Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Parti de rien, Raiura Pouira a trois entreprises



À 32 ans, Raiura est à la tête de trois entreprises à Hikueru.
À 32 ans, Raiura est à la tête de trois entreprises à Hikueru.
HIKUERU, le 23/03/2017 - Il possède actuellement trois sociétés et envisage d'en ouvrir deux autres avant le mois de juillet. Sans aucune formation qualifiante, Raiura Pouira a décidé de rentrer sur l'atoll de ses ancêtres pour travailler avant de lancer sa propre activité. Il a démarré avec une société de construction de bateaux, en 2013. Fonceur, Raiura choisit de se lancer dans l'apiculture deux ans plus tard, puis dans la pêche, il y a bientôt un an. Rencontre avec ce jeune entrepreneur Pa'umotu.

Il est jeune, dynamique, mais surtout il peut inspirer d'autres Polynésiens. À 32 ans, Raiura Pouira a ouvert trois entreprises à Hikueru, l'atoll de ses ancêtres.

Raiura Pouira construit des bateaux, produit du miel et vend des filets de perroquet ou de carangue. Mais le jeune homme ne veut pas en rester là, puisqu'il envisage de se lancer dans l'hôtellerie et la perliculture.

Aujourd'hui, Raiura a construit et vendu 14 bateaux.
Aujourd'hui, Raiura a construit et vendu 14 bateaux.
TOUT A COMMENCE EN 2011

Raiura Pouira a grandi avec ses parents à Tahiti, où il a suivi toute sa scolarité. En 2011, l'appel de ses ancêtres le ramène à Hikueru pour participer au ramassage des rori (concombres de mer). Deux ans plus tard, le ramassage des rori est fermé. Mais, le jeune homme se plaît là-bas et pas question pour lui de revenir à Tahiti, la vie dans les îles est tellement mieux.

Mais pour vivre aux Tuamotu, il vaut mieux avoir son propre bateau. Raiura profite donc de la présence d'un constructeur sur place pour avoir le sien. "J'avais sollicité ses services pour la construction de mon bateau. Mais il n'avait pas le temps de le faire, donc il m'a appris", raconte-t-il.
Une aubaine pour le jeune homme puisqu'à ce moment-là Raiura ne sait pas encore qu'il en fera son activité principale. "J'ai vu que c'était facile de le faire et j'ai décidé de lancer ma société Hikueru Marine."

Aujourd'hui, il en a construit et vendu 14, pour une valeur de 3 à 4 millions de francs par bateau.

Toujours à la recherche de nouveaux défis, il commence à s'intéresser à l'apiculture, nous sommes alors en 2014-2015. Sans aucune formation, le jeune père de famille fait des recherches sur internet et il apprend les techniques de base "sur le tas". "J'ai démarré avec cinq petites ruches et aujourd'hui j'en ai plus de 100." Pour se fournir en abeilles, Raiura en achète sur Makemo. Avec beaucoup d'efforts et de courage, il produit aujourd'hui 200 kilos de miel tous les mois.

"J'ai voulu me lancer dans cette activité parce qu'on sait tous qu'elle rapporte beaucoup. Et aux Tuamotu, nous avons cet avantage de pouvoir récolter tous les mois. Ce n'est pas comme à Tahiti, où tu récoltes trois fois par an. La différence est qu'à Hikueru tous les arbres sont constamment en floraison, toute l'année", souligne le jeune entrepreneur.

Non seulement son miel est vendu à Tahiti, mais il fournit aussi "les atolls autour de Hikueru, ceux où il n'y a pas d'abeilles, comme Fakahina, Reao, Marokau…"

Infatigable, Raiura Pouira se lance un nouveau défi, celui de vendre des filets de poissons du lagon de Hikueru. Il a donc démarré cette activité, il y a onze mois. Ses produits, il les vend à des mareyeurs ou des traiteurs sur Tahiti. "Par semaine, on peut avoir 200 à 300 kilos de filets de perroquet minimum. On fournit aussi des filets de pa'ihere (carangue, NDLR) et des langoustes, quand la pêche est ouverte."

Une activité qui lui permet de faire vivre les pêcheurs de Hikueru, même s'il a en sa possession des parcs à poissons. Mais Raiura sait que la surpêche n'est pas bonne. "C'est pour ça que je cherche à acheter dans les atolls aux alentours."

Aujourd'hui, le jeune entrepreneur travaille sur deux futurs projets : une pension de famille et une ferme perlière.

Deux activités qu'il devrait démarrer "avant juillet". "J'ai déjà des stations de nacres sur Hikueru, parce que ma famille avait déjà des fermes perlières, c'est la raison pour laquelle j'ai voulu me lancer dans ce secteur."

"MA MOTIVATION VIENT DE MON GRAND-PÈRE"

Père d'une petite fille, Raiura veut assurer un avenir meilleur à son enfant. Sa femme l'épaule dans tous ses projets. "Elle m'encourage énormément, elle me dit toujours, tant que j'ai de l'énergie, mieux vaut foncer pour ne pas regretter plus tard."

Mais son modèle reste tout de même son grand-père. "Ma motivation, je la tiens de mon grand-père. Il était l'un des plus grands entrepreneurs à Tahiti. Il a fait pas mal d'immeubles en ville. Il est allé ensuite à Takaroa pour se lancer dans la perliculture, c'était son dernier projet d'ailleurs. Je pense qu'un Pa'umotu a tous les atouts de son côté, mais il ne cherche pas à les développer. C'est quelqu'un qui fonce et qui n'a pas peur."

Et c'est ce qu'il veut faire passer comme message aux jeunes : "S'ils sont des Tuamotu, qu'ils rentrent chez eux. Parce que la richesse se trouve sur leur atoll, et je les encourage à mettre en valeur leur fenua. Sur Tahiti, c'est dur de trouver un travail même avec des diplômes. Il faut lancer sa propre activité, c'est mieux. C'est vrai qu'au début, ça va être dur, mais il y a des aides qui existent pour se lancer. Et une fois que c'est parti, tu ne peux plus arrêter la machine."

Rédigé par Corinne Tehetia le Jeudi 23 Mars 2017 à 19:00 | Lu 24639 fois

Tags : PORTRAIT






1.Posté par Diké le 23/03/2017 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Magnifique

2.Posté par Brigham Larsen le 24/03/2017 03:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon courage mon ami !

3.Posté par Jean pierre Beaulieu le 24/03/2017 07:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo ! Comme quoi il n'y a pas de secret, pour réussir il faut de la volonté et ne pas être fainéant, il devrait être un exemple pour beaucoup de gens sur les atolls qui se croient obligés de venir sur Tahiti pour travailler (et souvent végéter dans de mauvaises conditions)

4.Posté par Riki le 24/03/2017 07:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est exactement l'exemple typique que tous les jeunes polynésiens devraient suivre, avec persévérance, argne et courage on arrivera tous à concrétiser nos projet, il n'y a qu'un seul mot à dire...CHAPEAU!!!

5.Posté par John Moltes le 24/03/2017 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Titre accrocheur : "Parti de rien"... Vraiment, vous en êtes sur ? En lisant l'article on découvre que "... ma famille avait déjà des fermes perlières...". Ca n'enlève en rien tout le mérite de ce jeune homme, mais être bien né, ça aide.

6.Posté par zozo le 24/03/2017 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quand on vient d'une des 200 familles polynésienne qui ont profiter du CEP on a déjà le pied à l'étrier ! Ce jeune homme ne s'est pas fait tout seul comme l'article le suggère mais grace à sa famille, ses relations et l'argent et immeubles de son grand père.

Toutes fois il a choisie de créer et d'investir son argent dans des entreprises au tuamotu plutôt qu'en bourse ou appart à papeete c'est bien. L'article ne dit pas combien d'employé l'ont aidé et travaillent pour lui .Et combien et comment ils sont payés ou exploité

Ne critiquons pas les jeunes qui n'ont pas la chance de naitre dans une famille riche ! Eux n'ont que l' ecole pour s'en sortir et obtenir des prêts.

7.Posté par Faimano le 24/03/2017 10:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour et merci Tahiti Infos pour cet article. Je voudrai répondre à ceux qui pensent que lorsqu'on a une famille qui a les moyens, eh bien leurs enfants peuvent monter leur business parce qu'ils ont du fric. Les gars, moi, j'ai mis en place mon snack toute seule, même si mes parents ont repris le magasin familial il y a 30 ans. Mes parents ne m'ont pas aidée financièrement, je me suis démerdée. Je suis partie de rien, oui de rien parce que je ne voulais pas dépendre de qui que ce soit. Mes parents m'ont guidé et soutenu parce qu'ils voulaient que je me débrouillent. Il y a des hauts et des bas, mais avec mon mari, nous faisons de notre mieux pour garder notre business. Donc, même si Raiura est né dans une famille qui a du "fric", il a très bien pu démarrer avec rien, comme moi et beaucoup d'autres Polynésiens. Alors arrêtez de faire croire aux gens qu'il est plus facile de réussir avec le fric. À Tahiti peut-être, mais dans les îles non. Même un jeune issu d'une famille d'agriculteur peut réussir. Il ne suffit pas d'avoir du fric pour réussir, il faut surtout du courage, de la niac et de l'ambition, sinon ça sert à rien, que ta famille ait de l'argent ou pas, c'est pareil. Tan...

8.Posté par Auetefiue le 24/03/2017 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aue il faut hoa qu'il y en ait qui lisent que ce qui est superficiel. Mea ma, si pei on prend l'essentiel de l'article, on voit que c'est un jeune qui a réussi parce qu'il a du courage et qu'il a des idées pleins la tête, tchh. Haapao tu ia matou s'il vient d'une famille de riche, comme vous dites. Et qui vous dit qu'ils sont riches hoa pfff... Hey tupohe tu, arrêtez de faire croire à nos jeunes qui ne sont pas "riches", qu'ils n'auront rien. C pas hoi ce que l'article dit. Aue mea ma eeee, on met un jeune en valeur, faut hoa des poo aita e haapaoraa qui viennent casser ça!!! Aia arrêter et si vous avez bcp de moni, ben aidez ia les jeunes à monter leur entreprise, au lieu de braire!!Haere faaitoito brad... Haere i mua!

9.Posté par zozo le 24/03/2017 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@FAIMANU
" Il ne suffit pas d'avoir du fric pour réussir, il faut surtout du courage, de la niac et de l'ambition, sinon ça sert à rien ".
comme tu le dis tes parents t'ont soutenu, tu n'a pas accepté leur argent ,alors tu as du faire des prêts et obtenir leur caution ne serait ce que pour la marchandise Il ne suffit pas d'avoir du fric oui mais il en faut quand même !!!!!! Et quand tu es un jeune issu d'une famille défavorisé sans terre tu peux rêver .Les agriculteur dans les iles sont des nantis car ils ont des terres ! Arretez avec vos" si tu réussi pas t'es un faignant !" c'est trop facile pour vous qui êtes aidé .Ces jeunes vous et vos parents les embaucher pour rien et au black. Vous n'avez rien d'exceptionnel. Vous êtes des fils et fille à PAPA qui hériterez plus tard

10.Posté par TAAHOA le 24/03/2017 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à poste 6 : pour réussir dans la vie il faut de l'ambition, du courage et de la chance. moi aussi mes parents ne m'ont pas aidé, ils m'ont juste donné des conseils et je crois que j'ai réussi dans ma vie. Il faut arrêter d'être jaloux. Au contraire il faut encourager ces jeunes qui entreprennent. Dernière chose, quand on se lance dans l'entrepreunariat, il y a beaucoup de risques. Quand on gagne de l'argent, tant mieux, par contre quand ça ne marche pas on aura perdu de l'argent dans l'achat des machines etc...

11.Posté par Faimano le 24/03/2017 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zozo, et d'un ce n'est pas Faimanu mais Faimano et de deux, je suis loin d'être la fille à papa. Tu ne connais rien de notre vie, donc tais-toi. Ensuite, si nous nous avons une famille avec soit disant du "fric" qu'est-ce-que ça peut te foutre ??? Je le dis et le répète, les gens qui réussissent dans leur vie ne sont pas issus forcément d'une famille riche. Tout le monde a les atouts en main pour devenir riche. Donc riche ou pas, ça revient à la même chose, il faut bosser c'est tout, à moins que tu ne saches pas ce que ce mot veut dire ?? Après, tu dis qu'on aura un héritage. Euhhhhh, je t'explique, j'hériterais des biens de mon snack et non du magasin de mes parents. NON RIEN DU TOUT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Avant d'être jaloux des gens qui ont envie de réussir malgré leur statut, fais quelque chose de ta vie et ne viens pas nous donner de leçons.

12.Posté par simone grand le 24/03/2017 21:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ne suffit pas de savoir faire, il est indispensable d'avoir un bon comptable pour ne pas avoir des pbs avec la CPS et les contributions. Tant de courageux entrepreneurs finissent par abandonner car malheureusement dans une société où l'administration a le pouvoir qu'elle a ici, savoir remplir les papiers et remplir les bonnes cases des et colonnes des dépenses, entrées, cotisations et autres, c'est la moitié de l'entreprise.
Au passage saluons les chefs de groupe de danses qui se ruinent pour notre culture

13.Posté par tamatoas le 27/03/2017 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

iaorana ,
on parle de ceux qui réussissent à monter leur entreprise, très bien , ensuite il faut encore qu'elle soit rentable , pour quelques unes de rentables combien sont ruinées ? Avec tous ces donneurs de leçons , " soyez entreprenants " comment se fait il que nous voyons pas nos fonctionnaires se lancer avec toutes les capacités qu'ils ont ? ils préfèrent rester à la clim sans stress , bien payés , préférer investir sans trop de risques en N Z pour leur retraite !
La remarque d' avoir un bon comptable ne suffit pas , il ne fait qu'aligner les chiffres , il faut surtout être bon gestionnaire , bon commercial , et si possible possible posséder un excellent carnet d adresses !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Mai 2018 - 17:11 Le hacker qui défie l'OPT

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués