Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Participation au financement du RSPF : l'Etat rappelle les conditions



Ericka Bareigts, la ministre des Outre-mer, mardi, en présence du haut-commissaire René Bidal.
Ericka Bareigts, la ministre des Outre-mer, mardi, en présence du haut-commissaire René Bidal.
PAPEETE, 22 février 2017 - Le versement du reliquat de 2016 de la contribution de l’Etat au financement du Régime de solidarité de la Polynésie française dépendra de la mise en place des "réformes sur lesquelles le Pays s’était engagé", a précisé la ministre des Outre-mer mardi.

La réforme du système de protection sociale généralisée tarde à voir le jour. Les services de l’Etat ont proposé à la Polynésie française l’assistance de techniciens de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) "afin d’accompagner le Pays pour entrer dans les réformes" a annoncé Ericka Bareigts, mardi soir, lors d’un point presse donné à la résidence du Haut-commissariat, en guise de bilan de sa visite officielle au fenua.

"Cette proposition faite au Pays est tout à fait récente", a précisé le haut-commissaire René Bidal. "On attend la réponse de la Polynésie".

"Aujourd’hui, ce que nous souhaitons c’est que nous puissions rentrer dans les réformes sur lesquelles le Pays s’était engagé", a également insisté la ministre. "Nous faisons la proposition d’une technicité, de gens formés et opérationnels".

Confronté à un déficit chronique de son régime de solidarité, sur fond de crise économique, le Pays avait négocié dès 2013, et obtenu en 2015 par convention, que l’Etat participe provisoirement au financement du RSPF. Il s’était agi d’un accord triennal de 2015 à 2017, avec une dotation globale de 4,2 milliards Fcfp, libérée par annuités à raison de 1,4 milliard l’an en deux versements, l’un en début et l’autre en fin d’année. Associé au financement du RSPF depuis 1996, l’Etat s’en était retiré en 2008. Son retour convenu pour trois ans en 2014 était cependant assorti d’une condition : la mise en application d'une réforme du système de protection sociale généralisé polynésien.

Initialement annoncés pour 2016, les ajustements réglementaires liés à cette transformation doivent progressivement intervenir à partir de 2017 et s’étaler jusqu’en 2020.

Pour l’instant, le reliquat de versement sur 2016 porte sur près de 350 millions Fcfp. Mais l’annuité de 2017, une dotation de 1,4 milliard Fcfp, est entièrement concernée par l’exigence faite à Paris du lancement de la réforme de la PSG.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 22 Février 2017 à 11:04 | Lu 2388 fois







1.Posté par zozo le 22/02/2017 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BRAVO !!!! PAS DE REFORME PAS D ARGENT !!! Y A QUE COMME CA QUE CA MARCHE !!!

2.Posté par pif paf le 22/02/2017 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@1
j'ai entendu dans le médias français que les personnes qui écrivaient tout en majuscule étaient névrosés, à la manière de M. TRUMP.

3.Posté par Avenir le 22/02/2017 15:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Surtout pas d'IGAS à Tahiti pitié. La sécu est le tonneau des Danaïdes et ils veulent nous donner des leçons ? Le modèle français est à jeter à la poubelle. Inventons notre propre modèle. Sinon çà sert à quoi l'autonomie ? Si on l'utilise pas, autant être un département pour avoir la St Rémy tous les 5 du mois comme dans les DOM

4.Posté par CROQUIGNOL le 22/02/2017 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Avenir, je ne sais ce que c'est "tonneau des Danaïdes", ce que je sais c'est que l'IGAS ferai bien de mettre de l'ordre à le CPS comme il l'a fait à la Sécu en france, un plan social avec 50% de travailleur inutile en moins et 50% des primes pour les autres supprimés, n'en déplaise au fils et filles de riches qui se retrouve projeté "chef de service" du jour au lendemain sans compétence en plus de leur propre nom de famille à la place d'un vrai concours de recrutement sur compétences. Il est fini le temps où un petit instit des Gambiers pouvait faire fortune "dans l'assurance" en confondant "ascenseur social" et "assurance sociale" et en focalisant toutes les sommes en provenance de France avant qu'elles arrivent aux plus démunis. Nettoyer la CPS des parasites bien nés, créerait un revenu suffisant pour remplacer les 1,4 milliard par an qu'on attends de la France ou de les ajouter aux revenu inhumain des oubliés de notre territoire les personnes handicapées "étranglé économiquement" par cette bande organisée.

5.Posté par zozo le 22/02/2017 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@2
merci de t inquiéter pour ma santé. Rassure toi je n'ecris en majuscule que pour manifester un très très grand contentement ou un très très grand mécontentement. L'etat oblige enfin la polynesie autonome a respecter ses engagements voilà une bonne nouvelle!
@3 Inventons notre propre modèle ! j'aime ton humour . Avec les brêles qui nous dirigent et notre population d'assistée c'est à se pisser dessus. Tu as raison 100% il vaudrait mieux devenir département : au moins là les marquisiens et les autres archipels auraient des hélicoptères et des centres de soins pour respecter la loi francaise sur l'accès aux soins

6.Posté par emere cunning le 22/02/2017 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai qu'ils n'en finissent pas d'accoucher de ces réformes. Parece que es muy doloroso !
ET les français en savent quelque chose ! Aussi, je trouve vraiment minable que la France pose de telles conditions à son retour au financement du Régime de solidarité alors qu'elle même ne parvient pas à se réformer, OU s'y refuse. Et cela, malgré la foule de techniciens dont elle dispose et... qu'elle nous propose très généreusement alors que ces spécialistes n'ont, pour l'heure, rien fait d'efficace pour sauver leur Sécu !!!
Je me suis d'ailleurs demandée si l'opposition aux réformes proposées par F Fillon (très dures, certes) n'était pas la véritable raison du PenelopeGate ayant beaucoup de mal à croire que le canard a découvert le pot-aux-roses par magie, pile après la primaire de la Droite, trente ans qu'il trempe des dix doigts dans le pot de confiture.

7.Posté par Jean pierreBeaulieu le 23/02/2017 07:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien tous ces commentaires, mais dites vous bien aussi que le PS n'en a strictement rien à faire de la Polynésie et que se sachant hors course pour la présidentielle, ça ne risque pas de beaucoup bouger, sauf dans le cas ou cela pourrait gêner leur successeurs.

8.Posté par Cool Ruler le 23/02/2017 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A P4, j'aime ton analyse mais politiquement, tu feras 1 voix aux prochaines élections (la mienne) et tu ne pourras pas appliquer ton programme. Il faut savoir ménager les sensibilités. C'est à se demander si la départementalisation ne serait pas la seule façon de changer les choses. Mais je doute que ce ne soit beaucoup mieux hélas ...

9.Posté par TAAHOA le 23/02/2017 08:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à CROQUIGNOL, que vient faire le petit instit des Gambiers dans l'IGAS. Tu devrais aller voir Taote AMADEO

10.Posté par OZZY le 23/02/2017 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la Polynesie est une économie artificielle dépendant totalement des transferts de l'état.

La France n'a plus les moyens, donc solidarité oui, mais il faut gérer les fonds correctement et éviter désormais les abus.

11.Posté par emere cunning le 25/02/2017 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ GROSGUIGNOL (p 4),
C'est vrai que les employés de la CPS sont trop gâtés et qu'il est temps de revoir leurs privilèges à la baisse. Mais toi, tu ferais bien de mettre le nez dans les chiffres de la Sécu… manipulés com’ d'hab (rapport de la Cour des comptes). Et je ne parle pas des hôpitaux fermés, déremboursements et autres sacrifices imposés aux français.
Quant à G Flosse, il n’a pas eu besoin d’ascenseur social, il était en haut de la pyramide par la fortune (pour l'époque) de son père à laquelle il a renoncé sans hésiter pour n’être qu’un petit instit dévoué à ses élèves. Sans lui, les chichong auraient continué à saigner les polynésiens pour se payer leurs tableaux de maîtres. GF doit sa place à sa force de TRAVAIL AU SERVICE DES PLUS DEMUNIS qui ont eu droit à la santé/emploi/logement etc.
Haama 'ore i te pohehae ia Flosse, aore to 'oe e « tarihua » no ke tuu mai i to ‘oe ioa. E guignol hoa pai.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 16:57 Le prix de la vanille affole les grands pâtissiers

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance