Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Paris restituera les têtes maori à la Nouvelle-Zélande fin janvier



Paris restituera les têtes maori à la Nouvelle-Zélande fin janvier
PARIS, 3 octobre 2011 (AFP) - La France remettra officiellement à la Nouvelle-Zélande toutes les têtes de guerriers maori en sa possession lors d'une cérémonie qui sera organisée fin janvier au musée du quai Branly, a indiqué à l'AFP Stéphane Martin, président de l'établissement.

Le musée présente jusqu'au 22 janvier une exposition sur les Maori, qui permet de découvrir 250 oeuvres issues des collections du musée national de Nouvelle-Zélande Te Papa, qui s'attache à sauvegarder la culture maori.

Le Parlement français a autorisé en mai 2010 la restitution à la Nouvelle-Zélande de ces têtes maori conservées dans les musées français. Le musée du quai Branly en a sept. Les autres sont en cours de rassemblement par les services du ministère de la Culture.

L'exposition était prévue avant le vote de la loi, précise M. Martin.

"A la clôture de l'exposition, il y aura une cérémonie de restitution de toutes les têtes maori dans les collections françaises, qui sont environ au nombre de vingt au total", a déclaré M. Martin.

Les têtes maori vont être remises au musée Te Papa qui effectuera des recherches pour savoir à quelle tribu appartenait le guerrier.

Le devenir de ces têtes trophées reste en débat, certains Maori souhaitant les enterrer dans les tribus d'origine, d'autres préférant les préserver de la destruction dans un but de mémoire et de meilleure connaissance de la culture maori.

En mai dernier, la ville de Rouen a déjà solennellement restitué une tête de guerrier maori tatouée et momifiée qui avait été donnée à son muséum à la fin du XIXe siècle.

Considérées comme des trophées ou des objets de curiosité, ces têtes ont fait l'objet d'un trafic et parfois de chasses à l'homme dès les débuts de la colonisation de l'Océanie au XVIIIe siècle. Interdit en 1831 par le gouvernement britannique, tant en Nouvelle-Zélande qu'en Australie, ce commerce s'est poursuivi illégalement bien au-delà de cette date.

Plusieurs pays notamment la Suisse, la Grande-Bretagne, le Danemark, les Pays-Bas et l'Allemagne ont déjà répondu positivement à la demande néo-zélandaise de restitution de ces restes humains.

pcm/pjl/ei

Rédigé par AFP le Lundi 3 Octobre 2011 à 09:23 | Lu 700 fois







1.Posté par René Hoffer le 04/10/2011 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
OUahhhhhh "ils" jouent les prolongations de l'année des zoutremer hohohohohoho
rollstahiti@gmail.com

2.Posté par artigue le 08/10/2011 23:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui une nouvelle législation permet ces restitutions et c'est très bien
l'exposition au musée du quai Branly est une merveille
voir mon article sur mon blog et site
A bientôt
JA

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués