait ça aussi, mais on est vite revenu à la batterie parce que les rires préenregistrés, c’est un peu artificiel tout de même."
Oldelaf : "Pour le comprendre, il faut réécouter la chanson ‘Fruit de la passion’ de Franky Vincent. Avec la musique, c’est un zouk. Sans la musique, c’est un aveu de culpabilité de la part d’un vieux pervers frustré."


Tahiti Infos : Sur la base de quels éléments avez-vous monté votre spectacle?
Alain Berthier : "Nous avons évidemment travaillé exclusivement à partir de documents et de sources réputés pour leur objectivité, leur déontologie et leur fiabilité, comme notamment le blog de jeuxvideo.com."
Oldelaf : "Sur la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui, à l’article 23.9, précise que ‘Tout homme naît libre et dans le droit de faire un spectacle sur Michel Montana’, d’une part, et d’autre part sur la déclaration auprès de Pôle Emploi de demande d’allocation Chômage. Un cachet, même au bout du monde, a fortiori en période de Corona Virus, est toujours le bienvenu. "

Tahiti Infos : Vous êtes déjà venus à Tahiti, comment décririez-vous le public polynésien?
Alain Berthier : "Tahiti est l’un des endroits les plus merveilleux dans lesquels nous aimons venir jouer, et pas seulement parce que c’est un des rares pays dont la brigade des mineurs ne nous a pas interdit l’accès.
Le public polynésien est beau, chaleureux, et parle le français beaucoup mieux que par exemple les allemands qui ne comprennent généralement pas grand chose à l’humour sophistiqué de notre spectacle.
"
Oldelaf : "En effet, par 2 fois, nous avons eu la chance de fouler le sol de Tahiti. Pour moi qui vis en métropole, la meilleure définition du public polynésien est qu’il est loin."

Tahiti Infos : Michel Montana plaira-t-il au public polynésien et si oui, pourquoi ?
Alain Berthier : "Je souhaite de tout cœur que Michel Montana plaise au public polynésien, tout autant que je peux vous affirmer notre immense bonheur de revenir jouer sur cette île magnifique peuplée de gens merveilleux. "
Oldelaf : "Je pense que notre conférence festive sur Michel Montana plaira forcément ici car d’une part, les textes sont farouchement bien ficelés et les musiques merveilleuses, et d’autre part car nous diffusons secrètement une copieuse dose de gaz hilarant durant les représentations."

Pratique

Les vendredi 4 et samedi 5 septembre au Petit théâtre de la Maison de la culture à 19h30.
Billetterie en ligne


Rédigé par Delphine Barrais le Dimanche 30 Août 2020 à 16:34 | Lu 646 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 10:17 ​Un jeu polynésien à l'assaut des Marquises

Mercredi 23 Septembre 2020 - 07:43 Unesco : Les Marquisiens y croient

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus