Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Quels secteurs ont recruté en 2018 ?



La distribution d'imprimés était le petit boulot de 2018. En 2017, c'était agent de recensement. (photo d'archive)
La distribution d'imprimés était le petit boulot de 2018. En 2017, c'était agent de recensement. (photo d'archive)
PAPEETE, le 23 avril 2019 - L'année dernière, notre économie a créé près de 1600 emplois. Les chiffres en détails montrent que tous les secteurs recrutent à l'exception des administrations publiques. Pour un emploi stable en CDI, les meilleures opportunités se trouvaient dans l'hôtellerie, en particulier aux postes de commis de cuisine et de serveur. Pour trouver un petit boulot, la meilleure opportunité était distributeur de tracts.

L'ISPF a publié ce mardi son Tableau de bord "Besoins en main d’œuvre - Année 2018". L'Institut y analyse l'évolution des offres d'emplois déposées au SEFI et des recrutements déclarés à la CPS entre 2017 et 2018. Et l'année dernière a été très bonne pour l'emploi avec une hausse de 2% du nombre de salariés en Polynésie. Ces chiffres confirment ceux publiés au début du mois par l'IEOM.

Fin 2018, la Polynésie comptait donc 64 599 salariés déclarés à la CPS. Leur répartition sectorielle reste identique, avec l'immense majorité dans le secteur tertiaire (79%), des petites minorités dans l'industrie (9%) et la construction (9%), et très peu de salariés dans le secteur primaire (3%).

LE SECTEUR PUBLIC N'EST PLUS LE PRINCIPAL RECRUTEUR

Les chiffres de l'année montrent la bonne dynamique de l'emploi dans tous les secteurs. Si les recrutements dans l'administration publique ont été divisés par deux, c'est uniquement à cause de la fin des gros recrutements en CDD effectués en 2017 pour le recensement de la population. Mais avec 404 recrutements publics l'année dernière, le secteur reste bien au-dessus des chiffres de 2015 et 2016, quand l'administration recrutait à peine une centaine de personnes par an en pleine période de redressement des comptes. Malgré tout, le secteur public n'est plus le premier recruteur de Polynésie.

En parallèle, le secteur privé continue de recruter fortement, en particulier dans les petits boulots et dans les secteurs qui profitent de la reprise de la consommation et de l'activité touristique. Les embauchent ont ainsi fortement augmenté dans les "activités de services administratifs et de soutien" qui devient le secteur qui recrute le plus avec 607 embauches (qui incluent beaucoup de petits boulots comme distributeur de tracts ou agent d'enquête, voir encadré). Un autre secteur dynamique, l'hôtellerie, affiche pratiquement autant de recrutements. Ces deux locomotives sont suivies par le commerce, la construction, l'industrie, le transport et les "activités spécialisées, scientifiques et techniques".

Signe de la bonne santé générale de l'économie, un seul secteur du privé est en recul, celui de l'information et de la communication, affichant clairement la crise du secteur, en particulier les difficultés continues du groupe La Dépêche.


Les emplois qui recrutent

Voici la liste des emplois qui ont le plus recruté l'année dernière. Ces chiffres regroupent tous les métiers qui ont offert plus de 30 postes. On peut diviser ces "besoins en emplois" en deux catégories qui apparaissent bien distinctement dans les chiffres :

Les emplois précaires et les petits jobs, où les offres en CDI sont inférieures à 15% du total :
- Distributeur d'imprimés (le petit boulot de l'année, avec 200 offres en 2018 !)
- Agent d'entretien ou de propreté
- Agent d'enquête
- Ouvrier aquacole
- Carreleur
- Maçon

Les emplois pérennes, où les CDI représentent entre 34% et 50% des offres :
- Agent de sécurité
- Commis de cuisine
- Serveur
- Réceptionniste
- Personnel Navigant Commercial

À peine 6 recrutements aux Australes

Dur dur de trouver un emploi salarié dans certains archipels éloignés. Aux Australes, il y a eu 6 postes créés en 2018. Aux Marquises, il y en a eu 11... Dans ces îles, la seule solution pour avoir un revenu reste de créer sa propre activité, que ce soit dans la pêche, le faapu ou les prestations diverses.

Aux Tuamotu, la situation est plus contrastée selon les îles, puisque l'archipel a profité de 100 offres d'emploi l'année dernière. Les îles qui ont créé le plus d'emplois sont Akamaru, Marutea Sud, Rangiroa, Ahe, Takume et Mangareva. On voit qu'à part les principaux hubs touristiques, c'est la reprise de l'activité perlière qui a soutenu ces recrutements (il y a eu 38 offres d'ouvriers aquacoles en 2018, presque tous en CDD).

Dans les îles de la Société, un poste offert sur deux est basé à Papeete. Les communes voisines suivent la capitale avec les plus forts recrutements à Punaauia, Faa'a et Arue. Pirae reste à la traine, mais avec 141 postes, elle fait mieux que toutes les communes hors de la zone urbaine. Dans le reste de l'archipel, une seule île se démarque : Bora Bora avec 207 postes créés.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Mardi 23 Avril 2019 à 15:20 | Lu 19628 fois

Tags : ECONOMIE, EMPLOI





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Août 2019 - 15:53 Les batteries usagées s'amassent à Hiva Oa

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués