Tahiti Infos

Protection sociale généralisée : les syndicats rencontreront les responsables du Pays deux fois par semaine


Le président Fritch et les ministres Tea Frogier et Patrick Howell ont discuté ce jeudi avec les représentants syndicaux de la réforme de la PSG.
Le président Fritch et les ministres Tea Frogier et Patrick Howell ont discuté ce jeudi avec les représentants syndicaux de la réforme de la PSG.
PAPEETE, le 24 mars 2016. Comme il avait été convenu la semaine dernière, le président Edouard Fritch, en compagnie de la ministre des Solidarités, Tea Frogier, et du ministre de la Santé, Patrick Howell, a reçu, ce jeudi, les représentants des centrales syndicales pour continuer les discussions sur la réforme de la Protection sociale généralisée (PSG).

Les syndicats avaient demandé au gouvernement de prendre position au préalable sur un certain nombre de points concernant le Fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté (FELP), le fonds d’amortissement de la dette sociale (FADES) et sur le complément de retraite. Pour ce qui concerne le FELP, par lequel transite aujourd’hui la Contribution de solidarité territoriale (CST) avant d’être reversée au Régime de solidatité territorial (RST anciennement nommé le RSPF), le président du Pays a accepté d'en revoir le fonctionnement. Edouard Fritch soulignait néamoins que la formule actuelle garantit bien que les fonds prélevés au titre de la CST sont effectivement attribués au régime de solidarité.

Pour les autres revendications des syndicats, le président a fait valoir que les arriérés dus par la Polynésie française à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) au titre du programme Te Autaeaera'a ne pouvaient pas être réglés en une seule fois. Ils nécessitent que l’on reste sur les échéanciers déjà adoptés : les syndicaux l'ont admis. Depuis 2011, le Pays rembourse 800 millions de Fcfp par an sur un total à rembourser qui atteint encore aujourd'hui 11 milliards de Fcfp.

A l’issue de la réunion de ce jeudi, le président du Pays et les représentants syndicaux se sont mis d’accord sur des rencontres bihebdomadaires afin de travailler sur les propositions des centrales. "Il faut que vous fassiez vos propositions, sinon on ne va pas avancer" a commenté le président. En revanche aucun calendrier prévisionnel n'a été indiqué, ni date butoir fixant la fin de ces discussions.

Rédigé par Mireille Loubet (avec un communiqué du bureau de la communication de la Présidence) le Jeudi 24 Mars 2016 à 15:36 | Lu 1329 fois